Contour / Contour

Contour / Contour

lac bleuté

l’esquisse d’un poème

mots en nuages

• • • •

blue lake

outline of a poem

word clouds

18 réflexions sur « Contour / Contour »

  1. merci Ossiane, bon week-end aussi à toi
    ____

    Si les mots s’invitent
    Dans le grand cirque magique
    De la nature

    Je danserai avec eux
    Habitée par l’exaltation
    ____

  2. Comme sont jolis
    Les contours doux
    De ce lac enfoui
    Mon doigt dessine
    La courbe des ondes
    Tamponne le ciel
    Délicate arabesque
    De la main dans sa plume
    Qui vient te chatouiller
    Mes lèvres de bel azur

  3. Si les nuages devenaient MOTS
    Ils seraien légers et roses
    Caressant les cimes en douceur
    traversant le ciel sans heurt
    ravissant l’oeil et le coeur
    Impalpables
    Comme un poème déjà en mémoire
    ou toujours attendu…

  4. Sur le circuit des rêves
    Passent les nuages
    Ils dessinent dans le ciel
    Les mots du silence
    Le cœur qui les entend
    Glisse avec bonheur
    Dans le monde des poèmes
    Modèle les mots, les dorlote
    Fait du paysage un chant
    Qui traverse les montagnes
    Flotte sur les eaux
    Encense la nature
    Glorifie sa beauté

  5. Tout et calme et paisible
    Le ciel gonflé de silence
    Chapeaute les eaux de ses nuages
    La montagne s’est endormie
    Le printemps fait une pause
    Dans le vert tendre des prairies
    La nature s’éveille avec lenteur
    Dans cet entre-deux de blanc et de gris
    La douceur fait place à l’agressivité
    Et laisse aux fleurs le privilège
    Des premières couleurs.
    Sourire du coquelicot
    Clins d’œil des premières roses
    Sur les feuilles quelques gouttes d’eau
    Les dernières larmes de l’hiver

  6. Forme et périmètre, découpe et fractales
    faire le tour en continu n’est pas fatal
    mais l’achever est un plaisir total

  7. On en distinguait à peine les contours, au lointain, indistincts
    il y avait comme une auréole qui nimbait le paysage
    et dans ce cumul haut de nuées presque ardentes
    la douceur venait tandis que s’effilochait sur les reliefs
    des masses qui peu pesantes trouvaient à écarter
    un coin du voile et dans ce velum velu je lu les formes
    ou plus précisément j’exhumai quelques détails
    bien découpé la côté était de pic et de taille
    comme des silhouettes mouvantes agitées de soubresauts
    qu’importe le temps passerait, passerelle vers l’infini
    et quand les guirlandes nubeuses auraient fini de ceinturer
    ces hardis reliefs qui procuraient émotion et élévation
    il serait bien temps de redescendre à des considérations …plus terre à terre

  8. Perceptibles dans l’écho du vent
    Suspendus au souffle des nuages
    Comme une ronde au-dessus de l’eau
    Les mots dansent dans le silence

  9. Elévations poétiques de Thierry fort sympathiques sans aucune envie de redescendre sur terre cette envolée, cette vision avec un certain recul me plait bien.
    Ici en Provence aujourd’hui l’horizon est bouché, le ciel s’est écrasé gris sale sur les arbres transis dans une lumière glauque, une atmosphère lourde et triste, à ne pas quitter le nid, pas un chant d’oiseau, juste le bruit lancinant de la pluie.

  10. Un petit lac comme une flaque d’eau
    Plus grand, plus vivant qu’un immense pays
    Où chaque bruit, chaque fleur, chaque arbre
    Racontent une histoire chaque jour différente
    Où la lumière varie selon le ciel et son humeur
    Un petit lac minuscule au creux d’un vallon
    Où se posent les hérons et les canards sauvages
    Un petit paradis lieu de confidences et de rêveries
    Où poussent sur les contours sauvages, en toute liberté
    Iris jaunes, volubilis, roseaux, pâquerettes et pissenlits
    Un tout petit lac pour des rendez-vous de grande envergure
    Où la mélancolie s’échange sans façon contre un bonheur suprême.

  11. Rêveur en pays lointain, reviens vers nous
    Oublie un instant ces lieux paradisiaques
    Influencée par la poésie de Jules Supervieille :
    « Voyageur, voyageur, accepte le retour
    Il n’est plus temps en toi pour de nouveaux visages
    Ton rêve modelé par trop de paysages
    Laisse-le reposer en son nouveau contour »
    _____

    Façonne à ta manière ces paysages
    Laisse courir les mots sur la crête des montagnes
    Recueille sur les eaux les paroles du chant des néréides
    Que ton regard comme un pinceau sur la feuille
    Dessine les contours qui ont fait naître ta joie
    Offre nous à lire la splendeur du paysage
    Donne au pouvoir de l’écriture la force
    De nous conduire aux confins de tes rêves
    ____

    Bonsoir, bonne nuit et à tous un petit brin de muguet comme une promesse de bonheur

  12. Merci Ossiane (si tu es disponible) de mettre ce commentaire à la place du précédent dont j’ai totalement embrouillé le texte.
    ____

    Influencée par la poésie de Jules Supervieille :

    « Voyageur, voyageur, accepte le retour
    Il n’est plus temps en toi pour de nouveaux visages
    Ton rêve modelé par trop de paysages
    Laisse-le reposer en son nouveau contour »
    ____

    Rêveur en pays lointain, reviens vers nous
    Oublie un instant ces lieux paradisiaques
    Façonne à ta manière ces paysages
    Laisse courir les mots sur la crête des montagnes
    Recueille sur les eaux les paroles du chant des néréides
    Que ton regard comme un pinceau sur la feuille
    Dessine les contours qui ont fait naître ta joie
    Offre nous à lire la splendeur du paysage
    Donne au pouvoir de l’écriture la force
    De nous conduire aux confins de tes rêves
    ____

    Bonsoir, bonne nuit et à tous un petit brin de muguet comme une promesse de bonheur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *