Photos, calligrammes et haikus de mars 2006

Un
Un

Source
Source

Pureté
Pureté

Rouleaux de Printemps
Rouleaux de Printemps

Chuchotement
Chuchotement

Cadeau
Cadeau

Eperdument
Eperdument

Ondée
Ondée

Haïku
Haïku

Coup de tête
Coup de tête

Germinal
Germinal

Oeuf
Oeuf

Dedans
Dedans

Eau
Eau

Eclosion
Eclosion

Lune
Lune

Nombre de billets : 16

Le Journal de L’Oeil Ouvert:

C’est le premier anniversaire de L’Oeil Ouvert.

Chris de L’Oeil Vagabond essaime en légèreté sa poésie sur le blog.

Vous pouvez constater dans ce voyage de mars, la présence de nombreux ronds sous forme de coeur, de graines, d’oeuf, de lune etc… Le O est la lettre préférée de L’Oeil Ouvert et d’Ossiane.

Le Un de la bougie appelle la statuette verticale dans sa solitude. Amorce d’une série sur le blanc avec l’homme, la femme, le cœur enroulé. Les Rouleaux de printemps donnent lieu aux enroulements sensuels de la rose, à l’ivresse du dalhia. S’ouvre alors une longue série jaune et blanche sur le printemps à partir d’un fruit, avec la procréation, la germination, la naissance et l’apparition de la pleine lune, symbole de l’amour.

Lune

a Perle d'Opale Eblouit le Papillon dans l'Encre Noire.

a Perle d'Opale Eblouit le Papillon dans l'Encre Noire.

* Lecture du Haïku Calligramme: centre, bas, haut.

La Perle d’Opale
Eblouit le Papillon
Dans l’Encre Noire.

* Cette semaine, j’ai invité Patricio. Né au Chili, il vit en France depuis 1974 et a rejoint L’Oeil Ouvert en décembre 2005. La pratique de la poésie sous toutes ses formes lui est essentielle pour s’exprimer, comprendre le monde et se tenir en vie. Il est animateur d’une scène mensuelle de Slam Poésie à Nantes. C’est une scène ouverte à tous sur laquelle on peut dire ou lire un texte poétique pendant pas plus de trois minutes. Patricio est vice-champion de France du Grand Slam National 2005. Il pratique également la poésie en direct sous forme de performances lors d’évènements artistiques et se lance dans la publication artisanale de ses poèmes. Patricio se produira à Paris dans le cinquième, le samedi 6 mai à l’Espace Quartier latin, 37 rue Tournefort, pour un sketch de vingt minutes.
Pour en savoir plus

Voici ce qu’il m’a transmis:

L’Oeil Ouvert, Première visite, premières impressions, le 16 décembre 2005.

J’aime bien l’aigu et le circonflexe
Le passé simple et le plus que parfait
Je me retrouve dans le flux
Dans l’évanescent et dans le matériel
Sans parler de l’abstrait le substantiel
L’essentiel et surtout l’existentiel

Je prends l’émotion
Dans le sens et le travers
Sans jamais tomber à l’endroit
Sûrement parce que je suis de partout
Et de nulle part à la fois
Et que je porte dans mes neurones
Aussi bien le plus petit
Que le plus grand commun dénominateur
De la cellule sensorielle
 »

Diplomatie en Ombre Chinoise

Bisons au bord du lac
Encre de Chine au repos
Pâturages américains
Sibérie dans le brouillard
Afrique á l’affût

Mon univers intérieur
Est ainsi constitué

De rêves et d’affirmations
De valse et de rock’n’roll
Jamais de doute ni d’hésitation

Et à ce moment précis
De mon incantation existentielle
Cette énorme balle de ping-pong
Vint s’incruster sans ménagements
Dans l’orbite de mon oeil droit

Clarté
Obscurité
La pénombre
Ta pupille qui me fixe
C’est ma très douce réalité

Patricio

Eclosion

N’oubliez pas de cliquer sur la photo pour découvrir l’origine de la photo.
Un Corps de Reine, des Ailes de Papillon sur l'Eau du Vitrail

Un Corps de Reine, des Ailes de Papillon sur l'Eau du Vitrail.

Un Corps de Reine, des Ailes de Papillon sur l'Eau du Vitrail.

* Lecture du Haïku Calligramme: centre, bas, haut.

Un Corps de Reine,
Des Ailes de Papillon
Sur l’Eau du Vitrail.

* Photo de Kiwano. C’est un fruit du Kénya et de Nouvelle Zélande. On lui donne le nom de concombre « Spoutnik » ou encore de melon porte-corne. Il se consomme comme un avocat ou un pamplemousse. Il peut être dégusté en légume, en sorbet, avec du fromage blanc ou utilisé pour les cocktails.
Cliquez sur la photo pour le découvrir.

Eau

Blanches et Noires S'écoulent en Rivière dans l'Onde des Mots.

Blanches et Noires S'écoulent en Rivière dans l'Onde des Mots.

* Lecture du Haïku Calligramme: centre, verticale gauche, verticale droite.

Blanches et Noires
S’écoulent en Rivière
Dans l’Onde des Mots.

* Il y a quelques jours, une belle voix accompagnée de notes cristallines au piano s’est glissée dans ma boîte à messages. Il s’agit de la voix de Pierre-Alain Gogniat qui à la suite un long voyage dans les méandres de L’Oeil Ouvert a eu envie d’écrire, de mettre en musique et d’interpréter une chanson sur le thème de l’eau et de la voix/voie. Elle s’intitule « A la Source ». Je vous invite à l’écouter ci-dessous. Merci Pierre-Alain pour ce cadeau qui m’a beaucoup touchée. D’autres partages de sons, d’images et de mots se profilent à l’horizon.

A la Source

Paroles et musiques : Pierre-Alain Gogniat

L’eau coule de source, ta voix aussi
Limpide et douce, pleine de vie
Sans qu’on m’y pousse, moi je la suis
Elle suit son cours, je cours aussi

Fidèle à son lit, malgré tous ses méandres
Ta belle voix se lit, comme les mots les plus tendres
Et quand elle sourit, je ne peux que m’éprendre
Tant ce qu’elle me dit, c’est ce que j’aime entendre

Comme l’eau qui traverse, et nourrit la campagne
Ta voix me caresse, me ravit et me gagne
Ton onde ma déesse, me fout l’âme en pagaille
Et je cède à l’ivresse, de ton meilleur champagne

Parfaite est ta cambrure , quand sur moi tu te penches
Que ruisselle ta voix pure, en gouttes que je mange
La saveur d’un fruit mûr, au goût subtil, étrange
Ce parfum, je le jure, est bien celui d’un ange

De toutes les parures, la rivière de diamants
Est la seule assez pure, pour toi voix que j’entends
Me dire dans un murmure, quand revient le printemps
Faisons que l’Amour dure, entre nous tout le temps

Oui coule encore, pour que jamais ne passe
Cette envie qu’a mon corps, d’être pris dans ta nasse
Vocales sont les cordes, des filets qui m’enlacent
En notes qui s’accordent, et qui jamais ne me lassent

Cette eau-là quand elle manque, c’est un lac qui se vide
Une telle voix absente, laisse mes terres arides
Comme l’herbe jaunissante, sous la chaleur torride
Je supplie, je demande, qu’il en pleuve au plus vite

Et l’eau tombe du ciel, en quête d’océan
Moi je monte au ciel, à chacun de tes accents
Je savoure ce miel, qui me chauffe en dedans
Tous ces éclats de rire, je les mords à pleine dents

L’eau coule de source, ta voix aussi
Limpide et douce, pleine de vie
Et sans qu’on m’y pousse, moi je la suis
Elle suit son cours… je cours aussi…

Pierre-Alain Gogniat

Oeuf

Le Souffle d'un Ange, il était une Fois la Vie, Fleurit un Sourire.

Le Souffle d'un Ange, il était une Fois la Vie, Fleurit un Sourire.

Le Souffle d'un Ange, il était une Fois la Vie, Fleurit un Sourire.

* Lecture du Haïku Calligramme: centre, extérieur, bas.

Le Souffle d’un Ange,
Il était une Fois la Vie.
Fleurit un Sourire.

* Un clin d’oeil et un sourire amical à Frédéric Clément et à son blog "Instants Cléments" vers lequel j’ai créé une passerelle.
Ecrivain, poète et illustrateur, Frédéric se définit comme un collectionneur de gouttes, de secrets, de labyrinthes, de miroirs et de tiroirs. Ses livres romans à l’imagination foisonnante sont des greniers d’images, d’objets et de mots. Il y mêle la photographie, le dessin, la peinture et la poésie.
En ce moment, Frédéric fait partager aux lecteurs de son carnet d’instants, l’élaboration de son prochain roman intitulé "Le LUMiNUS Tour" qui sortira en septembre chez son nouvel éditeur "naïve-livres".
Si vous voulez en savoir davantage sur son parcours et sa bibliographie, faites un détour par son site

Haïku

HLa Fraise Citron en Ecume d'Ivresse Cueille l'Or du Jour.

La Fraise Citron en Ecume d'Ivresse Cueille l'Or du Jour

* Lecture du Haïku Calligramme: du centre vers l’extérieur.

La Fraise Citron
En Ecume d’Ivresse
Cueille l’Or du Jour.

* Cette semaine, j’ai demandé à Jane de venir m’accompagner. C’est une peintre accomplie qui vit de son art. Elle fait de la décoration et crée des tableaux et fresques murales très colorés. Elle nous a rejoints en octobre 2005 à la suite d’un échange de messages autour de mes haïkus qu’elle souhaitait emprunter pour ses tableaux. Depuis cette date, elle parsème les parterres de L’Oeil Ouvert de ses poèmes sensibles et pétillants alors qu’elle n’avait jamais écrit auparavant. Merci pour ton amitié, Jane ainsi que pour toutes les belles choses que tu nous fais partager avec ta gaieté du sud. Voici l’adresse de son site.

Voici ce qu’elle m’a envoyé:

A Ossiane…

Un jour, peut-être une nuit où cherchant un mot ou un signe de vie, j’aperçus comme un phare dans la nuit, un oeil grand ouvert …
Il y voletait en courbes arabesques, de douces et belles lettres! Tel un fantôme en quête d’une âme, je me suis approchée:
 » Bonjour Dame Ossiane! Ces lucioles seraient bienvenues en balise de mon chemin! Puis-je vous les emprunter? »
« Que nenni ! m’a-t-elle dit! Mais voici de quoi créer les vôtres! »
Je suis donc repartie, emportant la bonne adresse.
Une révérence, un pas de danse sur une piste ajoutée à mes favoris et déjà dans la tête une poésie! Merci!
 »

Lumière de printemps

Il est a Oplontis une villa,
bien cachée pendant presque une éternité.
Le maître des lieux dont le nom est Popée,
s’offrit un décor afin de recevoir
la déesse du printemps.

Sur un mur soigneusement choisi
il fit peindre un calice

entouré de pétales éclairés
d’une lumière aux reflets anis.
Un oiseau libre vint s’y poser
juste pour se désaltérer.

L’illustre Romain avait un projet:
donner à sa ballerine du mois d’avril
l’envie de poser

ses délicats chaussons
aux côtés de ses sandales fussent-elles
celles d’un général.

L’aristocrate aimait la simplicité:
… une peite mousse naissante
… contempler la lumière du soleil levant
… mais à présent las des évènements violents
il aurait tant aimé partager

ce chatoyant printemps
avec celle dont les ailes
avaient la promesse
d’un avenir raffiné.

Jane