51 commentaires sur « Cercle »

  1. Il ne se laisse pas commander à la baguette
    et n’a rien d’un tambour
    ainsi ceinturé de près
    il n’appelle pas au secours

  2. A partir de cette image, l’arbre, la forêt, le cercle, le labyrinthe, l’aventure, la vie, les questions, les poètes tous ces mots m’amènent à penser au cercle des poètes disparus ….
    _____

    Parce que l’arbre est au centre des inspirations
    Et que les mots gravitent tout autour
    Ils finissent par former un grand cercle ouvert
    Parce que les mots n’enferment jamais
    Ce n’est pas une ronde mais une farandole
    Ils vénèrent l’arbre et la nature toute entière
    Un labyrinthe où les mots entre eux s’épousent
    Jusqu’à déposer au pied des arbres
    Les poèmes qu’ils composent en hommage
    A la beauté, à la création, à l’amour, à la vie
    Un chemin de pensées qui s’expriment
    Qui tourne et qui tourne pour chercher la vérité
    Et qui de mots en mots parviendront un jour
    A comprendre peut-être pourquoi la vie, pourquoi la mort.

    _____

    Jolis rêves, et belle nuit à tous

  3. Et qui de mots en mots parviendront un jour
    A nous aider à comprendre peut-être
    Pourquoi la vie, pourquoi la mort.

  4. c’est joli, Monique, et comme je suis heureuse de reprendre ma plume qui m’aime! mon temps plein me revient lundi! yaouhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh!

    merci ossiane,
    au départ je me sui dit étrane, je vois cercle et puis épure, whas is das?
    YAOUH, quelle belle création!

    et puis comme j aurai le temps d’écrire de vivre, Merci!
    cela tombe pic, hein, rachel?!

  5. on a écrit in the m’aime temps! hein monique?!

    pourquoi la vie pourquoi la mort?!
    juste car le vie entre deux d un je vous aime vous?!

    bels dodos dans vos hamacs l’équipage, Ossiane veille au grain! bisous Ossiane!

    c’est rien, juste une décompression après des jours de pressions! hein?!*clin d oeil bougie c’est Noël§

  6. Décompresse Annick, c’est nécessaire bien souvent, je t’embrasse et bonne nuit comme nos doigts qui s’agitent ensemble sur le clavier, nos petits yeux eux bientôt vont se fermer sans plus attendre.

  7. Il court il court le furet, le furet du bois mesdames, il court il court le furet le furet du bois joli, il est passé par ici il repassera par là et ri et ra et tralala…Et v’là on tourne en rond joyeusement dans les rondes d’enfants.

  8. Alors, je fai un voeu, des veoux, dessous le chêne, bien avant le premoer de l’an,
    la vie c’est chaque jour à se souhaiter gai léger comme un pinson.

    Doux week pour chacun.

  9. Superbe vision de 22h26 Monique
    il fallait y penser et c’est si bien ajusté
    bravo encore
    Merci Ossiane de ce triptyque qui rassemble et concentre

  10. A mon tour de venir faire un tour
    ____

    Des tours et détours
    Je tourne et tourne toujours
    Autour tout autour

    Y retourne et me détourne
    De tous retours et contours
    ______

    Mais tour à tour les mots toujours nous jouent des tours- 😉

  11. A lire à haute voix, on entend presque le tchou-tchou du petit train à vapeur des Cévennes, celui qui va d’Anduze à Saint Jean du Gard qui tourne et se faufile à travers la montagne -;)

  12. Vous qui rêvez, et voyez dans la nature
    Des formes extraordinaires,
    Géométriquement parfaites
    Auriez-vous trouvé au sein de celle-ci
    Le cercle absolument parfait ?
    Solution incontournable sans doute
    Si l’on se réfère à Léonardo di Vinci
    A l’homme vitruvien ingénieux
    Nous ne pouvons plus ainsi nier
    Que l’homme s’inscrit dans un cercle
    Alors oui le cercle parfait est « bien » dans la nature
    « Bien » symboliquement sans doute
    Autant que la quadrature du cercle
    Car il est parfois à craindre
    Que le cercle ne soit pas
    Si parfait qu’on voudrait bien le dire
    Si le corps s’y inscrit, qu’en est-il de son cerveau ?
    Il arrive souvent que cela ne tourne pas si rond
    Là haut au sommet du crâne des humains
    Pourtant la roue tourne et le temps avec elle nous emporte
    Refermant le cercle de la vie de la naissance à la mort.

  13. IL ARRIVE SOUVENT QUE CELA NE TOURNE PAS SI ROND
    LA HAUT AU SOMMET DES CRANES DES HUMAINS

    je te cite, Monique, je te cite ô comien, je le pense,
    quand la vie offre des déceptions de gouffres tels,
    on se sent la haine monter,
    et il faut se redresser, agir réagir,
    faire encore confiance aux cerveaux qui vont bien!

  14. J’aimerais avec toi
    Faire un tour dans la forêt
    Tu vois je ne suis pas exigeante
    Tu me raconterais des histoires d’ailleurs
    Et tous les deux nous ferions ainsi le tour de la terre
    En une concentration de temps et d’espace
    Pour un voyage de découvertes et d’évasion
    D’un pas tranquille , prenant le temps de s’arrêter
    Le rêve ferait tranquillement son chemin
    Une minute ici, une minute plus tard
    A l’autre bout du monde
    Voyage à la Jules Verne ou à la Stévenson
    -Loin de savoir ce que l’on cherche
    Mais sachant si bien ce que nous fuyons-*

    *Une idée de Montaigne

  15. retrouvé les mots exacts de Montaigne
    :
    « Je réponds ordinairement, à ceux qui me demandent raison de mes voyages que je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche » Montaigne

  16. Que vous-ai je fait
    Donc, pour qu’ entre des barreaux
    Vous m’encercliez?

    Aventuriers en herbe
    hôtes des voies balisées

  17. Le naturel est il dans la fuite
    et à quoi bon le chasser s’il revient au galop
    Le culturel est il dans la quête
    et à quoi bon commencer trop tôt puisque nous avons la vie pour cela

    ce Montaigne alors !

  18. le monde est ainsi fait
    il encercle la sagesse
    pour la taire d’aimer
    le mond esent mauvais
    il fait son trop de mal
    a tuer ceux qui aiment

    désolée, chère Ossiane, ma plume écrit trop vite et fait bien trop de fautes!
    j’espère que tu vas bien, *ici la plume respire son souffle peut respirer, il était encore temps!

  19. La sagesse est un bien trop précieux pour se laisser enfermer dans une quelconque enveloppe elle est plutôt diffuse comme cette lumière, mais la force de l’amour reste avec ce mouvement imeprceptible mais continu.

  20. Difficile de parler de sagesse lorsqu’on parle d’amour à trop aimer on devient parfois un peu fou mais c’est peut-être bien aussi être à la fois fou et sage quand on aime…

  21. Il n’est pas tombé le seigneur du cru
    ils l’ont acculé puis se sont reculés
    respectueux pour un temps
    peut être juste avant la curée
    il a tant donné et tant duré
    il a enduré les pires des outrages
    réagit sans peur et sans rage
    le temps est son allié
    mais eux n’ont eu de cesse
    à coups de boutoir
    de frapper le heurtoir des ans
    ils voulaient prendre la place…forte
    il ne s’est pas rendu à leurs raisons
    et sans découvrir sa garde
    à tenu à distance les assaillants

  22. On n’aime jamais assez la vie , hic et nunc, et il faut tout donner et se donner entier
    c’est qu’elle est dévorante cette flamme intérieure, il n’est pas temps de laisser la flemme nous envahir , après il sera trop tard, rien ne sert de courir, nous allons tous mourir mais pourtant évitons les regrets et les sentiments les plus doux de bienveillance et d’attention resteront dans nos coeurs ces plus beau souvenirs

  23. A partir de quel moment « l’art tique » ?
    Sur quoi le cercle se referme-t-il ?
    S’agirait-il de la philosophie du portique en tant que sagesse ?

    Ah la la Thierry que de questions et pas des moindres…… et toutes les questions n’ont pas forcément une réponse et c’est bien là le problème……

  24. merci Monique et Thierry,

    l age me permet peut être de voir un chouya plus clair,
    sur cette folie de vie, et c’est bien,
    cela rend fou de paisible, son état bel heureux!

    Toi oui Toi
    Je t’encercle mes bras
    Je t’embrasse mon doux
    De mon entière c’ailes
    Tu es toi et c’est bon
    Le monde me désespère
    Tu es mon espoir vrai
    Et me fait bon d’y croire

    En un être singulier
    Qui sait au moins aimer
    Comme il est chouette d’aimer

    Le ùonde aime et puis il largue
    Où est l’amour dedans
    Aimer c’est quand cela passe

    Fort de son fort puissant
    C’est une jolie audace douce coquinerie
    Sa pupille bellle tendre
    Car c’est si bon l’état
    D’être amoureux profond
    Comme ça sans le prévoir
    Etonné de connaître ô temps
    De voluptés en ce monde si rude

  25. Pour les végétaux « sans âge » qui se mêlent et dont la création peut s’étaler sur plusieurs milliers d’année, y a t il un début et une fin puisque tout est continuité et contiguïté ?

    les questions ne sont pas faites pour être toutes répondues, ce ne sont pas des mathématiques avec des solutions, même multiples, et des nombres complexes, maïeutique est cet accouchement de nous même par nous même dans des inférences sans interférences et des retours.

    je pense plutôt à l’Ouroboros et à Jung, la jeunesse et la vieillesse se rejoignent dans un infini bouclé, le cercle de nos vies un jours se fermera, il sera alors parfait.

    Pour le portique, c’est comme pour le Lycée et le gymnase on y va de grès et pas de force, comme on pratique les agrès sans être agressifs.

    L’art de réussir sa vie , sans en faire un chef d’oeuvre c’est d’être fidèle à soi même et à ses idéaux en évitant de les trahir quand c’est possible .

  26. j aime bien tes mots, Thierry, et je te cite:

    L’art de réussir sa vie, sans en faire un chef d’oeuvre c’est d être fidèle à soi même et à ses idéaux en évitant de les trahir quand c’est possible.

    et c’est houlala de bien difficile toute cela de *levivre, mais c’est rester vivant, et c’est c’est déjà Tellement l’essentiel de sens de vie.


  27. car si on est son mort
    même si sa chair apparente
    c’est un bizare sens de vie
    où est son sens?!
    le sens de vie
    c’est *levivre!

    je vous embrasse tendre équipage!

  28. Petite ronde sur le pont Jacline autour du capitaine et ce malgré la tempête, bonne nuit et plaisir de te lire au détour des notes d’Ossiane ce soir.

  29. Je suis très touchée, Monique, souvent en veille tardive sur le pont, de ton petit mot chaleureux.
    Bonne nuit aussi malgré le tapage des branches tordues de vent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *