Hirondelle

Hirondelle

A tire d'aile sur les fils d'une toile, la vie épinglée

Lecture du Haïku Calligramme: haut, bas, centre.

A tire d’aile
sur les fils d’une toile
la vie épinglée

C’est enfin l’été ! Le voyage imaginaire continue. Il va suivre le fil bleu du pourtour de la Corse en douceur et en couleurs, avec ou sans séries, selon mes envies et les hasards de mes vagabondages.

Cinq poèmes en ciel sur cinq fils tendus. Voici un petit recueil de sensations autour de ces fils et de ces oiseaux en liberté grâce aux plumes aériennes de Brigetoun, Bourrache, Marline, Yves et Patricio.

pour l’allégresse,
pour la beauté de la vie,
pauvre sourire

Brigetoun

Balcons désertés,
volets clos,
L’oiseau-liberté plane
Soleil de plomb.

Bourrache

Le vent cesse
Au loin les oiseaux
Chantent les ruisseaux
Sur une harpe sans cordes…

Marline

l’amour au balcon
entre les ailes désir
j’ai faim mon olive

Yves (son blog)

Lucarne à ciel ouvert

Bleu sur bleu
Gris sur gris
Décalcomanie à ciel ouvert

Pierre sur pierre
Lierre au ciment
Façade à gueule ouverte

Fil à fil
Silence à l’affût
Hier c’était un autre jour

Patricio

Azalée

Bassin japonais

Un cri de passion, un message de printemps, le bassin conquis

Lecture du Haïku Calligramme: centre, haut, bas.

Un cri de passion
Un message de printemps
Le bassin conquis

Le rose dans tous ces états avec le clin coquin de Guess Who, la rougeur modeste de Brigetoun et le rosissement timide de Bén. Et puis, l’envie de mettre en avant le tourbillon plein d’espoir de Nigra.

Tache rose sur tapis vert
L’azalée et le bambou
se regardent dans l’eau

Guess Who (son blog)

la tache rouge,
blottie, semble modeste,
mais les verts chantent

Brigetoun (son blog)

Première azalée
timide qui rosit.
Est-ce le printemps ?

Bén

Tourbillon

Tu as touché aux fruits défendus
Cela ne te suffit pas

Tu as touché aux fumées interdites
Cela ne te suffit pas

Pourtant
Tout parait si calme
Au dehors

Tourbillon de mal
Tornade sous marine
Au dedans

Tu veux tenter la déchéance
Cela ne me plait pas

Tu as touché à la douleur
Cela devrait te suffire

Prends garde à toi
Si tu plonges
Je plonge aussi

Tu ne couleras pas
Accroche-toi

Dans mes yeux
Il y a toujours une lumière …

Nigra

Photos prises à la bambouseraie d’Anduze dans les Cévennes.

Eclosion

N’oubliez pas de cliquer sur la photo pour découvrir l’origine de la photo.
Un Corps de Reine, des Ailes de Papillon sur l'Eau du Vitrail

Un Corps de Reine, des Ailes de Papillon sur l'Eau du Vitrail.

Un Corps de Reine, des Ailes de Papillon sur l'Eau du Vitrail.

* Lecture du Haïku Calligramme: centre, bas, haut.

Un Corps de Reine,
Des Ailes de Papillon
Sur l’Eau du Vitrail.

* Photo de Kiwano. C’est un fruit du Kénya et de Nouvelle Zélande. On lui donne le nom de concombre « Spoutnik » ou encore de melon porte-corne. Il se consomme comme un avocat ou un pamplemousse. Il peut être dégusté en légume, en sorbet, avec du fromage blanc ou utilisé pour les cocktails.
Cliquez sur la photo pour le découvrir.

Eau

Blanches et Noires S'écoulent en Rivière dans l'Onde des Mots.

Blanches et Noires S'écoulent en Rivière dans l'Onde des Mots.

* Lecture du Haïku Calligramme: centre, verticale gauche, verticale droite.

Blanches et Noires
S’écoulent en Rivière
Dans l’Onde des Mots.

* Il y a quelques jours, une belle voix accompagnée de notes cristallines au piano s’est glissée dans ma boîte à messages. Il s’agit de la voix de Pierre-Alain Gogniat qui à la suite un long voyage dans les méandres de L’Oeil Ouvert a eu envie d’écrire, de mettre en musique et d’interpréter une chanson sur le thème de l’eau et de la voix/voie. Elle s’intitule « A la Source ». Je vous invite à l’écouter ci-dessous. Merci Pierre-Alain pour ce cadeau qui m’a beaucoup touchée. D’autres partages de sons, d’images et de mots se profilent à l’horizon.

A la Source

Paroles et musiques : Pierre-Alain Gogniat

L’eau coule de source, ta voix aussi
Limpide et douce, pleine de vie
Sans qu’on m’y pousse, moi je la suis
Elle suit son cours, je cours aussi

Fidèle à son lit, malgré tous ses méandres
Ta belle voix se lit, comme les mots les plus tendres
Et quand elle sourit, je ne peux que m’éprendre
Tant ce qu’elle me dit, c’est ce que j’aime entendre

Comme l’eau qui traverse, et nourrit la campagne
Ta voix me caresse, me ravit et me gagne
Ton onde ma déesse, me fout l’âme en pagaille
Et je cède à l’ivresse, de ton meilleur champagne

Parfaite est ta cambrure , quand sur moi tu te penches
Que ruisselle ta voix pure, en gouttes que je mange
La saveur d’un fruit mûr, au goût subtil, étrange
Ce parfum, je le jure, est bien celui d’un ange

De toutes les parures, la rivière de diamants
Est la seule assez pure, pour toi voix que j’entends
Me dire dans un murmure, quand revient le printemps
Faisons que l’Amour dure, entre nous tout le temps

Oui coule encore, pour que jamais ne passe
Cette envie qu’a mon corps, d’être pris dans ta nasse
Vocales sont les cordes, des filets qui m’enlacent
En notes qui s’accordent, et qui jamais ne me lassent

Cette eau-là quand elle manque, c’est un lac qui se vide
Une telle voix absente, laisse mes terres arides
Comme l’herbe jaunissante, sous la chaleur torride
Je supplie, je demande, qu’il en pleuve au plus vite

Et l’eau tombe du ciel, en quête d’océan
Moi je monte au ciel, à chacun de tes accents
Je savoure ce miel, qui me chauffe en dedans
Tous ces éclats de rire, je les mords à pleine dents

L’eau coule de source, ta voix aussi
Limpide et douce, pleine de vie
Et sans qu’on m’y pousse, moi je la suis
Elle suit son cours… je cours aussi…

Pierre-Alain Gogniat