Pigments

Pigments

Pigments

Pigments

Pigments

Pigments

La malle aux trésors, les ocres du monde entier, l'art de la matière

Lecture du Haïku Calligramme: De haut en bas

La malle aux trésors
les ocres du monde entier
l’art de la matière

Le Conservatoire des ocres et pigments appliqués de Rousssilon dans le Lubéron.
 » Cette ancienne usine d’ocre a pour objet de développer un pôle culturel sur le thème de l’ocre, des pigments, des techniques de production et d’utilisation des colorants ainsi que toutes formes d’expression relatives au langage des couleurs  » Pour en savoir plus sur le Conservatoire, ses nombreuses activités et son accueil chaleureux…

Haubans

titre

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

Belgodère en Balagne

De fleur en treille, de fil en passerelle, les ombres portées

Lecture du Haïku Calligramme: gauche, droite, centre

De fleur en treille
de fil en passerelle
les ombres portées

Dans les petites rues du village de Belgodère en Balagne. Pour en savoir plus sur l’historique de BelgodèreVoir la Carte de Corse

Un beau florilège de sensations à fleur de peau autour des murs, de l’ombre et la lumière, des entrelacs de fils  et de ruelles étagées grâce à Annick, Pierre b, CéliaK, Pierre (2) et Marc.

Les murs par le grain de leur peau, viennent respirer à la surface du ciel, pour se vivre chauffer et murmurer de jolies ondes. Ils sont les confidents du temps qui passe dans les ruelles, et dans leurs entrailles la mémoire se fige, s’empreinte du goût de chaque jour, inlassablement, les vieux murs leurs oreilles sont la mémoire du monde.

Annick (son blog)

Plus tard je veux être « Porteur d’ombre »………..Je veux passer de « fleur en treille et de fil en passerelle »…me poser sur des endroits mystère…à la lisière de la féminité…sous une voile légère…Je veux passer de paupière en paupière…pour un clin d’oeil éphémère…ou un simple eye liner..Je veux offrir de la fraîcheur en plein désert…pour éviter qu’on se désespère…me promener sur les plages et offrir de la tendresse à la lumière…Je veux passer de feuille en feuille…me reposer sur un lit de mousse..découvrir ..avec douceur..les arbres et les clairières..Plus tard…

Pierre-b

Fils d’humanité
reliant
ombre et lumière

CéliaK (son blog)

De fil en aiguille
un lacis de ruelles
escaliers et traverses
murs blancs et lauriers roses
haute terrasse
treilles et figuiers
jouent à la courte-échelle
à qui le plus haut
grimpera

Pierre (2) (son blog)

Monter tout en haut
Etre au bord du précipice
Embrassé la fresque de la vie
Puis lentement se retourner

Marche après marche
revivre les âges de la vie
au travers de l’ombre
au travers de la lumière

des chemins tous tracés
des chemins en impasses
des chemins dérobés
des chemins oublier

s’arrêter un moment
regarder une belle fleur
Que l’on n’a pas touchée !
Que l’on n’a pas abîmée !
Juste une lueur du cœur.

longer les murs du passé
ses traces indélébiles
ne pas pouvoir se cacher
passer à nu sans se voiler
Affronter ce passé.

se tenir debout, droit,
monter,
s’accrocher,
au fil invisible de l’amour
haubans de la vie.

Marc

Murs

Château de Centuri

Château de Centuri

Château de Centuri

Derrière le portail, à l'ombre du château fort, Hortensia soupire.

Lecture du Haïku Calligramme: de gauche à droite.

Derrière le portail
à l’ombre du château fort
Hortensia soupire

Le château du village de Centuri dans le Cap Corse. Sur la première photo, on perçoit sur les hauteurs le Belvédère du Moulin Mattéi d’où j’ai pris les photos de la note « Confidences ». Voir la Carte de Corse

Les murs… Les murs qui protègent ou qu’on traverse; ce sont ceux d’Olivier le téméraire. Les murs d’un labyrinthe qui emprisonne; ce sont ceux de Sven, le vagabond des rêves; les murs douloureux de l’incommunicabilité et de la solitude, ce sont ceux de Nigra dont la poésie brute m’a transpercée dans cet appel au secours.

Un mur ne m’arrête pas,
Tel un chevalier,
Franchi cet obstacle à la force des bras,
Traversé ces longs couloirs,
De ce chateau bien protégé,
Evoluant presque dans le noir,
J’ai voulu la délivrer,
Hortensia envolée,
Repris mon chemin,
Avec ma fidèle monture,
Le coeur avec une blessure,
Quand arrivera la fin ?

Olivier (son blog)

De mon rêve je reviens à peine
de ce voyage toujours le même
d’une ville ancienne déshabitée…

Des rues serpentent entrelacées
je marche sans jamais m’arrêter
ni ombre, ni lumière, en chemin…

des murs tels des âmes abimées
toujours devant moi se dressent
forteresse, je suis ton prisonnier…

je marche sans jamais m’arrêter
perdu dans le dédale de pierres
je porte en moi le coeur de l’aube…

Sven

Mur

Ca a commencé
Comme dans un conte de fée

Ecoutez cette histoire

Lui, un roi
Ne vous en déplaise
Le monde l’a transformé

Lui, mon aîné de quelques années
Plein de vie, doux, sensible et passionné

Lui, écrasé par le poids de la sacro-sainte
‘bonne éducation’
Tabassé par un père ne voulant que
‘son bien’

Lui, blessé, paumé
S’est révolté

Lui, mon dieu, mon idole
Que dis-je, mon frère, mon père !
Spirituel…
…Attachement jusqu’au plus profond du coeur

Lui, déterminé
S’est sauvé
A vécu ses rêves
Jusqu’au bout des ongles

Drugs soft
Perfect life
Drugs hard
Droit dans le Mur

Lui qui m’a initiée
Lui qui m’a conseillée
S’est perdu

Personne n’a bronché
Ils ont tous regardé
‘Pauvre jeunesse’

Moi, déchirée, écoeurée
Je l’ai ramassé
Je l’ai porté

Lui, fort mais en souffrance
A viré le hard
Lui, paumé
S’est battu contre le mur

Moi, impuissante
Je l’ai vu changer

Lui, rebelle,
Est devenu Anarchiste de salon
Voire extrémiste

Lui en vie…
Moi, triste…

Je lui ai dit au revoir
Le monde avait tué mon Roi

Aujourd’hui
Moi, un autre Lui
Un nouvel attachement profond…

Déraisonnable, incompréhensible
Inexplicable, indicible, inqualifiable…

On souffle à mon oreille
Que L’histoire se répète …

Naaaaaaaaaaaaaaaan !
Je ne veux pas !
Help !

Nigra