Vos poèmes du mois de Janvier 2013 …

Si vous voulez bien déposer vos poèmes composés à partir des titres de notes du mois de Janvier sur la page des commentaires … Voici celui de Neyde qui fut la première à me l’envoyer, suivi de peu par de celui de Monique … merci mes amies !!

PESANTEUR
sur mon âme,
larmes jaillissent
de mes yeux
comme un GEYSER
de tristesse.
M’enfuir?
Je ne peux pas!
Je ne suis qu’une ÎLE
ET ELLE, la tristesse,
est un ÉCLAT DE MER!
Ah! si j’avais des ailes!
J’irais,
le coeur en CONFIANCE,
d’île en île,
sur la mer de turquoise,
jusque à la lumière
de l’amer blanc,
chercher ma joie.

Neyde

Toutes les images inscrites
Dans la LUMINESCENCE de ce mois
Ne sauraient se perdre dans la PESANTEUR de l’hiver
Elles jaillissent, GEYSER de beauté
ILE pour ELLE rayonnante
ILE FLOTTANTE issue des rêves
Dans un ECLAT DE MER ?, songe d’ailleurs
Où l’âme se repose dans la CONFIANCE
Des mots qu’elles firent naître
Où il fut question de l’ami
De la beauté, de l’amitié, de l’amour
Mais aussi de voyage, d’îles lointaines
De l’île aux secrets, d’attente,
D’évasion, de mélancolie , de lumière…

Monique

 

13 réflexions sur « Vos poèmes du mois de Janvier 2013 … »

  1. Très belle allégorie Neyde sur la liberté et l’impuissance bien souvent à pouvoir s’échapper de notre pauvre condition, ah ! si j’avais des ailes….. en contrepartie ah ! si j’étais une île, j’aurais le silence, la tranquillité, tout l’océan à mes pieds, les oiseaux pour amis, l’air pur et le chant des vagues…je serai le Robinson du bonheur-;)

  2. merci pour vos mots magiques…

    pour vos textes sensibles…

    oui Ô que oui, …sur la liberté et l’impuissance bien souvent à pouvoir s’échapper de notre pauvre condition d’Humain trop Humain…

  3. « …la sagesse, c’est le murmure du solitaire sur la place tumultueuse. » Nietzsche dans humain trop humain

  4. Confiance : mon monde est là en moi
    Un éclat de mer, une brise, une rumeur sourde familière
    Parfum de pins … écume de souvenirs…
    Luminescence
    Mais aussi
    Le sable fin de cette île flottante dans l’azur lointain
    Ile
    Et elle si légère claire parfaite
    Sans pesanteur
    Comme un geyser de bleus
    Cueillis aux encres des cieux

  5. Oui, Monique, merci pour cette citation, j’aime beaucoup également. Comme aussi votre texte qui nous fait échapper quelques instants avec bonheur à la pesanteur de cet hiver décidément bien gris 😉 !

  6. L’astre se réfugie sous la grande dune, les rives de mon être se calment, la feuille du temps se fige, les ombres de nos arbres dessinent dans nos plaines, nos enfants courent dans la cour, et nos pensées vagabondent : elles bruissent à la mémoire des feuilles égarées, des feuilles envolées…

  7. Coucou, Ossiane
    et l’equipage
    Je suis venue relire vos mots et les miens aussi.
    Je ne sais pourqoui j’ai laissé deux titres
    LUMINESCENCE et ÎLE FLOTTANTE
    sans les mettre dans mon poême!
    Sera-t-il la vieillesse??
    Bien, j’ai fait une « greffe »
    pour completer le jeux!

    LUMINESCENCE
    au matin de perle,
    PESANTEUR
    sur mon âme.
    Larmes jaillissent
    de mes yeux
    comme un GEYSER
    de tristesse.
    M’enfuir?
    Je ne peux pas!
    Je ne suis qu’une ÎLE
    FLOTTANTE, une petite ÎLE,
    ET ELLE, la tristesse,
    est un ÉCLAT DE MER!
    Ah! si j’avais des ailes!
    J’irais,
    le coeur en CONFIANCE,
    d’île en île,
    sur la mer de turquoise,
    jusque à la lumière
    de l’amer blanc,
    chercher ma joie.

    ——————————
    J’ai écrit ce commentaire mais je l’ai mis sur Luminescence.
    Maintenat je le pose ici.
    ——————————
    Monique, merci de tes mots de soutien!
    Tu es une vraie amie. pleine d’amour!

  8. merci Neyde, c’est Tellement bel de toi.
    les années passsent et le coeur ne se fane pas, ^ou pas accent?!
    désolée je ne change pas trop…quoique?! sourire!

  9. Delirious ,n’est pas delicious ,
    même si très mince
    que la dive en fort ne soit pas
    celle pour qui on en pince
    parce qu’à la fin
    c’est sur ça vous rince
    alors plus de borborygmes
    un champ de vue retrouvé
    malgré des sens éprouvés
    on va pouvoir recouvrer
    la plénitude de ses facultés
    parce que l’ivresse
    c’est un peu comme
    l’enthousiasme
    ça sert à chasser
    les miasmes
    mais ça occulte
    bien des choses
    on est loin de la réalité
    tout est idéalisé
    le chemin est balisé
    les obstacles repoussés
    mais ils sont là
    et on ne tardera pas
    à s’en apercevoir
    principe de réalité
    oblige

  10. Faisant confiance
    Dans la pesanteur
    Le Geyser ose
    Se lance, se déplie
    Comme un éclat de mer
    Au ciel
    Un embrun au paradis
    Mais pas trop longtemps
    Non

    Il retombe, il revient
    Car la vie terrestre
    Entre île et elle
    Vaut son pesant
    De luminescence dorée
    Vaut toute cette confiance
    Espérée
    Dans l’équilibre
    De la pesanteur

    Le Geyser voit
    L’île flottante
    Et il sait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *