Croquer / Sketch

Croquer /Sketch

tête nue dans l’herbe

j’écris la mer je peins le ciel

plumes aux cheveux d’ange

 

• • • •

 

bareheaded in the grass

I write the sea I paint the sky

feathers angel hair

 

34 commentaires sur « Croquer / Sketch »

  1. Merci pour la gentillesse de vos mots et la beauté de vos poèmes dans les notes précédentes … je suis toujours très nomade et accaparée en ce moment d’ou mes absences mais je prends le temps de vous live avec toujours le même plaisir et intérêt … pas de souci quant à vos écrits, je vous laisse plume libre 🙂 Heureuse aussi que cette suite en couleurs vous plaise … je tiens à mener le noir et blanc et la couleur de front ce qui n’est pas si facile … je n’aime pas mélanger les deux d’ou ces longues séries que je trouve plus harmonieuses te cohérentes … je repars en voyage, à bientôt, je vous embrasse, bonne nuit!

  2. Vogue, notre Capitaine au long cours,
    Entre noir et blanc
    Nuancés de tendres couleurs
    Emporte nous
    Evadons nous
    Tous ensemble…
    Sur le pont !

    Biseeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeee

  3. Le fameux format carré dont tu parlais hier ! Je m’y exerce un peu. Bien cadrer avant que de se décider.
    Ton image, Ossiane est superbe.

    Croquer
    allongé dans l’herbe
    tes lèvres
    au loin, la mer ronronne

  4. quelle jolie évasion si douce tentation…toute cette fragilité devant l’immensité…comme c’est fort superbe…cela donne à goûter des parfums délicats…c’est tendre et apaisant…allonge toi près de moi…et regardons ensemble…la beauté de la vie…dans ses frissons jolis…laissons nous emporter par sa magie *levivre…ta main tendre la mienne…comme c’est bon voyage…

    Quelle belle image, Ossiane, un fort beau cadeau…sur ce sentier son temps…d’Avent Noël…que les coeurs soient en fête…pour se partager jolis…c’est un des sens de vie…

    JOLI, Jeandler! coucou Chritineeeeee! bon voyage, Ossiane…Bonjour à chacun…

  5. Croquer la vie c’est aussi prendre le temps de rêver, de s’évader, d’écouter battre son coeur, de déguster le bonheur , de composer des petits bouquets de mots sauvages cueillis au bord des plages fussent elles arides.
    ___

    La plume en hiver
    Promenade en écriture
    La mer en été

    Nostalgie de l’océan
    Chevelure dans le vent
    _____

    C’est aussi se rencontrer, s’attendre, s’entendre et se comprendre, se retrouver à partir d’une image, d’un poème toujours surprenants de beauté, déguster comme dit Annick, s’ évader comme dit Christineeeeee , s’émerveiller comme le fait Jeandler, gourmands que nous sommes de croquer ainsi la vie….

  6. Ecrire avec le ciel
    Oiseau de passage Ossiane nous laisse quelques plumes
    pour en faire un poème
    en quelques brins d’amitié

  7. Si douce gourmandise…que le parfum des lèvres…senteurs au goût de l’autre…s’envoler belles ses ailes…croquer de bel plaisir…la vie sa belle page…dans la beauté d’aimer…l’envol de se respirer ensemble…de belles ondes…sur ce chemin faisant…tendre temps de l’Avent…

  8. Des fleurs et des herbes
    Et la grande page blanche
    Entre ciel et mer

    Quelques signes gravés pour toi
    Sauras-tu les déchiffrer ?

  9. Il y a des scènes à croquer
    des herbes à mâcher
    des idées noires à ruminer
    et puis des fois on arrête son sketch
    qu’on trouve plus kitch qu’autre chose
    et on prefère rêver à une croisière sur un Ketch

  10. Comment ne pas craquer
    face à un tel paysage
    pas de raison de se braquer
    ou alors mais pas effaré
    pour écarquiller les yeux
    et écarter les tiges

  11. A quoi sert à fin, à toute fin même
    de se mouvoir sans s’émouvoir
    une végétation pas famélique
    donne vite un air angélique

  12. Sur les vagues de l’âme
    S’envolent les mots déracinés
    Ils cherchent dans le vent
    Un havre où faire escale
    Plumes au vent, graines éparpillées
    Gribouillis de l’indescriptible
    Aux résonances parfois violentes
    Imbroglio dans un destin étrange
    Où l’on croque même sans s’y attendre
    Des morceaux parfois acres de la vie.

  13. Croquer l’instant

    Retenir le bleu des vagues
    Fixer la courbe d’une fleur
    Mémoriser le chant du vent
    pour garder la légèreté des lieux…

  14. Sand which ? on ne voit pas la plage, on la subodore !
    mais il n’y a pas d’écrasement dans la perspective et la profondeur de champ

  15. Si tendre gourmandise…que la mer de ses bleus…viens je te prends la main…on se berce ses tendres…nos petit poumons les croquent…les ondes leurs délices…et quand tu me regardes…je me rougis de vie…cet éclat sa pépite…tout le cristal du ciel….

  16. Sur un fond de nuages, à la chaleur d’un soleil intérieur, des gouttes sur le vélux, pluie de larmes de joie, trois petits tours et puis s’en vont….
    _____

    J’ai voulu croquer
    à pleine dent le bonheur
    au plaisir d’un jour

    ______

    Un aller-retour au pays natal, le temps d’une averse, d’un coucher de soleil, croquer et craquer, étourdie, heureuse et pourtant le temps trop court et tout ce qu’il fallait soustraire au désir de plus….

  17. La cloque ne se croque pas mais ce n’est pas un pécher
    cette vue surplombante nous donne la pèche avec aplomb
    c’est une nature forte et surtout revigorante

  18. Sur le bleu du ciel et de la mer
    Nous dessinerons le vent
    Avec les herbes de la plage
    Nous tisserons un papyrus
    Nous inventerons une histoire
    Nous l’écrirons ensemble
    Avec la pointe d’une tige
    Et l’encre de la sève
    Nous graverons nos noms
    Comme au bas d’un parchemin
    Cette histoire sera si belle
    Qu’elle restera gravée
    Et non comme des paroles
    Qui s’envolent dans le vent
    Le soir au coucher du soleil
    Elle flottera sur l’Océan
    Comme une bouteille à la mer
    Elle portera au-delà de l’horizon
    Un petit message de bonheur
    Confié aux hasards du temps

  19. j’y ai vu une écharpe de verdure sur un cou bleu
    quand redoublent les vents , l’évent en dégradé
    et l’avent qui se lève pour parcourir son calendrier

  20. Je ne sais pas pourquoi il me plairait
    D’aller me promener au bord de la mer
    Sentir le vent sur mon visage
    Cheveux dans le vent, le cœur content
    Oublier le temps d’une balade
    Noël et ses festivités, cadeaux et lumières
    Mes pieds plantés dans le sable
    Je donnerais la main aux herbes
    Me balancerais avec elles
    Je ne penserais à rien d’autre
    Qu’au bonheur d’être là, face à la mer
    Je sentirais monter en moi
    Une chaleur étrange celle que l’on nomme ainsi :
    « Cela me fait chaud au cœur » oubliant un instant
    Le froid, l’hiver, la pluie, le vent et la grisaille….
    Je rêve mais que voulez-vous, j’aime tellement ça !!!

  21. C’est joli ce que tu écris, Monique,
    et c’est au programme pr le Noël des enfants,
    loin de Noël et ses festiv…

    Un jean son col roulé
    Pépites de vie en poches
    Le petit nez devant
    A se parfumer de mer
    Son tranquille marché
    En espérant le soleil
    Et si le parapluie
    C’est d’un fort beau aussi
    En papilles le regard
    D’un jour d’avant Noël
    Et le jour de Noël
    Les repas simples et bons
    De légumes et poissons
    Des fruits en gourmandises
    Sa petite pâte feuilletée

    Noël du goût de la vie
    Au parfum de l’ozone
    L’horizon tout devant
    Une page à ouvrir
    Son chaque jour Noël
    Dans la beauté d’aimer
    Loin des vilains avides
    D’argent luxe et pouvoir

    Juste se palpiter
    C’est d’une telle envergure
    Ses petits roulis à elle
    Rentrés en tout dedans
    Jusqu’au bout de sa vie
    Un baiser au long cours
    Qui n’en finit jamais
    De sa pureté d’aimer

    *Cela me fait chaud au coeur (et je te cite Monique!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *