Aimer

Aimer

la paume ouverte

la main qui donne

la main heureuse

65 commentaires sur « Aimer »

  1. Elle coupa la pomme, fut rentra, le prophète Joseph; elle le regarda; elle le trouva ange, sa main fut couper par l’admiration et l’expression.

  2. Comme c’est émouvant
    De son joli
    Une main
    Toute son offerte
    Ou doigts tendus
    Chacun sa main son partage
    Sa vie dedans
    Ce qu’il en fait
    Il y a des mains de tous les ages
    Mais parfois le temps n’attend pas
    De parcourir la main
    Certaines mains d’enfants
    Travaillent si dur
    Quand d’autres sont si douces
    Après des décennies
    Un main parle muette
    Suffit de la regarder
    Elle porte le scénario
    De sa vie d’être sur terre
    A se mourir d’aimer
    Ou d’être aimé si fort

    Une main
    Sa vie
    Le regard d’une main
    Tendue vers l’infini

  3. A I M E R
    Le verbe est beau
    L’image saisit
    Comme c’est bon
    Une vie d’aimer
    Sans se lasser
    De faire du bien
    Ses petites mains
    Tendues vers d’autres
    Le monde souffre
    C’est bon de l’aimer

  4. la main coupée d’avoir fauté
    la main coupée d’avoir aimé
    un cœur libéré d’avoir donné
    une vie détachée

  5. Si la main qui donne te semble au-dessus
    De la tienne tendue recevant dans sa paume

    Appuie la sur le miroir
    Passe le tain de la glace
    Le bris au fil de rasoir
    Tracera ligne de chance

  6. « Pour caresser l’odeur des bois
    Une main aux cent mille doigts

    Pour aller dans l’enfance ancienne
    Une main pour tenir la tienne

    T’en souvient-il ? Un grand ciel blanc
    Dans l’étang luisant et le vent

    Passant sur un château détruit
    Avec ses feuilles et sa pluie

    Sur la route du Cœur-Volant
    T’en souvient-il ? C’était au temps

    Des saisons, au temps des nuages
    Nous étions comme eux de passage

    Et si parfois tu sens sur toi
    Comme aujourd’hui comme autrefois

    Une main aux cent mille doigts
    Redis-toi toujours que c’est moi. »

    Pierre SEGHERS (Le Cœur-Volant)

    ___

    Aimer se dit du bout des doigts, il est si fragile qu’on a peur de l’émietter de le voir disparaître dans le bec d’un oiseau là-haut dans les nuages.
    Puis à force de regarder le ciel le voir un jour se poser sur ma joue, larme de pluie que ta main d’une caresse viendra essuyer pour y poser un baiser et comprendre alors la force d’aimer.
    ___

  7. Des baisers déposés sur une paume et puis gentiment soufflés dans une direction précise
    une ligne qui unit et transmet, un lieu de jointure à la sensibilité exacerbée, tactilité extrême
    pour moments d’émotion pure, sensorialité débridée et caresses rêvées , j’accueille dans mes mains globe ce que je ne peux gober et voici que s’épuise par sécheresse la douceur native
    sans marcher dessus j’en ai appris le contenu, celui des offrandes et des suppliques, des exhortations et des tentations, à portée de main voudrais je saisir ma vie, celle qui me tend les bras malgré ses hauts et ses bas

  8. Au détour d’une allée, une paire de menottes déposée par l’artiste pour délier nos pensée sur la liberté et sur l’amour.

  9. Bonheur évaporé
    L’Amour est la marée
    Contre la côte sauvage

    Miroir de la lune
    Nuages de l’Amour
    La main tendue

    Liberté de l’être
    Aimer l’autre
    Détenu

    La main barrière
    Monter l’escalier à l’ arrière
    A tout prix

    Chemins de vie
    Cœur égaré en hauteur
    Se poser au creux de la paume.

    Belle photo…comme toujours.

  10. je souhaite à chacun, de jolies vacances,
    à bientôt,
    que cette paume offre son meilleur le plus possible pour la capitaine, l’équipage et chacun.
    Annick

  11. Paume ouverte vers toi Annick pour te souhaiter le meilleur là où tu vas et te remercier pour tout ce que tu donnes de toi ici … je t’embrasse, à bientôt, carpe diem!

  12. Savoir prendre, savoir donner, main tendue, main offerte, en caresse, en mots gravés, bel outil, beau prolongement de l’âme, maillon d’une chaîne…. quel beau symbole, mais que jamais elle ne se lève poing fermé pour frapper, pour détruire et pire encore… qu’elle reste ce symbole de partage, de communication, de don de soi, d’amour ( avec en toile de fond la splendeur des mains tendues de Michel Ange).
    C’est beau une main, celles que nous présentent Ossiane sont comme un livre ouvert où se lisent les mots qu’elle a su si bien nous offrir dans ces trois vers :
    « La main ouverte
    La main qui donne
    La main heureuse. »
    ____

    Une main que j’aimais
    Dans la mienne serrée
    Nos doigts mêlés
    Enlaçés

    Les lignes de nos vies
    Brisées par le hasard
    Nos lignes d’amour
    Indemnes

    Mémoire du toucher
    Jusque là ignorée
    Ta main dans la mienne
    Aujourd’hui retrouvée.

    ____

    Je me joins à toi, Annick et souhaite de belles vacances aux partants, bon courage à ceux pour qui les vacances s’achèvent.

  13. Je me doutais un peu que ces deux mains offertes allaient vous inspirer dans tous les sens … bon courage aux restants qui ne sont pas encore partis! Amitiés à tous et à vos beaux poèmes insprés !

  14. La main joyeuse
    Vient de poser son gant
    C’est que parfois la vie
    Se vit sur un ring obligé
    Et quand on aime la boxe
    Moufles de velours
    Cela prend du temp
    Tout le temps essentiel
    Pour marcher sa vie
    En amour
    Ses doigts doux tapotis
    De chair humaine

    carpe diem et merci, Ossiane et Monique,
    l’enthousisme n’est pas de le quitter cette région de VIE,
    mais des VIES me tardent de retrouver dans le Nord,
    AIMER ces coins de quelques parts pour se faire du bien!

  15. Plus que les mots les mains disent
    Sur le clavier ou sur la toile
    La beauté, la joie, la colère,
    Elles palpent, caressent, déchirent
    Sculptent et modèlent
    Métamorphosent la matière.
    Complices des fleurs et de la terre
    Accouchent sans douleurs
    Les plus beaux fruits de la nature.
    Du corps dont elles émanent
    Elles en connaissent le charme
    Et sous la douceur de leurs doigts
    Font naître les frissons.
    Tel un poème sans mots qui se goûte
    Se savoure et s’inscrit dans le cœur
    Les mains ont leur langage
    Qu’elles puisent dans l’Amour et la Beauté.

  16. comme il est beau ton texte, Monique, joli,Aspe,

    c’est certain cette page inspire de bels écrits…merci à vous

    La main celle qui tient le petit doigt de son bébé
    une autre main celle de monsieur agé tendre avec sa compagne
    cet autre encore dessous la couette sur le sein de son aimée
    deux petits enfants main dans la main complices
    celle ci pétrit la pâte l’autre cloue une planche
    là bas cette main elle fait coucou bonjour je suis là
    celle qui court sur le piano sur des solfamirédo superbes
    cette main tendue juste au beau temps avant le trop tard
    des mains des bombes éclatent enlèvent des chairs et c’est l’horreur
    une main cela parle surtout sans mots
    cela bouge cela vit c’est l’âme dedans
    cela tournicote ou bien se joint ou la carresse ou un à l’aide
    la main
    sa main
    celle de l’autre

    main dans la main
    doigts enlacés
    bel acte d’aimer de toute beauté
    scandé délice son délicat
    tout est dedans
    du bel amour
    celui qui d’une main sa canne
    guide la vie d’un rayon de miel

  17. Oui Annick c’est une échappée, une évasion qui nous est offerte avec une telle note, un beau voyage en ce temps de vacances entre les mots, les émotions, des retours en souvenirs, contrées où l’on revient car les mots nous y attendent pleins de promesses et de rêves. Tes poèmes Annick sentent tout cela.
    Merci Ossiane pour ce joli choix de destination estivale-;)à chacun son voyage….
    Je vous embrasse.

  18. Mains ouvertes
    L’une dit vient
    L’autre dit stop

    Aimer passion
    Exquise
    Aimer souffrance
    Extrême

    Le verbe est délicieux
    Dans un sens
    Le verbe est cruel
    De l’autre sens

    Sens en émoi
    Et moi ?
    Et toi ?

  19. Mains ouvertes
    L’une dit viens
    L’autre dit stop

    Aimer passion
    Exquise
    Aimer souffrance
    Extrême

    Le verbe est délicieux
    Dans un sens
    Le verbe est cruel
    De l’autre sens

    Sens en émoi
    Et moi ?
    Et toi ?

  20. mettre sa main dans celle de l’autre
    en pensant a demain
    marchant la main dans la main
    autrement que seule les mains pendantes
    deux mains qui se touchent
    pour se détendrent l’une dans l’autre
    dans le soleil couchant
    deux regards qui s’enfoncent dans leur pupille
    et deux mains qui se serrent l’une dans l’autre
    le bonheur est dans les mains parfois
    une dans l’autre et non le contraire
    comme deux amoureux qui regardent ailleurs
    de peur de lire la pensée de l’autre
    de souffrir le déni de l’amour
    prendre une main c’est déja aider l’autre
    et l’aimer comme elle est…xo

  21. A main libre mais tendue,
    à main courante mais détendue
    à main dé-serrée mais pas complaisante
    la main nous amène où elle veut
    les contours soufflés
    sur les décorations pariétales
    nous expriment sa force symbolique
    venue des temps anciens
    elle élève l’homme
    mais n’est pas un vecteur opposable
    on ne peut dire pouce
    à l’évolution
    elle est confrontante
    et pourtant elle nous tente
    prolonge nos désirs
    accumulent nos richesses
    flatte nos désirs
    et de cette réflexologie
    nait une pensée élaborée
    la main comme miroir
    l’appréhension est dans la préhension
    celle du monde nous a été donnée
    mais ce sont les outils
    qui développent les facultés
    la mains civilise et domestique
    d’abord le feu et puis les bêtes
    elles flatte et retient
    elle rate et contient
    elle donne l’habileté de la tactilité
    nous sommes ses hérauts tactiques
    dans une savante didactique
    et des héros aussi mais si sombres
    puisque la main ne lève pas le coeur
    mais soulève les foules
    elle implore et conteste
    elle refuse et déteste

  22. On ne peut mettre sa main à couper à tout bout de champs
    on en manquerait vite et on déduit des doigts le mode d’emploi
    tous ne sont pas mis à l’index mais indexés ils varient
    l’annulaire n’annule pas les formules de mariage
    l’auriculaire flatte plus que le pavillon de l’oreille
    le majeur à mis du temps à grandir
    le pouce bascule et donne la mort
    mais à main nue on explore le continent des sens
    on se coltine plus que des sacs de céréales
    on évacue rapidement les mains sales
    c’est un vecteur d’échange et de prise de contact
    c’est une prise pas débranchée au monde
    mais c’est aussi un redoutable chemin d’infection
    l’affection par les mains en imposition
    paie sa dime comme tribut légitime
    aux pulsions
    et cet attribut sublime
    peut mener à la répulsion
    le rejet
    la césure
    la coupure
    le poing ou le ciseau
    le plat de la main
    empaumé on se perd
    mais le penta digit
    aurait pu servir de base
    au lieu de cela
    on ne compte plus sur lui
    qu’en cas d’exceptions
    reliquaire de la merci
    qui lui rend grâce
    quand il n’agace ni ne glace

  23. Goupil mains rouges
    qui ne sait laquelle bouge
    et dans ces bouges obscures
    aux lumières vacillantes
    où les ombres se découpent
    la crasse n’apparait pas dans la grande lumière
    les callosités ne sont pas gibbosités
    mais les mains usées trahissent la besogne
    noble ou basse vers la terre abaissés
    et on ne peut biaiser avec le labeur
    qui ne compte pas ses heures ni sa peine
    ne peut rendre les rênes
    tient il son destin en main
    est ce son plus précieux bien
    qui sait ce que lui réservent
    la junte, la DINA et les tortionnaires
    qui n’ont eu de cesse de réprimer
    réduisant le pouvoir séduisant de la main
    écrasant sans pitié ses facultés
    cassant membres et opposition
    faisant taire et la voix et la musique
    objet de résistance et de supplice
    elle sont gonflées, gaufrées,
    elles parlent des vies et montrent des devis
    à la glèbe arraché son pesant
    à la plèbe attaché son luisant
    on peut bien les enduire et les oindre
    mais est ce une manière de joindre
    les deux bouts ici bas
    ou de dissiper des malaises
    quand il ne s’agit pas de pugilat
    outil protéiforme
    plate forme de conciliation
    la concorde est pour demain

  24. Maintes fois jointes ou opposés
    posées ou reposées
    elle nous ont délivré
    un message sonore
    qui claque et qui honore
    hier c’était une fusée
    demain ce sera un calice
    sommes nous donc complices
    sont elles rêches c’est la dèche
    sont elles fières c’était hier
    et demain comment seront elles
    noueuses ou boutonneuses
    ridées ou déridées
    joueront encore des musiques corporelles
    leur pouvoir n’est il pas le signe
    de la vitalité car jamais ne se résigne
    sinon c’est la fin alité
    et la faim assurée
    quand on ne peut plus porter
    à sa bouche les mets
    une pierre de touche
    essentielle

  25. Dans le mano à mano de la vie
    on peut appréhender différentes choses
    mais le toucher est un puissant révélateur
    à toute heure
    du jour ou de la nuit
    les sens ne nous trahissent pas
    qui sentent le grain de la peau
    le plissé ou le soyeux du tissu
    et évoquent des notes piquantes
    « parfum de femmes » est un bel exemple cinématographique
    la sensualité des mains est exacerbée quand
    vient manquer un autre sens
    on explique que la fonction dont l’attrition
    provoque des tensions, donne aux autres
    un supplément d’âme
    une ampleur plus grande
    et dans cette logique
    de redéploiement corporel
    la sensibilité digitée
    est diligentée
    que les caresses sont plus parlantes
    et le frotté plus enivrant
    que le contact ne manque pas de tact
    et que si la retenue n’est pas totale
    on peut encore compter sur ses doigts
    et faire quelques conquêtes

  26. On peut s’être paumé
    pour avoir perdu la main
    mais quand on a la main
    il faut savoir jouer ses atouts

    il n’y a de pire serment que celui qu’on ne tient pas
    et sans être maquignon on peut cracher dans ses paumes
    et se mettre à la tache, l’attache est là

    le travail manuel doit être revalorisé
    il n’est pas normal qu’il soit méprisé

    et si il n’y a pas plus chaleureux
    que ferme poignée dument échangée
    il n’y a pas pire que main molle
    et regard fuyant

    la main n’est pas un va tout
    mais pour les va nu pied
    qui se transformaient
    en hommes de main
    c’étaient prêter aux riches
    c’était pas de la triche

    Merci Ossiane de nous entraîner si loin
    avec tes belles images
    toujours sur le vif
    nous voici aiguillonnés

    désolé de ma prolixité
    qui montre certes proximité
    mais peut agacer

    grand bonjour à l’équipage

  27. Aucun agacement Thierry, bien au contraire, une profusion d’idées intéressantes et variées avec un tour de main linguistique étonnant et plaisant, merci à toi et bon dimanche à tous.

  28. Merci Monique
    tant mieux
    nous nous infusons mutuellement tant d’idées
    et vous êtes de tels réconforts parfois
    le tour de main c’est pour le tour des appartements de la tête
    une sorte de visite ou de revisite
    mais pas de lieux communs
    je vous laisse pour le moment
    des travaux domestique
    et puis l’amitié à entretenir aussi de vive voix

  29. Peut on s’aimer
    Sans que nos mains
    se touchent

    Que nos pensées
    fusionnent
    en canevas
    comme seule vérité

    Que nos rires
    se rejoignent
    en diapason
    comme une évidence

    Que nos rêves
    convergent
    dans les étoiles
    comme en partage

    Peut on s’aimer
    sans que nos mains
    se touchent.

    Bonne journée à tous.

  30. J’aimais regarder ses mains courir sur le piano, il me semblait entendre parler son cœur, résonances intenses vibrant sur chaque corde frappée comme un cri venu des profondeurs.
    _____

    Elle tenait entre ses mains
    Le souffle d’un chant
    Mélodie du bout des doigts
    Où derrière chaque note
    Tintait le maillon
    D’une phrase musicale
    La main se levait
    Geste lent et mesuré
    Au-dessus du clavier
    Douces caresses
    Ponctuées de silence
    Danses endiablées
    Sur les touches du piano
    Ballet incessant de ses mains
    Où son âme exultait la beauté
    Dans la dextérité de ses doigts
    ____

    Bonsoir et bonne nuit à tous.

  31. « Donne-moi tes mains pour l’inquiétude
    Donne-moi tes mains dont j’ai tant rêvé
    Dont j’ai tant rêvé dans ma solitude
    Donne-moi te mains que je sois sauvé

    Lorsque je les prends à mon pauvre piège
    De paume et de peur de hâte et d’émoi
    Lorsque je les prends comme une eau de neige
    Qui fond de partout dans mes mains à moi

    Sauras-tu jamais ce qui me traverse
    Ce qui me bouleverse et qui m’envahit
    Sauras-tu jamais ce qui me transperce
    Ce que j’ai trahi quand j’ai tressailli

    Ce que dit ainsi le profond langage
    Ce parler muet de sens animaux
    Sans bouche et sans yeux miroir sans image
    Ce frémir d’aimer qui n’a pas de mots

    Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
    D’une proie entre eux un instant tenue
    Sauras-tu jamais ce que leur silence
    Un éclair aura connu d’inconnu

    Donne-moi tes mains que mon cœur s’y forme
    S’y taise le monde au moins un moment
    Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
    Que mon âme y dorme éternellement. »

    Louis Aragon Les mains d’Elsa

  32. Aux lys ,mon épousé
    Marions nos pensées
    Oublions les silences
    Une jolie pervenche
    Refleurira peut-être

  33. Superbe, merci Monique pour ce texte.
    Je connaissais les écrits sur les yeux d’Elsa. Ce poème sur les mains d’Elsa est trés émouvant.

  34. les mains aimantes des amantes aimantent même sans amarante
    et la rente des mains enfante des nourrissons pour demain
    les baise mains n’abaissent pas mais il ne faut pas en abuser.
    Adroit il sera manuel pour tous sans savoir si son intelligence
    n’est qu’au bout de ses doigts le prolongement d’une autre faculté
    de percevoir et de sentir, de ressentir et d’aboutir.

  35. Elles saisissent, nourrissent, caressent, transgressent.
    Saluent, étranglent, frappent.
    Donnent, reçoivent.
    Elles, deux, images miroirs
    passé, futur,
    diseuses des lignes de vie,
    fidèles compagnes,
    pour le meilleur
    et pour le pire.

  36. Comme j’aime les mains ! et je epnse aux mains sculptées par Rodin …
    http://www.insecula.com/oeuvre/O0013961.html
    et ce texte : http://www.philolog.fr/les-mains-de-rodin-rainer-maria-rilke/

    Deux mains qui se cherchent, c’est assez pour le toit de demain.
    André Breton

    Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler !
    [ Julien Gracq ]Extrait de Lettrines

    Accueillir les multiples inconnus de nous mêmes jusqu’à les rendre UN agissant main dans la main. Mains tendues vers d’autres mains… porteuses de rencontres créatives multiples, infinies… »Utopies d’aujourd’hui, réalités de demain » V.HUGO

  37. Comme j’aime les mains et je pense au belles séries de Rodin !
    http://www.insecula.com/oeuvre/O0013961.html
    http://www.philolog.fr/les-mains-de-rodin-rainer-maria-rilke/

    Deux mains qui se cherchent, c’est assez pour le toit de demain.
    [ André Breton

    Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler !
    [ Julien Gracq ]Extrait de Lettrines

    Accueillir les multiples inconnus de nous mêmes jusqu’à les rendre UN agissant main dans la main. Mains tendues vers d’autres mains… porteuses de rencontres créatives multiples, infinies… »Utopies d’aujourd’hui, réalités de demain » V.HUGO

  38. Merci Nath,

    Quoi de plus beau
    Qu’aimer
    De désir fort son bel
    Main dans la main
    Ensemble
    Si doux recueillement
    Divin moment son grand

    je lirai vos partages demain, ai survolé l’écrit de Rainer, merci à vous!

  39. m’zi, Nath, je lirai tout ce précieux demain.
    J apprécie max cette soirée douce si tendre, de calme revenu, en autisme,
    cela fait du bien au petit coeur.
    C’est souvent poufdeouf d’aimer, non?

    BISES Ossiane, où que tu sois!

  40. Une main
    Sa joue
    Caresse

    Ses doigts sur le piano
    Les sons remplissent la pièce
    Emotions

    Elle a froid
    Gants élégants
    Se protège

    Elle sculpte l’ébène
    Matière
    Traces du temps

    Sur son épaule
    Sa main
    Belle présence

    Tension
    Sa main dans sa poche
    Refuge

    Mouvements
    Dans ses cheveux
    Chevelure dorée

    Elle dessine
    Le rouge carmin
    Sur ses lèvres

    L’odeur du thym
    Elle prépare
    Les couleurs de mets

    Elle frappe
    Le tambour
    Rythmes effrénés

    Elle cueille
    La beauté de fleurs
    Odeurs de jasmin

    Ecriture fluide
    Sur le parchemin
    Des mots pour demain

    Ma main
    Dans la sienne
    Rêve.

  41. Nath, tes mots délicats et si beaux sont comme la douceur d’une caresse.
    Un regard attentif sur le lien les mains de Rodin par Maria Rainer Rilke m’a comme un enfant tenant la main d’un grand conduit vers ce poète qui m’envoûte à chaque lecture toujours plus et dont les textes sont beauté et profondeur, comme celui-ci par exemple :

    Chant d’amour

    « Comment contenir mon âme, afin qu’elle
    ne touche pas la tienne ?
    Comment la soulever au-dessus de toi
    vers d’autres choses ?

    Oh j’aimerais tant la placer
    près de n’importe quelle chose perdue dans le noir,
    en un lieu étranger et calme, qui ne fait point écho
    quand tes profondeurs vibrent,
    Cependant, tout ce qui nous émeut, toi et moi,
    nous prend tous deux comme un coup d’archet,
    qui de deux cordes tire un seul son.
    Sur quel instrument sommes-nous tendus ?
    Et qui joue ainsi de nous avec une seule main ?
    O doux chant. »

    Rainer Maria Rilke,

  42. Une main apparente
    Sa valeur en dedans
    Dans son contenu d’aimer
    A les danser les ondes
    De toucher en chaleurs
    Saisir respiration
    Les cinq doigts tendres tendus
    Un salut dans ses gâces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *