65 réflexions sur « Etoffes »

  1. Des images qui laissent un goût d’aventure, un haïku qui fait rêver, c’est beau Ossiane
    __

    Voiles et tentures
    Dans la trame de nos rêves
    Ciel et terres lointaines
    __

  2. Hello Monique and good day to you all .
    Ossiane, je t’emprunte un bout de haiku pour démarrer; il est trop joli !

    Dans les toiles du désert l’éclat de la chaleur
    Les soleils déclinés et la force des torpeurs
    S’accordent en liberté lins et lunes de sable
    Barkhanes intemporelles fil ou grain innombrables

    Des dégradés de dunes se déplient sur vivants
    Suspendus en couleurs tissus concerts de vents
    Sur tes rides touaregs la victoire d’un reflet
    Sur la peau de tes pas un poète dévoilé

    Le champ des couleurs chaudes dont s’habille ton coeur
    Tisse la trame d’un voyage africain migrateur
    Un partage une plongée dans un monde où des fils

    Se servent en thé sucré se versent en astre d’or
    Transportent l’imaginaire de l’étoffe qui prend corps
    A l’oasis où boivent tes rêves qui défilent

  3. Désert suspendu
    Au mirage de son regard
    Nos âmes OASIS.

    Caresse attendu
    Sur le fil glisse un bonheur
    Qu’on n’ose accueillir.

    La tempête d’amour
    Comme sable sur toile de nos vies
    Ombre nos destins

    Soie, ocre suspendu
    Mon Amour l’ai attendu
    En vers et ha¨kus.

    Voilage de ta vie
    Ombre de nos doutes en l’esprit
    Comme grain de désert.

  4. caresse de couleurs
    pour s’envelopper de chaud

    dans les étoffes caressées par le vent
    un homme bleu
    planté sur fond de dune

    —-
    que se cache-t-il derrière le rideau de chaleur?
    caresse du soleil
    dans les yeux dans le coeur
    approcher la chaleur
    avancer et entrer
    mystère

    ———-

    merci pour ce moment de chaleur Ossiane! le soleil est sur ton blog ce matin!

  5. Shéhérazade a fait sa lessive, hein, bonbonze…

    Douces invitations
    A caresser la peau
    Du soleil capturé
    Tendresse désiré

  6. Ta deuxième image est un oasis de couleurs ensoleillées, elle fait rêver au soleil de l’été…

    Tenture de rêve
    Couleurs safran et ocre
    Chaleur du désert

    Macramé de soie
    Voile des touaregs
    Les dunes du soleil

    Belle journée à vous!..Bises, Ossiane

  7. Lou, bonjour, c’est un plaisir de commencer la journée en te lisant ils sont bien beaux tes écrits on sent à travers tes mots une âme de poète.

  8. Femme voilée

    Parmi tous les vêtements, que Dieu confonde le voile !
    Lequel sera pour jamais le fléau de la jeunesse.

    Il nous dissimule les belles, nous privant de leur vision,
    Et camoufle les vilaines pour nous induire en erreur.

    Dhou’l-Roummah Dernier poète bédouin mort en 117/735

  9. Mince,je me relis, et déjà une faute….
    tendresse désiréEEEEEEEEEEEE

    allez je vais prendre le soleil,
    belle journée pour chacun,
    merci pour tes mots, Ossiane.

  10. De biens belles étoffes
    Qui donnent envie vraiment
    De se glisser les soies
    Tout contre soi
    Au plus près
    Fleur de peau
    Tout en délicatesse

    mmmmmhhhh, elle sont fort douces, ces images,merci, j’aime!
    entre le 4ème et 5ème carré de soie, on dirait qu’un visage regarde, se glisse entre les soieries, L’OEIL OUVERT….

  11. Qu’ils sont beaux ces dégradés de couleurs si apaisants, ils dégagent des senteurs de cannelle, de safran, de cumin, de curry,de lavande des parfums des étales des marchés de Provence

    Tous ces tons s’harmonisent, et émoustillent les sens. Matisse écrivait :
    « Tous mes rapports de tons trouvés, il doit en résulter un accord de couleur vivant, une harmonie analogue à celle d’une composition musicale »
    ___

    On retrouve dans certains patchworks de couleurs
    Tout un festival de nuances harmonieuses
    Où chaque couleur est embellie
    Par l’intime proximité de l’autre,
    Les tons se complètent, se chevauchent
    Et l’œil comblé en savoure les effets.
    Le jaune, l’orange, l’ocre, le bleu se fondent
    En une coquetterie savoureuse,
    Sur les étoffes le soleil est entré,
    La lumière accomplit son œuvre
    Et pénètre au plus profond de l’être.

    ___

    Ces couleurs sont un avant goût du printemps, les mimosas, les amandiers, les perce-neige, les violettes, les pervenches sont en fleurs dommage que le ciel boude et pleure ainsi.


  12. Miam-miam, Salade.

    Ferais volontiers un petit saut jusque Namur (85 km via Marche) … me reste 24 H 00 pour trouver un Valentin (coloré ou pas)…

    Clin d’oeil et bonne fin de journée à tous.

  13. moui, cela doit être fameux, salade, mais….
    trop de trop pour moi, surtout en ce moment, la balance et moi, on se cligne de l’oeil, because la santé c’est fragile, et la balance se fait tellement plus petite, déjà, fallait juste tourner la clé de prendre soin de soi en se disant tssttss c’est trop gras, par santé et par coquetterie, aussi.
    mais les saucissons du marché, et ses fromages au monsieur, et ses gâteaux d’ici, l’air du large, creuse un de ces appétit, sourire.
    belle fin de journée.

  14. Elle regarde son jean, son pull dans sa couleur, et se décroche une écharpe qu’elle enroule sa nuque, deux gouttes de parfum, une pour chaque lobe, elle se sourit le nez, et la voilà partie, sur son bel pissenlit, moyen de locomotion qui lui seul, peut remplacer sa toto en méforme…
    SOURIRE.

  15. lèvres ouvertes
    peintes et repeintes
    pierre à pierre
    construire la locomotion
    vers le déplié
    des pétales
    fil à fil
    rencontre la lice
    aux pinces de bois
    cordelette sustentatrice
    les étoffes
    arborent
    la présence
    d’un coeur

  16. C’est doux
    C’est tendre
    Un bout d’étoffe
    Cela parle les bouts de doigts
    Qui se glissent coulissent
    Sur cet étang ouvert
    Pour l’oeil qui la regarde
    Son corps dessous l’étoffe
    Chaleurise le tissu
    Et donne formes au lisse
    Pour son regard séduit

  17. Cela chuchote, murmure, en tendres fines pliures, la soie c’est fort fragile, si léger, de doux poids, la soie enlace le cou la croquine déjà, son fard à son visage parle le si bel langage, de celle qui se cache dans son foulard de soi.

  18. ouvre
    tes tuiles
    et me viens
    ombre de mon ombre
    en accolade rêche
    sur la fenaison
    râteau en fête
    porter aux nues
    le délicat
    de tes mots d’or
    en pluie
    sur le revers
    de ma fenêtre
    au monde
    écarquillée

  19. C’est joli, regard,si tendre,
    déjà le poème précédent,
    c’est si vrai que cette étoffe,
    elle est sur les bouts de doigts,
    dans le temps de l’écrire,
    et que les tapouilles gaies,
    se font coquines et craquotantes,
    comme un foulard,
    qu’on plie dans le creux d’une main,
    et quand la main le lâche,
    la paume est parfumée.

  20. Pour une gouache…un pastel…des couleurs..des coulures….aventure…Bien trop lisse…ou laquée…le teint mat…des éclats…écriture…Valentine..

  21. PETIT EXERCIDE DU SOIR ¨!

    Coéée proéism,
    Un petit coucou du soir
    qpr7s qvoir pris l4qir des éontqgnes –

    hi hi hi —
    Vous qrrivew 0 lire coéée 9q M

    J4qgite éon éouchoir noir
    Pour vous dire qu revoir
    J4qgite éon foulqrd rouge
    Pour éieux voir si 9q bouge
    J4qgite éon éouchoir bleu
    Pour vous en éettre plein les zeux
    J4qgite éon foulqrd orqnge
    Pour vois si 9q vous d2rqnge –

    eT pourtqntm ées doigts tqpent exqcteéent qu bon endrqit àà

    öqis c4est sur un clqvier qnglqis –
    Bon voici lq trqduction .

    TRADUCTION

    Comme promis,
    Un petit coucou du soir…
    Après avoir pris l’air des montagnes !

    hi hi hi !!!
    Vous arrivez à lire comme ça ?
    Bon voici la traduction

    J’agite mon mouchoir noir
    Pour vous dire au revoir
    J’agite mon foulard rouge
    Pour mieux voir si ça bouge
    J’agite mon mouchoir bleu
    Pour vous en mettre plein les yeux
    J’agite mon foulard orange
    Pour voir si ça vous dérange !

    Et j’arrête d’écrire
    Sur ce clavier anglais !
    Car vraiment,

    J’EN PEUX PLUS !!!!!!!

    Biseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeee

  22. l ‘étoffe des…hérauts de la poésie 🙂
    juste passer,regarder et voir surtout…sans surenchères de mots…, une image ne vaut – elle pas mille mots ?

  23. Quelques mots en vrac écrits pour le théâtre …

    Mets tissu
    Métissage
    T’y sage – Sois sage – Le passage
    Sois sage, ne crie pas, ne crée pas.
    Sois sage. Sois- La soie – L’assoit – Elle l’assoit – Ailes lasse soit – tisse sue – le pas sage.
    Métisse – améthyste – âme est triste – mais triste-
    Maitresse – Mets tresses – Mes tresses
    Le pas sage – Le passage – passent âges
    Je cherche le passage …

    Et bon week-end

  24. Les étoffes nous mettent… dans le bain de la vie
    et les couleurs naturelles, si profondes et diverses
    étoffent tendrement chaque jour qui passe
    les foulards qui sortent des coffres
    sont comme des offres
    apaisants et plaisants
    chacun se rêve portant… les couleurs d’une dame
    faisant vibrer des liens tissés, loin du drame
    pourtant à travers la trame
    on découvre un autre monde
    que ces couleurs servent à réhausser et exaucer
    plutôt qu’à masquer et brimer
    comme si la beauté pouvait être cachée

  25. Dans l’ or, le bleu et les ocres tramés
    Flotte légère,
    L’ image
    D’ une petite fille brune aux yeux verts
    Qui vacille
    Dans la chaleur
    De l’ air marocain.

    A ma mère….

  26. Derrière les paravents
    Un petit souffle de vent
    Parfums de fleurs d’oranger
    D’ambre et de genevrier
    Le paradis des senteurs
    L’exotisme des couleurs
    Il suffit pour cela
    D’un voile ici ou là
    Pour qu’un petit air soulève
    L’étoffe colorée des rêves.
    ___

    Bonsoir et bon week-end à tous

  27. Ame de poète je ne sais pas, mais les émotions à fleur de peau, oui … et je suis touchée Monique par tes gentils mots 😉 Allez soulevons donc l’étoffe colorée des rêves comme tu dis et laissons nous emporter par leur beauté !
    Love

  28. Palette colorée
    Enchantement -soleil
    Aux saveurs parfumées
    Voyage lointains
    Rêves assurés
    Merci chère Ossiane pour cette évasion -soleil qui reste dans les yeux, imprimée ,alors que l’écran disparaît

  29. A lire d’un trait sans s’arrêter nulle part.

    Étoffes et tissus
    Échoppe médiévale
    Impressions de sable
    Foulards comme pendus
    Morts d’avoir aimé
    Au comptoir des mots
    En langue d’Oc et d’Oïl
    Danser sur la soie
    Des pensées métisses
    Vertiges en tissus
    Filature et chaînes
    En trames de vie
    Où rêves se promènent
    Étole de Reine
    Corsets et dessous
    Des couleurs vanille
    De lin et de laine
    Un corps sur la dune
    Ou la dune un corps
    Pour se faire zéphyr
    Caresser le grain
    Offert en langage
    D’Amour et de vie
    Désert suspendu
    Regard attendu
    Sur fond de mystère
    Il y a un festin
    Au sein du désert
    Des plateaux palmiers
    Emplis de safran
    La menthe poivrée
    Qui coule en ruisseau
    Que lit l’assoiffée
    De nuits bleues, de Lune
    Pour aimer l’épreuve
    Du soleil de l’aube
    Quêter la gazelle
    Au détour des mots
    Devient rêve bleu
    Touareg et sa belle
    Des lèvres qui se frôlent
    Deux corps qui se touchent
    Au coeur des frissons
    Soulever le voile
    Qui cache ses épaules
    Des parfums diffus
    Où enfouir son cou
    Son nez et les yeux fermés…lui souffler… »Je t’aime ma douceur ».

  30. Aux sept portes qui conduise vers les enfers
    Ishtar abandonne un vêtement
    Et nue elle délivre son amant

    Puis du monde souterrain allant vers les airs
    Ils franchissent les sept portes du ciel
    Ses voiles dansent au vent du soleil

  31. Voyage dans le temps car ici
    Et maintenant tous les soleils
    Sont dans la foule parmi les gens
    Des inconnus et des manants
    Parmi la soie et les bijoux
    Les parchemins calligraphiés
    D’or et d’encre un soir de Lune
    Quand coulent à flots tous les chagrins
    Comme hypocras, bulle la cervoise
    Et la musique qui va son train
    L’écoute un regard sans ouïes
    Au bois joly l’or en jouissance
    Parfums de l’Amour en puissance
    Pavane des éternels amants
    Les formes se meuvent comme dans un rêve
    Où tout reprend et tout s’achève,
    Bulle de parfums , des rêveries
    Nous lient fragiles et incertains
    Dans l’autre monde, le tien, le mien
    Entre la dune et l’océan
    Entre désert et lave morte
    La plume des mots et l’encre vigne
    Tous les frissons en vague brunes
    Tous les voilages couleur safran
    Toutes les étales d’étamines
    Le lin, la laine et ces regards
    Perdus dans les cieux infinis
    Derrière des étoffes suspendues
    Comme cœur aux mots des chemins verts
    Empruntés vers un sanctuaire
    En caravane de gente dame et son chevalier sans armure…..

    http://pagesperso-orange.fr/Leila/Musiques/Bulle.mp3

  32. Une à une
    Il décroche les étoffes
    Et de soi
    Couvre sa couche
    Pour accueillir
    Sa belle promise
    En tendresse
    Délicatesse
    La vêtir dévêtir
    D’un petit carré de soie

  33. Sur un damier de toile
    Aux couleurs de la terre
    Je poserai mon front,
    Le soleil caressant
    Mes rêves ensoleillés.
    Des légendes champêtres
    Enveloppées de lumière,
    Jalonneront mes songes.
    J’idolâtrai Daphnis,
    Je convierai les nymphes.
    Sur la flûte de Pan
    Des notes de musique,
    Paradis enchanté
    Sous le regard des Dieux .

  34. Que dire ? Rien qui ne pourrait être exprimé par des mots. Peut-être alors seulement le silence du regard admiratif qui se promène sur les couleurs, les mots et l’émotion. Bravo !

  35. Ossiane, qu’il est bon dans de froid de l’hiver, rêver sur les couleurs chaudes de tes images.
    __

    J’aime ces merveilleuses étoffes
    Au sortir des bains de safran et de garance
    Venant vêtir le corps des femmes
    Dans leur sari aux couleurs chatoyantes.
    J’aime ces ondulés de lignes,
    De courbes, d’arabesques,
    Ces voluptueux drapés
    Venant s’estomper et se fondre
    Dans les dunes imaginaires d’un désert.

    ____

    Bonne nuit à tous, bien enveloppés, au chaud je l’espère, dans des draps douillets.

  36. Quelques notes de musique
    Une étoffe nue se danse
    Un parfum s’en dégage
    Le ciel s’ouvre haut
    Les ailes emmènent
    En tout là haut
    Rencontre infinie
    Avec l’autre

  37. Si doux de chatouiller
    Les étoffes de soie
    Avec délicatesse
    D’apprécier leurs finesses
    Et s’envoler ses ailes
    Vers son jour
    En dehors
    En dedans
    Pour se faire du bien
    S’offrir le bel meilleur
    Le savoureux instant
    Qui se donne comme ça
    Mine de rien simplement
    Trésor inépuisable
    Que la merveille du simple

    BELLE JOURNEE POUR CHACUN’E’….

  38. Rideau, séparation de deux mondes, celui de l’ombre et celui de la lumière, les voiles se lèvent et les mondes s’inversent.
    ______

    Derrière les rideaux
    Immobile et silencieux
    Angoisse d’acteur

    La scène s’éclaire
    La lumière des projecteurs
    Le décor est posé

    Sur fond de désert
    En recherche d’expression
    Solitude intérieure

    Errance sur les planches
    Dire sa pensée à voix haute
    Face à un trou noir

    Le silence intense
    Les mots prendront-ils leur place
    Dans le coeur des gens ?

    Tout deviendra clair
    Si la voix résonne juste
    Les mots sauront dire
    ___

    Une amie ce soir dans un petit théâtre a su émouvoir son public, ses mots sont venus réchauffer et illuminer nos coeurs aux couleurs des images de ce jour.

  39. Monique, j’apprécie ton écriture, tant de fleurs, de couleurs et de parfums embaument l’atmosphère de cette note avec ta présence,

    Lou, tu écris souvent en alexandrins c’est joli, le rêve enchante, tout de voile et de couleurs,

    Candide, derrière le rideau de chaleur eh bien il y a….un vers de tes….mots à la menthe )

    brigetoun, les pendus assoient les mots sur le fil à vers.

    Annick, Ah! Annick et son imagination riche et apaisante, un soupçon d’amour érotique dans tes textes isn’t it? j’aime te lire,

    Claudie… encore quelques km et tu arrives en pleine cérémonie du thé dans l’oasis des félicités,

    Jean, l’exrait choisi est magnifique…que Dieu confonde le voile….entre les amoureux,
    Traverser la porte, consommer le breuvage de vie et se vêtir de paix….ainsi aurait dû être la destinée d’Ishtar,

    ElleBaSi la couleur, la chaleur vivement le printemps! En attendant tendez les mains au feu de cheminée des couleurs chaudes d’Ossiane

    Maria-D, j’apprécie les photos d’Arthus Bertrand, merci pour le lien, je reviendrai écrire un peu chez toi, je ne suis pas trop inspirée par la poésie ces temps-ci,

    Neyde, à l’ombre de soi, désert de toiles, foulards et rideaux sous la tente….sur le sable chaud,

    Salade, c’est alléchant le menu des tanneurs, salée l’addition!
    Bourrache, miam-miam salade, miam-miam bourrache c’est plus léger),

    Regard, sur la cordelette, un peu de soi pendu, le coeur coloré, amour adoré et yeux pleins de larmes…sur le revers de nos vies,

    Annick, de nouveau, je te lis, tu illumines ce blog…

    Jeandler, joli haïku 4-6-5, comme complété par le beau texte qui suit de Pierre.b
    Mais Pierre.b se ravise et se remet vite fait bien fait à son écriture reconnaissable à ses petits pointillés qu’on traverse d’un groupe de mots à un autre comme équilibriste sur la bordure d’un trottoir )

    Christineeeeeee…..une autre pilule de bonheur de ce blog, j’aime parcourir la joie qui émane de tes textes, ton clavier anglais ou suisse, bon exercice de diction pour les tordus)

    Francis
    Les hérauts de la poésie sont peintres des couleurs de la vie,

    Oh Nath ça c’est du jeu de mots comme j’aime pour sourire, « Le pas sage, traverser le passage tant que passent âges et lieux,

    Thierry, ouf, pas un seul mot difficile, plus de place dans la caboche pour toutes les zinzolineries de la langue française )

    MTO, le souvenir douceur et ta douceur tendresse emportée par les anges à ta bien-aimée maman, j’en suis sûre,

    arletteart, revenue de ton voyage safran? ou encore en pleine évasion….en voyage,

    chasseur immobilier, un passager des couleurs de vie?

    Obni, ces quelques mots et l’on vous imagine à vos lectures…ému(e),

    caphadock, les pendus n’habillaient pas des princesses dans les mines mais de courageuses « gueules noires », c’est intéressant cette association d’idée,

    masmoulin, ici c’est toujours coloré même en plein hiver, )

    Grand Pressigny, votre humour me fait penser qu’il y a un moment qu’on n’a pas de nouvelles de bonbonze dans le coin,

    le sid, quel beau haïku que celui-ci « une peau si douce,à l’ombre du vent s’égoutte,
    au faîte l’hiver « , j’ajouterai « l’hiver si rude, à l’ombre de mon coeur glisse son coeur sur le faîte du vent qui s’écoute, )

    Abeille, tous les parfums, tous les miels, mènent aux teintes des foulards de Soi.

    Phil alba, »L’étoffe de nos jours Eclairés par le soleil Se gorge de couleurs » j’ajouterai que l’étoffe de nos nuits se tisse de lune et s’ombrent les couleurs de nos ombres enlacées…

    Et une pensée à la maîtresse des lieux…bonne nuit à tous.

  40. .

    Pequenio buenas tardes del domingo;-)

    Absente ce week-end, je viens seulement de rentrer et découvre avec plaisir tous vos mots colorés dans la grisaille hivernale;-) Un grand merci pour toutes ces belles contributions.

    Et je vois que Leila m’a devancée avec sa belle revue commentée du week-end !!! Comment fais-tu pour faire sortir tous ces mots de ton corps ???? Tu dois être magicienne quelque part;-)

    Beaucoup de petits nouveaux à qui je souhaite la bienvenue;-)
    1) Coucous spéciaux
    >à ELLEBASI, Francis,
    >à Chasseur Immobilier que je remercie de sa visite,
    >à Obni qui me touche par ses mots,
    >à Capahadock qui m’interpelle avec sa salle des pendus 😉
    >à Masmoulin que je remercie,
    >à Grand Pressigny qui m’interpelle avec son linge à étendre;-)

    2) Coucous très spéciaux
    >à Nath (super ce que tu fais au théâtre!),
    >à Christineeee partie si loin et à son English keyboard
    >au sid et sa belle Suisse;-)
    >à Abeille qui part en belle poésie, avec un nom pareil, il ne peut en être autrement;-)
    >à Phil toujours aussi gourmand de vie;-)

    3) Coucous méga spéciaux à tous les fidèles de ce blog qui se défoncent sur chaque note avec toujours autant de ferveur et de beauté;-)

    Pienso à la delicata y coquina Annicka, Monica qui bebe la vida en color, Maria de roja ocra, amorosa Neyde del brasil, Salado de la pub, Bourracha ensalada, multo bello Regardo, Piero del froufrou, Piero Valentino, Thierry multicolor, MTO del marocco, dolce Lou de america, Arletteart del sol, Jean del cielo, Leila de la musica del corazon !

    Mil besos y buenas noches debajo la coleta;-)
    .

    Pequenio buenas tardes del domingo;-)

    Absente ce week-end, je viens seulement de rentrer et découvre avec plaisir tous vos mots colorés dans la grisaille hivernale;-) Un grand merci pour tous tes ces belles contributions.

    Et je vois que Leila m’a devancée avec sa belle revue commentée du week-end !!! Comment fais-tu pour faire sortir tous ces mots de ton corps ???? Tu dois être magicienne quelque part;-)

    Beaucoup de petits nouveaux à qui je souhaite la bienvenue;-)
    1) Coucous spéciaux
    >à ELLEBASI, Francis, 
    >à Chasseur Immobilier que je remercie de sa visite,
    >à Obni qui me touche par ses mots,
    >à Capahadock qui m’interpelle avec sa salle des pendus 😉
    >à Masmoulin que je remercie,
    >à Grand Pressigny qui m’interpelle avec son linge à étendre;-),

    2) Coucous très spéciaux
    >à Nath (super ce que tu fais au théâtre!),
    >à Christineeee partie si loin et à son English keyboard
    >au sid et sa belle Suisse;-)
    >à Abeille qui part en belle poésie, avec un nom pareil, il ne peut en être autrement;-)
    >à Phil toujours aussi gourmand de vie;-)

    3) Coucous méga spéciaux à tous les fidèles de ce blog qui se défoncent sur chaque note avec toujours autant de ferveur et de beauté;-)

    Je pense à la delicata y coquina Annicka, à Monica qui bebe la vida en color, à maria de roja ocra, Amorosa Neyde del brasil, Salado de la pub, Bourracha ensalada, multo bello Regardo, Piero del froufrou, Piero Valentino, thierry multicolor, MTO del marocco, dolce lou de america, arletteart del sol, jean del cielo, Leila de la musica del corazon !

    Mile baci et buena noche sobre la cueta;-) Hasta Maniana !

    Ossiana del OjO abierto;-)

    .

  41. .
    Petit oubli pour les coucous méga spéciaux, qu’elles me pardonnent !

    >Candida del mysterio, brigitta del calor, claudia de las dunas 😉

    .
    Bonne journée !

    .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *