Pigments

Pigments

Pigments

Pigments

Pigments

Pigments

La malle aux trésors, les ocres du monde entier, l'art de la matière

Lecture du Haïku Calligramme: De haut en bas

La malle aux trésors
les ocres du monde entier
l’art de la matière

Le Conservatoire des ocres et pigments appliqués de Rousssilon dans le Lubéron.
 » Cette ancienne usine d’ocre a pour objet de développer un pôle culturel sur le thème de l’ocre, des pigments, des techniques de production et d’utilisation des colorants ainsi que toutes formes d’expression relatives au langage des couleurs  » Pour en savoir plus sur le Conservatoire, ses nombreuses activités et son accueil chaleureux…

52 réflexions sur « Pigments »

  1. Riche palette
    Déclinaison d’émotions
    Rêve de peintre

    §§§§
    Nuancier grandiose
    Etourdissement en spirale
    Dans un bain de couleurs

  2. La main
    Elle a envie
    De prendre un flacon
    Et le déboucher doux
    Regarder ses paillettes
    D’une bien belle couleur
    Le doigt se plonge curieux
    Et tournicote ensuite
    Sur le dessus de la main
    Qui
    Maquillée
    Sourit
    De vie

  3. Et le corps se frémit
    Dans les piments de la vie
    Car c’est eux qui le vivent
    De si belles émotions
    Qui donnent âme au corps
    Qui se vit
    Et revit
    Se trémousse son fil
    Elegant et charmant
    C’est bon de se pimenter
    Sa vie dedans sa vie
    Au plus profond de soi
    Pour le bonheur de soi
    Quand la chance nous offre
    Un piment rare et bel

  4. gouache carandache
    la frite à l’eau
    les carrés bleu pâle des igloos improbables.
    premiers souvenirs de sable d’or.

  5. La Rousse creuse son
    Sillon à Roussillon
    Au creuset de nacre
    Ruisselle le lucre
    Crocheté dans l’arc-en-terre
    ou les sels ocres s’accrochent
    Acre massacre bel
    Art cru, écru, cruel
    Elle sacre les ocres

  6. Voyant un beau reportages sur les FLANKERS et les falaises couvertes de dessins rituels des « primitifs » australiens je me disais que ces pigments ne sont pas seulement le sel de la terre mais aussi son esprit révêlé à la face du monde.

  7. Insistera t on jamais assez sur l’art délicat du coloriste et sur ces artistes qui ne laissaient le soin à personne d’autre de concasser, et préparer ces pigments à partir de matériaux sélectionnés, garantissant ainsi toute la chaîne pour une oeuvre de qualité intégrée et intégrale. Ah le quattrocento et ses mortiers !

  8. Poussières colorées , offertes au regard
    Pigments du sel de la terre
    Pour transformer l’univers
    En rangs serrés sur étagères
    L’art imagé de Claude Viallat par les
    Empreintes multipliées
    de la dernière image

  9. Oh couleurs musicales
    Dans mon coeur en fractales
    Sillonnent des mots douceur
    Sur des volutes de peines.

    Où me mènent? où me mènent?
    Les sentiers colorés
    Les chemins arborés
    Ses allées de silence
    Bordées de ses pensées
    Spirales intemporelles
    aRCs-en-cieux, arcs en terre
    Révérence de bonheur
    Ou sentiers de l’oubli?

    Couleur en ré mineur
    Couleur en do majeur
    Couleur en poésie
    Couleurs du monde entier
    Étalées à mes pieds.

    Voilà un peu pour toi
    Voilà un peu pour lui
    Pour elle, pour nous, pour vous
    Personne n’est oublié?
    Si? Tenez c’est ce qui reste
    Au bout du calligramme
    Tout l’art de mes « Je t’aime »
    Trésor sur le comptoir
    Des pigments que pour lui
    Tenez…il est parti.

    http://www.youtube.com/watch?v=G_GBwuYuOOs

  10. Les ocres du monde entier
    de la France
    du Brésil
    dedans bouteilles
    Couleurs et lumières
    ————————–
    Peut-on colorer
    le coeur en arc-en-ciel
    après une pluie de larmes
    des yeux sur le visage?

  11. Et dire que toutes ces couleurs des minerais divers résultent de l’oxydation des métaux en grande partie et que sans la vie qui a produit l’oxygène de l’atmosphère nous ne verrions pas la même diversité et un si large spectre chromophore !

  12. La matière se livre …et nous livre un bonheur de regard
    et des rencontres de hasard
    elle prend de la hauteur tel un balbuzard
    mais la matière a la manière
    de nous dire les choses
    et sa couleur ôte ou accentue la douleur
    la couleur s’accouple avec la quête du complémentaire
    la couleur s’adonne à la folie vestimentaire
    la couleur reste celle du reliquataire
    la couleur traduit et trahit

  13. Coucou les amis !
    Ça y est !
    J’ai retrouvé mon clavier français !

    eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    Oh !
    Tous ces petits pots
    En dégradés de couleurs
    Bien alignés, bien rangés !

    Oh !
    Ces douces poudres
    De Perlin Pimpin
    Pour des mélanges sans fin

    Oh !
    Ces chaudes couleurs
    Qui font d’un seul regard…
    De merveilleux tableaux !

    eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    _____

    http://www.youtube.com/watch?v=PtFjBOaU4cY
    _____

    Biseeeeeeeeeeeeeees coloréeeeeeeeeeeeees

  14. On me dit que je suis peintre, mais comment veut-on que je fasse aussi bien que la nature, petit « hombre » que je suis ! Picasso s’exprimait ainsi devant les ocres de Rustrel près de Roussillon

  15. Merci Léila pour ce ballet de fractales dont je suis friande, beauté de formes et de couleurs qui prennent comme les pigments de couleurs leur quête dans la nature. Il y a des mathématiciens artistes en la matière.
    ___

    Les couleurs se montrent
    S’apprivoisent et nous fascinent,
    Nos demeures s’embellissent.
    Sur la terre et les pierres,
    Les ocres s’étalent et s’offrent
    Comme des poussières du soleil.
    Sur les façades des maisons,
    Les volets, les portes des villages
    S’habillent des couleurs
    D’une palette de teintes infinies
    Immense album de coloriage ;
    Un sourire, un brin de bonne humeur,
    Un parfum d’exotisme,
    Un regard d’optimisme
    Sur fond de grisaille de notre monde.
    ___

    Bonne nuit à tous les visiteurs du soir.

  16. Tout serait bien trop terne
    Sans les pigments de vie
    Ils ont cette force de sourire
    D’offrir de l’amour
    Tout en beauté d’aimer
    Dans les couleurs de la vie

  17. Je l’ai rencontré
    Parmi la foule d’estivants
    Rencontre de nos yeux.

    Fixé sur ma peau
    Son nom en encre de Chine
    Liant nos deux âmes.

    Sa voix me parvient
    Parmi les passants qui parlent
    Mon cœur arrêté.

    Ses mots chlorophylle
    Sève pour le calice d’amour
    Nos cœurs indigo.

    Nos rêves pastels
    Derrière des foulards safran
    Qui glissent sur nos maux.

    Dômes, poudres colorées
    Sur des étales de Provence
    Bijoux carotène.

    Grain de peau halé
    Son visage contre le mien
    Lumière auréoline.

    Khôl en trait discret
    Pour un regard contre moi
    Ses yeux dans les miens.

    La terre végétale
    Enluminure d’espérance
    En terre minérale.

    La vie orangée
    Nuancier d’instants éteints
    L’enfant est tapi.

    A peine entrevu
    Le voilà perdu, une ombre
    Parmi les badauds.

    L’absence antimoine
    L’oubli vert-de-gris
    Le manque arsenic
    Colorants toxiques
    Pour un cœur vivant d’amour.

    Au cœur des garances
    Le vent chuchote des mots doux
    La vie continue…

  18. Hello Leila

    Les couleurs jouent
    sur les volets pour réveiller
    les endormis
    Derrière les ailes de chaleur
    pigments en flacons à l’abri
    Parler voler prendre en silence
    la voix des terres et l’enfermer
    Fragments de promenades aux accents du midi
    et lui donner la liberté dans les secrets
    que chantent les toiles de génie

  19. Bonjour Lou!)

    Souvent ce sont les textes de chacun que je relis du bas vers le haut pour écrire…

    Génie de toile
    Tous les secrets sont chants de Nuit
    Dispersés comme ocre du Midi
    La lampe n’a que faire des caresses
    Un voile parfumé monte aux cieux
    Tous les pigments y dansent en liesse
    Si heureux que les endormis
    Ouvrent volets et portent closes
    Pour danser aux chants de l’été.
    Voili…voilou…bonne journée à tous.

  20. Le volet de couleur,s’ouvre sur des jolies cartes postales, que déjà l’oeil rêve de pigmenter avec la plume de son âme pour s’écrire à celui qui est Là, en tout dedans, de bel soleil.

  21. petit texte imaginaire!!

    Que me reste t’il de toi?
    des lettres d’amour
    une lettre de rupture
    Tout cet amour raturé par quelques mots!
    quelques photos ternies
    des vêtements démodés
    un parfum qui s’étiole
    des souvenirs mosaïques
    des objets de bric et de broc
    chaque objet,
    chaque odeur,
    chaque texture,
    m’emmènent dans les recoins de mon imaginaire
    chaque jour, comme un enfant qui s’éblouit
    mon esprit revisite cette boutique de souvenirs;
    Le temps alors s’étire comme un élastique;
    Tout semble si merveilleux si intemporel;
    dans cet antre fabuleux
    je suis le roi du monde
    Le prince charmant; le chevalier
    je suis le grand sage, le tyrannosaure
    Je suis la vedette le champion!!

    au matin, quand il faut quitter les rêves ,
    La réalité me claque dans les doigts!
    je ne suis qu’un esclave du passé
    qu’un gnome qui garde le trésor d’un temps disparu
    qu’un enfant en larmes laissé les mains nues à la porte des songes!!

  22. Orpiment galénique, murex à la pourpre vive, indigotine des pastelliers
    quel caravansérail et quel kaléidoscope aux couleurs du monde
    que les pigments soit liquides ou réduits à l’état de poudre pour peu qu’on trouve un bon fixateur ils peuvent habiller la matière et retenir la lumière.

  23. Pas piqué par la gomme arabique
    je disperse les cendres du passé
    et trace les contours à venir
    cherchant à m’encrer dans une
    description cursive

  24. Dans le halo de la vie
    le lavis coule à l’eau
    on lui demande son avis
    il rend son pinceau
    on descend le pont levis
    il se mure au chateau
    on revient sur les parvis
    il plie ses tréteaux
    est ce une accorte présence
    une escorte déplaisante
    tout finira dans les douves

  25. Dis mon coeur
    Mon alchimiste qui me fait vivre
    Soupoudre moi d’étoiles
    Splitche le encore et encore
    J’aime quand il palpite
    Amoureusement
    Sa sève fait tant de bien
    Quand l’étincelle de l’instant bel
    Fort délicate
    Remue si fort en tout dedans

  26. apprentis apothicaire
    je mesure l’univers nécessaire
    à l’alchimie de l’amour!

    est il possible de devenir maître du grand secret
    sans en être son esclave;
    j’en ai souvent rêvé!
    quelquefois désespéré!

    à tout bien réfléchir
    je préfère être un artisant
    qui accepte une part de magie…

  27. Magie,
    Les parts aux bâtisseurs
    Des empires de couleurs
    Couleurs dans les tiroirs
    La femme est terre d’homme
    Et l’homme sa matière.

    Dans les rêves de l’enfant
    Maître et serf danse des mots..qui écrit
    Lorsque l’eau se confond dans le vers?

    Pavage de nos secrets
    Alchimie de l’esprit, deux cœurs
    Aux corps épris.

    Fiole de l’imaginaire
    Celée de cendre lune
    Il faut que le cœur mime
    La farandole d’amour
    Pour que l’instant soit bel.

    Bel de bel comme la vie
    Au milieu des étoiles
    Et que s’ouvre l’univers
    A cet amour perdu.

    J’ai tapissé ses murs
    Des couleurs de l’esprit
    Écris ce qui remue
    Balafré l’univers
    De colère, de couleurs.

    Puis j’ai cherché l’oubli
    Puis j’ai peins l’homme qui fuit
    Puis j’ai tendu les bras
    Vers mon autre dans la baie
    A peine une ombre sur l’eau
    Qu’esquissa un pinceau
    Auquel toutes les lumières
    Offrirent pigments de paix.

  28. De la couleur plein les yeux
    Et un sourire radieux
    Quel trésor fabuleux
    Fenêtres ouvertes sur rêves bleus
    Rouges, verts, jaunes ou camaïeux
    Sous un soleil merveilleux
    Roussillon, Lacoste, Bonnieux
    Enchantement de tous ces lieux
    D’une terre aux couleurs de feu
    Où l’art en ce milieu
    Règne en maître noble et glorieux

  29. .

    Débordée, je suis. Imposssible de réagir plus longuement.
    Merci à tous et à toutes pour toute la belle poésie déposée!

    Bienvenue à Adrien et Blue iris;-)

    Bises d’amitié

    Ossiane
    .

  30. Le peintre de la nature

    Le soleil est debout devant son chevalet
    Aidé de l’eau qui jase emplissant le bassin
    Il peint les coquelicots dans un grand champ de blé
    Il peint les boutons d’or qui éclairent la campagne

    Il peint des tournesols et des reines marguerites
    elles sont fragiles et gais avec un cœur tout neuf
    comme les petits poussins tout juste sortis de l’œuf
    Elles ôtent leurs habits comme ils ôtent leur coquille

    Il peint la grosse chaleur qui caresse les pins
    Les tâches de lumière qui traversent les ombres
    La vibration de l’air et le chant des cigales

    Il peint les phares en mer les îles et les étoiles
    fantastiques lucioles qui clignotent et s’éteignent
    Pareils aux petites touches qui illuminent sa toile

    Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *