Plein ciel / Midair (A Monique)

Plein Ciel / Midair

deux par deux

voltigent les nuages

la nuit sereine

• • • •

two by two

clouds fluttering

serene night

10 commentaires sur « Plein ciel / Midair (A Monique) »

  1. Suis profondément touchée Ossiane

    A l’école des nuages
    Sur le grand tableau d’ardoise
    La nuit effacera les larmes

    Je viens par un hasard auquel je ne crois plus de lire Nuages de Philippe Jaccottet aux éditions Fata Morgana … Plein ciel vient comme un écho à l’émotion ressentie à la lecture de ce petit livre plein de ces mots si poétiquement écrits.

  2. Je suis très émue de vous lire, Monique. Je me disais que ce serait tellement juste et touchant que ce premier commentaire vous revienne ! Il est à votre image, fort et sensible.
    Mes pensées vous accompagnent chaque jour, telles des petites ondes silencieuses sans doute portées par les nuages…

  3. Des petites ondes jolies
    Je les emballe précieuses
    Un petit souffle tout tendre
    Les voilà dans le ciel
    Pour notre belle Monique
    Qui donne tant à chacun
    Des ondes pour Ossiane
    Car sur son album d’être
    Quels jolis parchemins
    Des petites perles d’amour
    Un collier qui envole

  4. C’est si joliment dit, Annick, et ça vient tellement du coeur.
    Nous ne regarderons plus les nuages de la même façon…

    *****************************************************************
    de crête en crête
    l’équipée céleste
    brave la torpeur

  5. Que passent les nuages
    Au-dessus d’ici-bas
    que le ciel se déploie vaste et clair

    C’est en pensant à Baudelaire que j’utilise le mot vaste, sans pour autant l’attribuer à ce vers : « Derrière les ennuis et les vastes chagrins… » mais pour l’ouverture qu’il offre et qui selon Bachelard, dans la poétique baudelairienne est un mot « qui appelle un calme, une paix, une sérénité, (…). Il ouvre un espace, l’espace illimité, il nous apprend à respirer avec l’air qui repose sur l’horizon ».

    Respirer…méditer…plein ciel… je tente….

  6. Vous tentez, dites-vous, Monique.
    C’est déjà le témoignage d’une telle force en vous dans votre cruelle épreuve…

    ******************************************************************

    « La neige, eau éclatée, sable de gel, sel non pas de la terre, mais du ciel, sel non salé, au goût de silex, à la texture de gemme pilée, au parfum de froidure, pigment du blanc, seule couleur qui tombe des nuages. »

    Amélie Nothomb (Le Sabotage amoureux).

    *******************************************************************

    « Les plus riches cités, les plus beaux paysages,
    Jamais ne contenaient l’attrait mystérieux
    De ce que le hasard fait avec les nuages. »

    Baudelaire (Le Voyage).

  7. « Nous habitons une maison légère haut dans les airs,
    le vent et la lumière la cloisonnent en se croisant,
    parfois tout est si clair que nous en oublions les ans,
    nous volons dans un ciel à chaque porte plus ouvert . »

    Ph Jaccottet , l’ignorant

    Dans l’univers poétique de Jaccottet, la maison est « aérienne  » , une maison légère que la lumière parfois dévoile .. Maison de l’être ?

  8. comment vas tu Monique?
    Je t admire d avoir trouvé force d’écrire dans ton espace temps où l aire devait être irrespirable. Je t embrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *