34 réflexions sur « Eclairages »

  1. Quelque fois les mots à eux seuls suffisent pour éclaircir les zones d’ombres qu’il nous faut traverser, il faut pouvoir les lire et les entendre….
    ____

    Pour faire la lumière
    Trouver les mots qui rayonnent
    pour sortir de l’ombre
    ____

    Belle semaine à tous et merci Ossiane pour cette image « éblouissante » de beauté, je t’embrasse.

  2. roux de lune
    Tempete interne dans cette turne mal rangée qu’est ma tete,
    ce jardin embroussaillé, les lames de forme se promènent.
    Dehors flegmatique d’un emporté qui se réfrène.
    Apaise ma tempete par la clarté d’un roux de lune,
    et la douceur d’un loup de rune dont les babines se retroussent.
    Je n’ai plus peur des écorchures de toute façon,
    ni du bruit des glaçons.

  3. De ses longs tentacules
    Fendant les rayons de lune
    Le dragon sort de l’ombre
    Géant aux membres démesurés
    Aux mains pourvues de doigts acérés
    Semble vouloir rejoindre le sol
    Tel un éclair au cœur de l’orage
    Il impressionne par la taille
    Mais son silence rassure
    Il n’est autre qu’un arbre
    A la ramure gigantesque
    Un centenaire puissant
    Personnage mythique de la nature
    Mais qui est-il donc ?
    Qui saurait nous éclairer
    Sur ce grand mystère .

  4. Je tourne la tête
    Vers la gauche
    Pour suivre le port de tête
    De l’arbre
    Sa vie
    Vertiges devant le ciel
    Si haut
    Le tronc noueux si fort
    Mes petits yeux regardent
    Et la sève qui monte
    Me chuchote des pastilles
    De vie belle sa crue
    De vert en feuilles

  5. Ossiane ne sais rien,
    personne le sais.
    C’est pas le clair de la lune
    cet éclair dans la nuit.
    Sont tes yeux mon amour.
    Éclaire-moi!

  6. Au centre de l’imbroglio de branches
    Passe la lumière, une clarté soudaine
    Jaillit, éclaire ce petit coin de terre,
    Une cascade étincelante illumine le ciel
    Capte et interpelle le regard
    Comme une idée soudaine
    Traverse l’esprit et retient l’attention,
    Comme un mot sur les lèvres d’un ami
    Qui restera gravé à tout jamais.
    Un flash inoubliable, une lueur de joie soudaine
    Et c’est le monde entier qui s’épanouit,
    Un instant d’ivresse qui rend heureux
    Un éclair dans l’obscurité ambiante
    Qui bouleverse et change la vision des choses,
    Rayonne au plus profond de soi
    Fait chanter, fait sourire, fait revivre.

  7. ils sont jolis tes mots, Monique,

    Un seul mot
    Qui éclaire
    Et à jamais
    En soi
    En de Là de là
    Il veille
    Et allume
    La flamme de la vie
    Son chaque jour en vie

  8. Si doux pélerinage
    Que la lumière soit
    C’est si bon c’est si grain
    Une pépite en ciel
    Posé un jour de vie
    Sur les lèvres de soi
    La musique se régale
    De chuchotis de vie
    Jamais Ô grand jamais
    L’interrupteur de soi
    N’oserait y toucher
    A cette lumière si belle

  9. Derrière en tout derrière
    Se vite lumière en bois
    La frimousse ouvre la fenêtre
    Saisit cette beauté
    C’est beau dans un fauteuil
    Ses petits en plume
    Et puis comme les jambes
    Ont envie d’exister
    La porte v ers dehors s’ouvre
    Pour la saisir cette lumière du jour

    Le bonheur est en Là
    Vraiment fort en tout Là
    Et se serrer les poings
    La vie en plein dedans
    Le petit coeur soulagé
    De ce beau jour en vie

    Que vive la lumière
    Dans le coeur de chacun

  10. Si bon le vide plein
    De juste la lumière
    Ensemble comme est bien
    Toi et moi sur les branches
    Entre le ciel et terre
    Dans notre île suspendue
    Le souffle arrêté dans un instant
    Sa grâce
    La beauté elle traverse
    La rondes saison
    Et même elle perturbe
    Le rythme des saisons
    Cet Automne est Printemps

    Et l’éclat de la vie
    Donne un souffle puissant
    En tendresses infinis

  11. je me reprends un peu,
    désolée, ma petite plume quand elle se lance, n’accepte pas un arrêt!

    15H38…posée un jour de vie

    15H41…se vit lumière en bois
    ses petits mots en plume

    15H43…la ronde des saisons
    et même si elle perturbe

  12. Merci à toi aussi Annick pour cette belle avalanche de mots pleins de lumière, j’ai aimé « l’interrupteur de soi » il faudrait pour cela faire taire les mots qui éclairent et enchantent nos vies et cela tant que la liberté d’expression le permettra nous laisserons éclater nos cris, ces étincelles qui jaillissent de nos cœurs.

  13. imbrication intrigante
    intrication imbricante
    une source confuse
    des déflecteurs aériens
    la recherche d’un lien
    lux éterna jamais n’éternua
    mais dans la nue l’éther
    la voila qui dévoile sa nudité
    dans un halo bien diffusant

  14. (…) »on imagine que c’est la nuit qui monte d’en bas, non la nuit cruelle dont le vide est angoisse sans fond, mais la diaphane, l’arbre veiné d’argent…dans ce dernier sursis du jour »(…)
    Philippe Jaccottet dans Paysages avec figures absentes – Soir –

    une bien douce image à méditer

  15. Je fixe cette lueur au centre de l’image
    Et ne saurais m’en défaire
    Tel un phare au bout d’une jetée
    A l’horizon d’un paysage invisible
    Quand la lumière nous aveugle
    Plonge tout alentour dans le néant
    Nous prend nous enveloppe nous transporte
    Au cœur même des griffes de cet arbre
    Je deviens branche, me blottis en ce monstre
    Qui se balance dans un rayon de lune
    Pour me bercer jusqu’à tomber
    Dans un profond sommeil.

  16. A défaut de hamac suspendu aux branches de cet arbre , je prends la première porte à gauche en haut de l’escalier, un petit bonsoir à Bourrache en face à droite pour lui souhaiter ainsi qu’à vous tous une bonne nuit.

  17. le doigt de Dieu
    le doigt de l’Homme
    l’un, ancré au cru de la Terre
    l’autre en apnée d’un rêve oublié
    incandescence du contact
    ……………………………
    que restent-ils de nos amours ?
    ……………………………

  18. Ce pas de côté qui change tout
    ce point de côté qui remet en cause
    cette autre manière de voir

    changez l’ombre et vous changerez la lumière
    une façon de compléter la perception
    et sans toucher de dividendes
    mieux comprendre la complétude d’un objet
    ce n’est pas par hasard
    si le dessin industriel
    impose des vues d’autant de faces
    qu’il est nécessaire
    pour que la représentation soit fidèle
    alors si le vent joue dans les branches
    on aura le mouvement en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *