Voile / Sail

Voile / Sail

étoile filante

bonheur menthe à l’eau

la voyageuse

• • • •

shooting star

happiness mint water

the traveller

25 commentaires sur « Voile / Sail »

  1. Juste une voile à l’horizon et déjà une impression d’aventure, une aile de papillon entre ciel et mer, une bouteille à la mer, un message du petit pigeon voyageur, un sourire qui se profile au loin ; un haïku plein de fraîcheur des mots de toi, des mots au goût du bleu, au goût du beau. Merci Chère Ossiane

    Vers les grands espaces
    là où le bonheur exulte
    Oiseau migrateur

  2. Dans la brume de l’aurore où le regard se perd
    Où la couleur du ciel transparaît à peine
    Où la mer fait silence sur la voile lointaine
    Je savoure l’ample douceur de l’atmosphère

    Dans le bleu ou l’eau et le ciel se fondent
    Où le silence peut paraître éternel
    Où tout devient comme surnaturel
    Je laisse mes pensées voguer sur l’onde

    Dans cette beauté au monde offert
    Où chacun peut puiser sa part de rêve
    Où la joie au plus profond de soi s’élève
    Je me sens heureuse et l’âme légère

  3. il est beau le haïku,
    elle est si belle, l’image,

    Cela légère
    Et donne force
    Dans le tranquille
    Qui met les voiles
    Pour se respirer
    Aimer les ondes
    Les belles superbes
    Celles que j’aime

    belle soirée, Ossiane.

  4. Vois là à tribord la voile qui monte et s’affiche
    s’effiloche quand le loch défile sans pennons ni bannières
    amante de l’amer en paille et long drink
    elle n’est pas boudeuse de son plaisir
    et se love comme la corde sur le pont
    attendant le soleil qui réchauffe et qui brasse

  5. Vent arrière, en avant toute, cap à cap, le tenir pour sûr
    et sentir les ridoirs se tendre, le pataras vibrer,
    et l’écume mousser au sabord

  6. en avant toute, voile ma chérie,
    ma si petite mon échappée,
    tu es divine dans l’océan,
    d’être cette goutte blanche de soi,
    dans tout ce bleu cet infini,
    ton coeur palpite et je l’entends,
    moteur fidèle de l’âme en peines,
    qui rame et rame pour avancer,
    se blottir tout de contre des ondes,
    qui sont si belles de telles lumières…

  7. Bonjour Annick, quelle douce et belle sensibilité dans tes mots, à chacun sa petite voile pour nous accompagner, nous emmener, nous guider, telle une amie fidèle sur la route de la vie.

  8. oui, je souhaite à chacun une petite voile, Monique,

    et je reprends tes mots avec une *,

    je souhaite tellement
    *à chacun sa petite voile
    *pour nous accompagner
    *pour nous emmener
    *pour nous guider,
    *telle une amie fidèle
    sur la route de la vie
    mon coeur ses palpites temps
    quand l’amitié sa fidèle
    est là et encore là encore
    mille pépites de vie
    que ce trésor immense
    en profondeur extrême
    ces lumières si riches
    à l’amitié d’amour

    belle fin de journée, Monique,
    je youpsdegloups dans les dix minutes,
    un grand jour,
    la découverte pour mon fils et moi,
    de la nouvelle dame de la PCH…
    sans peurs, sans appréhensions,
    dans la tendre confiance avec le temps qui passe,
    et qui permet de rebondir avec la précédente dame,
    qui part et est libre de sa vie privée à la mener pour elle.

  9. Vent dans les voiles

    Souffle
    Caresse
    Bruissement
    Murmure
    Sifflement
    Rafale
    Claque
    Secousse
    Affrontement
    Déchirement
    Envolée
    Soulèvement
    Tourbillon
    Tremblement
    Instabilité
    Fragilité

  10. Ce n’est pas la boudeuse
    il n’y a pas de boudoir
    pas l’heure des biscuits secs
    allo le vent tu nous entends
    quand te manifestes tu
    pour nous emporter au loin
    explorer un bout du coin

  11. Grand pavois ouvre la voie et nous laisse sans voix
    tous ces mats et ces vergues en croix quel choix
    et c’est à bon droit que les amarres se lâchent
    et que les badauds d’esbaudissent

  12. Remous

    « Toutes ces brumes
    Issues de nos chagrins

    Tous ces orages
    Qui bataillent entre nos tempes

    Toutes ces ombres
    Qui emmurent l’espérance

    Tous ces cris
    Qui entravent notre chant

    Toutes ces craintes
    Qui retiennent nos pas

    Toutes les clartés
    Qui naissent de ces remous ! »

    Andrée Chedid, Territoires du souffle,

  13. Merci Mathilde, pour ce beau texte d’Andrée Chédid.

    Hisser la grand’ voile
    Partir pour survivre
    Au pays des rêves.

  14. oui, merci Mathilde,
    j’ai lu et relu vos mots, merci,
    sans le dire, je m’en excuse,

    merci Jo.S
    je les comprend vos mots.

    Heinhein,
    c’est si bon que *levivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *