Fusion 2 / Fusion 2

Fusion 2 / Fusion 2

peau contre peau

l’écharpe dénouée

mon âme soeur

• • • •

skin against skin

scarf untied

my soulmate

6 commentaires sur « Fusion 2 / Fusion 2 »

  1. Je viens de lire De l’Âme nouveau titre de François Cheng dans le contexte qui est le mien, il a eu pour moi, une résonance extraordinaire.
    Quand Monsieur Cheng nous parle de l’âme, le mot fusion prend un,sens extrême, indissociable de nous-même, partie intégrante de notre être « mon âme sœur » dit Ossiane, Une fusion qui s’intègre dans notre paysage intime pour ne former qu’un seul élan, une unité harmonieuse corps, esprit, âme…ciel, brumes océanes, eau …
    De l’Âme cette correspondance extraordinaire que je viens de lire est en osmose complète avec cette note « Fusion 2 » et le haîku d’Ossiane me semble parfaitement adapté à cette idée : une belle image où libéré de toute contrainte « l’écharpe dénouée » l’âme et l’esprit sont proches « peau contre peau » et se complètent en une entente filiale « mon âme sœur »
    ___

    je t’inventerai
    l’enfant indéfectible
    mer, ciel, et nuages
    mon paysage immortel
    au regard de ton âme
    ___

  2. Les voyez vous
    Le ciel
    Leurs âmes belles
    Complices
    De l’eternel
    Ensemble
    Leurs états d êtres confiés
    Sur un album vivant
    L’oeil vivant ils se vivent

  3. Commentaire pour Fusion 2

    Qu’ils sont beaux les tons bleus de ce paysage, tendres, doux, enveloppants, nuancés.

    « Bleu une porte ouverte sur l’âme » petite phrase relevée dans les jardins de Chaumont sur Loire de Derk Jarman, auteur de lEmoi bleu.

    C’est l’eau, c’est la mer, c’est le ciel, c’est cette atmosphère rayonnante, impalpable qui apaise et réconforte, une aura bienfaisante au cœur des pensées sombres de l’existence, loin des agressivités de la vie.

    « Je voulais rester seul avec ce vide merveilleusement bleu qui était en train d’éclore »
    Yves KLEIN

  4. Être là
    Tout devant
    Ô temps abruti
    Qu’apesanti
    Libération de tête
    Comme si plus rien
    Ne pouvait faire
    Plus mal
    Peut être est ce un délire
    Mais cela reste bon
    D’imaginer avoir traversé
    Les douleurs d’une vie
    Et d’avancer confiant
    Dans des bonheurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *