mAchine

N’oubliez pas de cliquer sur la photo pour agrandir le champ
Machine

N’oubliez pas de cliquer sur la photo pour agrandir le champ
Machine

Serre volante, odyssée de l'espèce, pousses de chêne

Lecture du Haïku Calligramme: de haut en bas

Serre volante
odyssée de l’espèce
pousses de chêne

“Réaction en chêne”
La Machine, François DELAROZIERE et SEVE,
Ville de Nantes (projet piloté par Franck COUTANT). France.
“Mobiles! Des jardins pour un monde en mouvement”
Festival des jardins de Chaumont-sur-Loire 2007

24 commentaires sur « mAchine »

  1. .
    111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111
    .
    Bonsoir, bonjour Amis du blog !
    .
    Je m’envole pour deux jours, donc pas de panique si vous ne me voyez pas mercredi et jeudi 😉
    .
    Je referai surface vendredi. En attendant, je vous souhaite une belle inspiration. La publication de jeudi soir aura bien lieu; je vais la programmer en automatique;-) A vos plumes et à vos ailes! Amitiés célestes.
    Ossiane
    .
    33333333333333333333333333333333333333333333333333333333333333
    .

  2. A bientôt Ossiane pour l’instant je pose la plume et vais dormir sans trop rêver à la machine infernale;-) je t’embrasse

  3. oh hisse gabier !
    nous allons lever l’ancre
    et partir au fil du vent.
    Mais les hauts vibrent,
    les yeux pointent vers l’avant,
    l’ancre est trop solidement fichée
    et nous restons

  4. Coucou à touteeeeees !
    Et oui, j’ai pas pu résister à l’envie de venir jeter un petit coup d’oeil en passant, mais très vite, mon temps de connection est décompté !
    __________________________
    Mesdames et Messieurs,
    Veuillez prendre place
    Dans ma machine volante
    Serrez bien vos ceintures,
    Mais pour pouvoir décoler
    Il va vous falloir…..
    Beaucoup pédaler !!
    Avec un peu d’entrainement
    Et beaucoup d’essoufflement,
    Vous quitterez le sol, et….
    Ô Miracle !
    La voie du ciel vous attend !
    Mon engin extraordinaire
    Va vous transporter
    Au pays imaginaire
    Vous allez bien vous amuser !
    Vous allez surplomber bientôt
    Cet arbre millénaire, et tel un hélico
    Vous remonterez le temps
    Verticalement !
    Bon voyage !
    _______________________________
    Biseeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeee
    (Qui vous écrit en direct du Futuroscope !….)
    Et c’est super !
    _________
    Quand même, ce jardin de Chaumont est une pure merveille !

  5. A force de n’exister
    Qu’à la solde du Soleil
    La Terre se lassera – t-elle
    De la tenace orbite ?
    A force de se plier
    Aux mesures des astres
    La Terre déclinera-t-elle
    Sous l’emprise du temps ?
    A force d’ignorer
    Le secret des planètes
    La Terre succombera-t-elle
    Au vide sidéral ?
    A force de se soumettre
    A cette course servile
    La terre en rébellion
    Cherchera-t-elle d’autres issues ?

    Andrée Chedid / A la solde du soleil

  6. Machination, machine à imagination, machine à pagination
    machinisme pas agricole mais arboricole et qui s’y colle
    tournez les machinos sans suivre la ligne
    tournez ho hisse les hélices en élingue
    qui ne sont pas synonymes de déglingue
    si berne éthique alors la machine n’a pas d’âme
    mais dans tous ses états elle fournit sa puissance
    la machine en action c’est un sacré jeu de construction
    et la pensée opératoire de monter et démonter
    dans ses circonvolutions spinales les schémas
    et autres montages plus savants les uns que les autres
    la machine effraie, mais pas comme la chouette
    la machine embraie, mais n’a pas pignons sur rue
    la machine distraie, le tourisme industriel aidant
    j’ai cru voir une réalisation du royal de luxe
    qui nous marqua ssi fort pas ses réalisations
    monumentales et si pleines d’inventivité
    l’esprit d’entreprise fait progresser la connaissance
    ce que l’on fait de celle ci ensuite est une autre histoire
    bon vent à tous ceux qui partent
    bon amarrage à ceux qui reviennent

  7. Hélices au pays des merveilles
    La jungle des mots retrouvés
    L’Hydre avion perd la tête.
    Simple appareil

  8. De mémoire,

    – Il manque l’hélice, hélas !
    – Il manque l’hélice… c’est là qu’est l’os

    La grande vadrouille
    A part ce retour de mémoire
    Je me verrais bien, en pareil équipage, gagner les confins de la terre…
    et trouver d’autres issues, une autre respiration.

  9. La superstructure maillante
    qui couronne le sommet
    ouvre dans la chénaie
    un nouvel espace canapé
    non loin de la canopée
    de ses puissantes membrures
    enserre avec une belle arcature
    le fouillis végétal à peine ordonné
    et déjà au treillis subordonné
    pas de deus ex machina
    pour tirer les invisibles fils
    juste une scéne qui défile
    et qui n’est pas made in china

  10. Bonsoir aux passagers de l’œil ouvert. Marc dans sa petite vidéo sur les débuts de l’aviation m’a remis Léonard de Vinci en mémoire
    Imagination débordante
    Pour un cerf volant
    Servant de serre volante
    Monsieur Léonard serait-il revenu
    Qui alliait nature et mécanisme
    Dans un esthétisme absolu
    Nouveau concept de vaisseau spatial
    Pour des chênes cosmonautes
    Le monde s’articule de toutes parts
    Quand l’homme cherche sa solution
    Et défie les lois fondamentales de l’univers
    Léonard de Vinci et jules Verne étaient les précurseurs
    Le Chêne, le roi de la forêt
    Déjà s’élève au dessus de nos têtes
    Là où l’art et la machine
    S’unissent dans une expérience délirante
    Hélices ou mini éoliennes
    Tournent dans le ciel des jardins de Chaumont
    ___
    A propos de Léonard de Vinci qui vécut à quelques kilomètres de Chaumont, sous le règne de François 1er, au Clos Lucé près d’Amboise, Jean Mathé disait :
    « …l’artiste y déploie véritablement ses rêves et ses visions où le délire poétique éclipse la vraisemblance mécanique(…) laissant le champ libre à son imagination… »
    Parallèle bien sympathique

  11. Hello Ossiane, hello tout le monde
    Juste un petit coucou de passage
    Suis en France depuis hier mais alors que je suis au plus pres de vous, je n’ ai pas libre acces a l’ internet 😉 C’ est quelque chose ca !
    Allez ce n’est pas bien grave, l’inspiration poetique n’ est pas au rendez vous non plus.
    Grosses bises a tous, et plaisir de vous lire.
    Je prends place dans ton pedalovolant Christineeeeeeee et m’ envole…
    Love

  12. Hello Lou, tu vis donc en ce moment à notre heure, moi aussi j’avais du mal à me connecter hier au soir, temps ? Mise à jour ? La machine ne voulait pas décoler;-)
    Bonne journée à tous

  13. l’oiseau errant
    d’arbre en arbre
    de branche en branche
    de ciel en ciel
    s’est posé sur la plus haute des cimes
    Celle de ton cœur.
    ou il a fait son nid
    il a déployé les ailes du désir
    Et, à la faveur du temps ;
    Patiemment ;
    il couvre ta peau
    de douces caresses
    et picore tes lèvres de baisers
    il n’a pas de diamant à t’offrir
    pas de palace, pas de yoat
    juste une cabane
    Ou traîne le fouillis de sa vie.
    avec ses plumes fait de rêve et d’imagination
    il t’emmènera dans son pays imaginaire
    ou le seul luxe est d’aimer
    un pays ou le rêve est roi
    ou tu seras reine
    et pour te couronner
    il fera de chaque jour un diamant
    pour te vêtir il confectionnera des robes transparentes
    fait d’écume et de vent
    Elles prendront tour à tour la couleur ciel
    l’éclat du soleil, le scintillement des étoiles,
    la lumière qui révèlera ta beauté
    sera dérobé sur les plus belles aurores
    et Pour protéger ton cœur
    quand les nuits deviendront fraîches
    il déposera des mots si doux que la soie paraîtra rêche.. .
    Mais tout ceci n’est qu’imaginaire
    Ce pays n’existe pas ;
    j’espère seulement que pour un instant
    Un tout petit instant ;
    il t’aura fait voyager fin fond de mon univers
    l’oiseau errant lui continue sa route
    comme un migrateur qui n’en finirait pas de chercher une terre d’accueil
    une terre ou il pourra se poser
    une terre ou il pourra partir et revenir
    une terre ou les seules chaînes sont celle de la liberté

  14. ho hisse heureux qui comme Ulysse,
    pas attaché au tronc
    pour écouter les sirénes
    et jouer du cerceau
    autour de Circé
    mais qui a fait un beau voyage
    au milieu des branchages
    qui a du écarter de sa route
    les tentations et le doute
    qui a du vaincre les incertitudes
    pour retrouver sa latitude
    et qui a vu et compris le monde
    mais pas sur une mappemonde
    il n’a pas fini son tour amer
    par la magie du verbe d’Homére
    il s’est accroché aux branches
    quand ça tanguait fort sur la tranche
    il ne s’est pas payé que du bon temps
    car avec le vent il en emporte autant
    mais dans sa besace à remuer sa carcasse
    il a vu les colonnes d’Hercule
    mais pas la mer des Sargasses
    pourtant il a tout visité
    du monde connu
    sans compter l’Atlantide
    bien en cour auprès de Platon
    Ulysse ne s’est pas retourné
    mais de son parcours a intégré
    tous les élements en une mosaïque
    qui lui a fait encore plus aimer
    la vie de manière prosaïque
    et sous cette poussée
    entre cabotage et cabotinage
    entre naufrage et hermitage
    il a retrouvé Ithaque la bien nommée
    et sa pénélope tant aimée
    finalement sur son radeau des cimes
    il a pu contempler le monde
    sans aucune arrière pensée
    décidément il y a maintenant longtemps
    ils nous a fait faire un beau voyage

  15. Ma Chine
    odyssée de l’espèce
    pousses de bambou
    °°°°°°°°°°°°°°°°°
    Bizzzz Ossiane
    °°°°°°°°°°°°°°°°°
    Mais oui c’est déjà dit mais je le redis : quel merveille ce Festival des jardins de Chaumont-sur-Loire 2007

  16. La machine en ombres chinoises,
    Inscrite en calligraphie sur la toile du ciel,
    Ensemble architectonique,
    Dragon rugissant à travers son carcan métallique,
    Mélange irrationnel de métal et de végétal,
    Des mots qui courent désorientés,
    Des lettres qui cherchent leur place dans les mots,
    Errance de l’espèce dans le monde en mouvement
    Et sur la plateforme structurale
    Des pousses de chêne accrochées à l’incertitude
    Réactions en « chêne » dans la spirale du temps
    Défiant l’engrenage des « chaines » de la logique.

  17. Perline, merci pour ce joli choix de poésie d’Andrée Chedid, je te propose cette petite citation qui colle assez bien avec la note du jour d’Ossiane :
    « Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. En d’autres temps, d’autres termes, d’autres élans, la Poésie, comme l’amour, se réinvente par-delà toute prescription. Ne sommes-nous pas, en premier lieu, des créatures éminemment poétiques ? Venues on ne sait d’où, tendues vers quelle extrémité ? Pétries par le mystère d’un insaisissable destin ? Situées sur un parcours qui ne cesse de déboucher sur l’imaginaire ? Animées d’une existence qui nous maintient – comme l’arbre – entre terre et ciel, entre racines et créations, mémoires et fictions ? La Poésie demeurera éternellement présente, à l’écoute de l’incommensurable Vie. » Andrée Chedid

  18. J’attrape au vol ces mots d’Andrée Chedid , merci Monique . Une poètesse que j’affectionne particulièrement
    A bientôt

  19. en partant d’un mot valise suggéré par thierry (machination..imagination)
    —————
    Imachinations
    constructions enchanteresses
    créations de rêves
    d’immobiles voyages
    îles oiseaux sur canopées
    ——————-

  20. si je comprend bien avec un mot valise
    on peut voyager loin et surtout bien haut 😉
    je n’ose imaginer où les E machines vont nous emmener
    un récent rapport sur les nano usines et les risques associés
    m’a déjà collé froid dans le dos.
    les bots sont le prolongement
    de tant d’automates
    que même sans risquer
    le jet de tomate
    on prend peur
    avec la grey goose
    cette purée autoréplicante
    que nous promettent
    Crichton et d’autres
    Si la machine était douée d’âme
    ce serait l’animachine
    mais voilà on n’en n’est pas là
    même si les neurones de rats
    sont mis à rude épreuve
    merci amichel de m’avoir permis ce rebond
    avec un rétablissement difficile
    vu les contorsions
    bon week end à tous, et encore merci à Ossiane
    qui entretient mais jamais mécaniquement
    notre intérêt et notre imagination

  21. Coucou tout le monde, atterrissage en douceur, me revoili me revoilou sur cette terre de blog ensemencée par vos mots fleuris;-) Merci à vous!
    >Annick :
    Décollage réussi ! Bon voyage !
    >brigetoun :
    Tu es une sacrée matelote, Brigitte 😉 Bientôt capitaine 😉 Merci à toi, je suis sûre que tu as réussi à décoller 😉
    >christineeeeeee :
    Coucou, sympa à toit de venir faire un petit signe dans ces conditions là 😉 J ete propose d’emmener Brigitte puisque tu sembles si aguerrie 😉 Bon voyage et merci !
    >marc :
    Emouvant ces premiers essais d’envol, que de chemin parcouru depuis ! Superbe ton poème avec cet oiseau au pays inventé ! Tu as bel et bien décollé comme d’habitude 😉 Bon 15 août !
    >perline :
    Bravo le choix de cette grande poétesse ! Tu sembles l’aimer beaucoup ! Quelle force dans ses mots. Bel après-midi !
    >Thierry :
    Je me doutais que ce thème te plairait 😉 La machine est en pleine action ! Bon vent à toi aussi 😉
    >salade :
    Et voilà Salade qui s’en mêle avec ses hélices et ses hydres ;-)) Bravo à toi !
    >phil :
    Demande un petit coup de main à Thierry et salade pour partir 😉 Il n’y aura plus d’os 😉 Bises.
    >monique :
    Bonjour monique, belle idée de penser aux incroyables machines de Léornardo !
    Moi, je pense au vélo volant de Woody Allen dans Comédie érotique d’une nuit d’été 😉
    >lou :
    C’est une première ton arrivée sur le sol de France, alors bienvenue sur le même pont 😉
    >pam :
    Si tu aimes, il faut le redire 😉 On voyage beaucoup là-bas ! merci pour ton clin de bamabou 😉 Bizzzzzzzzzz
    >amichel :
    Fort bien trouvé tes imachinations, on s’envole avec toi et thierry aussi ;-)) Bises du 15 août !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *