échOs

Echos

Echos

Echos

La graine échouée, dans le chaos du monde, son chant résonne

Lecture du Haïku Calligramme: de gauche à droite

La graine échouée
dans le chaos du monde
son chant résonne

“Le Jardin Echo”, Angleterre, France, Suède.
une création de William RAE-SMITH, Gaspard LAUTREY,
Jean-Claude GOURVENNEC, Will MENTER et John TIZZARD.
“Mobiles! Des jardins pour un monde en mouvement”
Festival des jardins de Chaumont-sur-Loire 2007

50 commentaires sur « échOs »

  1. Le bruit salubre de la mer au loin, il se rend compte que ce n’est qu’un filet de vent ronflant à travers un nouvel assoupissement de la rumeur du monde.
    Aller à la dérive dans le chaos d’un esprit impatient, alléger le poids de l’angoisse, adoucir les premières heures du silence guindé des hommes.
    Ainsi s’affrontent à armes inégales deux aspirations contraires, dissonance pertubatrice, harmonie pacifiante , l’ombre et la lumière, mais qu’une appartenance commune rend indissociables, telles deux fonctions vitales du même soulagement.
    Silence et bruit assignent l’homme à ce combat icontrôlé sans gagnant ni perdant et sans doute sans issue.

  2. Très jolies photos, et fort bel haiku. Merci Ossiane.
    Un doux
    Un bel murmure
    Juste une goutte d’amour
    Et la perle de vie
    Se respire palpitante

  3. supplice
    chaque silence
    est une cruelle sentence…
    chaque mot
    m’étreint tel un étau …
    chaque baiser
    est une flèche empoisonnée…
    chaque caresse
    un poignard de traîtresse…
    chaque regard
    un profond et mortel dard …
    et quand tes bras m’enserrent
    des mains deviennent calvaire !
    pourtant je ne peux me passer de toi
    tu es ma colline … mon chemin de croix
    ta présence … ton absence …
    m’asservissent à ton existence !
    je t’aime à la haine
    mon amour, ma chaîne
    Tu es ma muse, mon bourreau
    Mon paradis, mon enfer
    Quand sur l’hôtel de ta caverne noire
    je dépose inconscient tous mes espoirs
    quand nos corps hardis se fondent
    Je me consume sous tes ondes
    Et Quand je transperce tes chairs
    Tu écartèle et déchire mon âme
    Je t’aime à la haine
    Toi qui coule dans mes veines
    Il faut maintenant me purifier
    Avant de mourir atrophier…

  4. L’écho des souvenirs
    le décalage vers le rouge
    la voie des sons maitres
    le maitre de l’initial qui raisonne.
    l’odyssée du nouveau nait.

  5. Et si l’écho c’était d’abord la capacité à s’écouter différement
    plus de son de gorge mais un roulement qui se développe dans l’espace
    contact au monde, réponse du monde
    l’oreille est bien imparfaite
    mais ne baissons pas pavillon

  6. Ossiane , je me suis trompée de page pour écrire mon poème, peux -tu le remettre à la bonne place , s’il te plaît ?
    Merci à toi.

  7. Aux yeux
    _____________Sables d’or et de cuivre
    _______blancs
    et noirs
    _______des mémoires
    ______________des êtres et des mots
    fanés
    jetés, ratissés
    ______________________________emportés
    grains de terre
    innombrables semences
    pétries sous l’eau et sous la main
    miracle mis en forme
    __________________Argile
    _______musicienne
    Idées, la vie se crée…
    Outre pleine
    Au profond de la grotte
    sombre sort
    vivent les peintres morts
    Réveillons nous chamanes!
    Frappons des pieds le sol, fais résonner ton corps
    L’ocre craque
    d’ombres et de lumières
    L’herbe est verte
    dans l’enclos des jardins
    Là où le soleil lance
    sont plantées les sagaies
    Dehors nuages roses et les esprits bleutés
    Et le pair et l’impair
    Sept fois le souffle parle
    et le chant se dédouble
    Le pavillon du rêve
    écoute nos paroles
    Verbe fou que j’entends

  8. « Je me suis trompée de page »….J’ai posé mon poème à fleur de peau…mais ce n’est pas ce monde que je souhaitais…ou peut être l’Afrique en écho….et le silence qui renaît… Trop tard…il est sur sur mes lèvres…ce murmure des mots…peut être dans mes rêves…à l’ombre du chaos…Et qu’ importe la page…écrire sur un mur….ligne blanche dans le ciel….mes pensées sur un fil…et le monde qui danse….et la vie qui s’invite….la journée interdite…volets mi clos….la douceur qui s’infiltre….Alix s’est trompée de page…il faut le remettre à la bonne place…Trop tard….les lettres sont parties…désordre assuré….le silence dans une larme….rayures bleues sur le lit…la tendresse emportée…pour éclore sous le charme…la semence d’un hasard…

  9. Echos de ta voix
    font ricochets dans mon coeur
    J’écoute tes pas
    ===========================
    Echos d’un jardin
    traversent les océans
    Je sens le parfum

  10. Savoir que toute destin
    est chaos
    Tout silence
    Lit d’échos
    Toute semence
    Dans une larme
    Et sur le monde
    Tout l’univers à fleur de mots…

    Belle journée

  11. Coucou la tribu, après l’éclipse, je me pose un instant 😉 J’espère que vous allez bien en ce début de mois d’août. Me revoilà avec plein de retard mais vous avez l’habitude 😉 Petit clin de soleil mitigé vers vous!
    >thierry :
    Un bel hommage à ce continent, tu rends, merci à toi !
    >alix :
    Douce fluidité de tes mots, que ton écriture est douce, merci alix !
    >pam :
    Hello amie pam au cœur d’or;-) Que cette chaleur et ce bonheur de vivre qui émanent de tes mots te ressemble 😉 Amitié vers ton sud, je t’embrasse !
    >naro :
    Un beau retour aux origines et à l’essence de l’homme à travers les documents que tu montres. Merci !
    >claudie :
    Superbe évocation émouvante ! Que cette image débride votre inspiration ! Bise à toi Claudie !
    >Christineeeee :
    Tous les souvenirs remontent à la surface ! On croit t’y suivre ! Tu as beaucoup voyagé en Afrique et dans des endroits pas très courants! Incroyable ces graines de baobab ! Merci beaucoup, bel après-midi.
    >monique :
    Superbe poème en effet ; j’aime beaucoup la poésie de Senghor. Merci pour le beau partage !
    >marc :
    Touchée que tu sois si attachée à cet espace d’écriture et que tu ressentes de telles émotions 
    Tes poèmes sont pleins d’humanité et de beauté. Merci pour ta belle plume vibrante.
    >rachel :
    Merci pour tes jolies et touchantes contributions, rachel. Le destin de ces pauvres éléphants est terrible. Bises !
    >alix :
    SOS accident de poésie… Je t’ai rapatriée au bon endroit 😉

  12. >marc :
    Vibrations, sensations, ta plume est vivante pour commencer la journée, marc ! Ces pieux plantés dans le sol t’inspirent un poème tout en rythme et force. Comme des coups de poignard en amour et haine, c’ets très impressionnant ! Toujours autant d’inspiration tu as 😉
    >perline :
    Impressionnante tu es également dans ce beau morceau d’écriture tout en contraste et opposition! Ta plume mène le combat en beauté imagée. Merci beaucoup à toi !
    >annick :
    Tu as tout compris annick en ces jolis mots palpités 😉
    >salade :
    Tu nous fais voyager loin dans une autre dimension plus intérieure. Odyssée de la vie ! Merci pour la beauté de ton poème !
    >thierry :
    J’ai les pavillons grands ouverts 😉 J’aime bien ce roulement dans l’espace. Le début d’une vague de paix entre les hommes… Merci beaucoup !
    >alix :
    Erreur rectifiée, SOS Œil Ouvert opérationnel 24h sur 24 😉
    Magnifico toute cette réfléxion poétique autour des idées qui a priori s’opposent. Ton poème interpelle en beauté et émotion, merci à toi amazone des mots !
    > ἠχω :
    Help, il y a un caméléon dans le blog 😉
    Un éblouissant poème, quel talent !!! Je ne sais plus quoi dire tant il est riche d’idées et d’images ! Bravo à toi !
    >pierre b :
    Désolée pierre mais j’ai rattrapé les lettres d’Alix avant de te lire;-)
    My god, qu’il est bon de te lire 😉 Vive l’heure de la sieste à la pierre b !!!
    >neyde :
    Je suis contente que ces piquets de bois engendrent tant de chemins de poésie parmi vous. Une répétition graphique qui fait vibrer en subtilité les fibres de votre intimité 😉 J’aime tes doux ricochets. Je t’embrasse par delà les mers.

  13. Belle orchestration Ossiane, de couleurs, d’images et de mots et qui vont jusqu’à toi Neyde au delà de l’Océan en écho qui se prolonge. Au milieu de ce chaos du monde, heureusement une place est faite à la poésie.
    Un petit paragraphe de Philippe Jaccottet :
    « Ces choses, herbes et fleurs, ces coloris, cette foule, entr’aperçus par hasard, en passant, au milieu d’un plus vaste et vague ensemble,
    herbes et coquelicots croisant mes pas, ma vie,
    pré de mai dans mes yeux, fleurs dans un regard, rencontrant une pensée,
    éclats rouges, ou jaunes, ou bleus, se mêlant à des rêveries,
    herbes, coquelicots, terre, bleuets, et ces pas entre des milliers de pas, ce jour entre des milliers de jours. »
    ___
    Et le chant d’une graine échouée dans le chaos du monde… oui Ossiane mais pourvu qu’on ait su l’entendre.


  14. J’ai retrouvé ma page
    Entre la terre Afrique
    Et le jardin aux mille feuillages
    Et je m’éclipse…

    Merci Ossiane, opération réussie en douceur
    Merci Pierreb , pour cette poésie…tout en frémissements . C’est beau.

  15. et si l’empathie était cet écho en sourdine
    qui enfle dans notre esprit
    et fait résonner notre corps

  16. Sans se faire l’écho d’une nouvelle quelconque
    Sans chercher à ouvrir plus grande la conque
    Sans propager au loin des bruits informes
    Sans transmettre plus avant et plus largement
    Sans rencontrer de parois rediffusant
    Sans chercher de haut parleur naturel
    Sans penser à Epidaure ni à l’acoustique
    C’est de réflexions multiples que je veux parler
    Qui me renvoient à des temps anciens
    Qui me rappellent des temps heureux
    Qui expriment ma sensibilité au monde
    Qui restituent une partie de mes souvenirs
    Qui alimentent une présence aux personnes et aux choses
    Qui renforcent et ravivent, qui loin d’amortir concentrent
    Qui me permettent de localiser mon doute et mon affect
    sans échos je suis vide, sans échos je suis mort

  17. Ossiane…j’évoquais hier Madagascar ma terre natale….et tu parles d’un caméléon…il n’ y a décidément pas de hasard…ces reptiles vivent dans cette île..du moins pour la plupart…Changer de couleur est pour eux une manière de ..communiquer…ce n’est donc pas pour se camoufler…on les reconnaît très vite…étrange beauté venue de nulle part…espèce en voie de disparition…à protéger…De couleur en couleur…venir aux mots de Bernard…nul besoin de se cacher…les couleurs sont trop rares…on les devine très vite..on les savoure doucement…étranges échos venus de nulle part…

  18. Elles sont belles, tes photos, Ossiane!
    Une petite graine égarée dans le jardin de l’éternité
    Egrène sa peine et son chagrin dans le silence
    Sensible et douce, son coeur aspire à l’universalité
    Elle élève sa voix dans le tumulte, dans l’errance
    Comme un choeur résonne dans une tendre résonance
    L’écho de sa voix lui indique le chemin de sa voie
    L’espoir renaît, elle brandit les pagaies de son identité
    La semence de l’amour a triomphé!
    Bonne soirée, Ossiane et bises à tous les poètes émerveillés par l’oeil ouvert

  19. « pierre b. »
    Lui, ici, c’est l’Endormi…
    Dans le jardin de mes jours, c’est comme une « Grande Île ». Elle et lui, sont chez eux; ils s’y nourrissent, s’y accouplent, y enterrent leurs oeufs, y naissent, minuscules grimpeurs sur les tiges des fleurs, des arbustes. Adultes, promeneurs silencieux, couleur de l’arc-en-ciel.
    Parfois se posent sur nos têtes…
    http://www.olats.org/africa/artsSciences/images/pre-senufo.jpg

  20. Une graine déposée
    Dans le pavillon de la vie
    Et le ventre se grossit
    La vie en tout dedans
    Se construit puis se bouge
    Puis un jour il se naît
    Cet être fécondé
    En mystère de la vie

  21. elle approche ses lèvres
    murmure l’indicible
    mais son je t’aime si grand
    vole en échos le temps
    qui se volute tendre
    et se feu d’artifice
    elle rougit un peu
    mystérieuse la femme
    mais son rouge joli
    donne au ciel sa lumière
    qui se tourne la tête
    et se vit palpitant

  22. Sous les délices
    du chant
    Si bel chanté
    d’amour
    Par la goutte
    du temps
    Les bois se prient
    leur âmes
    Et s’agenouillent
    tendre
    L’air est belle
    caresse

  23. Qu’elle est cette voix qui résonne ?
    Serait-ce la voix d’Echo
    Pauvre nymphe amoureuse de Narcisse
    Qui toute sa vie espéra en cet amour impossible,
    Condamnée à une bien lourde peine,
    Celle de ne jamais pouvoir satisfaire son coeur,
    J’entends sa voix dans un grand cri plaintif et douloureux
    D’un amour qui ne verra jamais le jour, triste sort.
    C’est un mythe bien sur et pourtant…. !
    Hier comme aujourd’hui
    A défaut de pouvoir faire autre chose,
    Il inspire les poètes,
    Brassens a évoqué Echo dans sa chanson: la ballade des dames du temps jadis de François Villon, (un écho dans « Le jardin d’Echo »)

  24. >Monique :
    Tu es très forte pour trouver les bons extraits d’auteurs ! Tu les connais par cœur ma parole 😉
    Oui, je suis confiante Monique, le chant de cette graine saura se faire entendre à sa manière.
    Ta plume s’envole en beauté tous ces derniers jours. Bonne nuit et merci pour ta belle inspiration, poétesse de l’écho 😉
    >Alix :
    Bye bye alix, douce nuit à toi 😉
    >La chameau Léon :
    Quel chameau ce Léon 😉
    Quelle belle ombre entre le jour et lanuit, merci léon !
    >thierry :
    Belles réflexions ! Peut-être thierry pour le premier poème et sûrement pour le deuxième;-) j’aime ta dernière phrase.
    >pierre b :
    Ah je l’avais bien dit que tu étais de là-bas 😉
    Non pierre, il n’y a pas de hasard ;-)) A part le chameau léon, je n’ai jamais vu de vrai caméléon 😉 Tu as bien de la chance ! Je vais essayer d’en trouver un sur le net 😉 Bises de nuit.
    >claudie :
    Tiens tiens, toi ici si tard 😉
    Merci Claudie, il faut dire qu’il y a tant de thèmes dans ce jardin qu eje n’avais que l’embarras du choix 😉
    Un poème très émouvant avec ce recueillement dans le silence ! Le ressourcement au bout, comme c’est bien senti tout ça ! Merci pour ta belle écriture, je t’embrasse.
    >annick :
    Qu’ils sont jolis tes mots avec tes hommages à la femme et à la fécondité ! Douce nuit à toi aannick et merci d’être là!

  25. Ta troisième image Ossiane a le parfum d’une fleur que j’aime voir courir sur les murs en été cherchant à atteindre les hauteurs
    __
    Il s’ouvre au soleil
    Le volubilis bleu
    Partage en beauté
    Sa collerette en corne d’abondance
    D’une graine en fleur géante
    Chante belle ipomée
    Afin que résonne
    L’écho de ta grâce
    __
    Non Ossiane, malheureusement je n’ai pas la mémoire des textes, mais j’ai beaucoup de petits carnets, fruits de mes lectures, et les thèmes me renvoient à un auteur ou à une oeuvre, il me reste à choisir selon mon inspiration, voilà le secret de mes citations tout simplement.

  26. Elle approche son oreille
    Du pavillon du temps
    Et il murmure
    Délicieusement
    Des mots d’amour infini
    Le bel joli

  27. hého
    hého
    héhooooooooooooooooooooooooo
    héhooooooooooooooooooooooooooooooooooo
    répondit l’écho
    bisou
    bisou
    bisoùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùù
    bisoùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùùù
    le coquin de l’écho

  28. Noisette
    Noisette
    Noisetteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
    Noisetteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
    Lily
    Lily
    Lilyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy
    Lilyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy
    belle journée pour chacun.
    J’ai un tit faible pour tes mots pierreb, en tites touches douceurs….

  29. Les enfants sont l’echo pour toujours
    De cet amour qui oscile au fil des jours!
    et si l’un de nous vacille sur le long chemin
    Il en seront le vivant et vibrant temoin !
    ainsi il resonnera encore, quand notre coeur
    ne battera plus l’alliteration du temps
    et que la terre sur nos corps fragment
    assourdira les bruits lointains de sa clameur

  30. Ouh là là !
    Un jour de retard,
    Je viens de lire tous vos beaux écrits,
    Vous êtes vraiment très forts !
    A mon tour alors
    de déposer quelques mots…
    légèrement rigolos !
    et d’abord :
    hého
    hého
    héhooooooooooooooooooooooooo
    héhooooooooooooooooooooooooooooooooooo
    hého
    hého
    héhooooooooooooooooooooooooo
    héhooooooooooooooooooooooooooooooooooo
    hého
    hého
    héhooooooooooooooooooooooooo
    héhooooooooooooooooooooooooooooooooooo
    hého
    hého
    héhooooooooooooooooooooooooo
    héhooooooooooooooooooooooooooooooooooo
    ……
    Ben oui, c’est encore de l’écho !
    ……
    Biseeeeees de Christineeeeeeeee neeeeee neeee neee
    Décidément, cet écho ne me lache plus !

  31. Qui paie son écot au temps
    et donne de joyeux bécots
    embrassant le vaste monde
    d’un éclat sonore universel
    les ondes butent et se réfléchissent
    nos sondes nous dictent une conduite
    la ronde continue avant qu’on s’assagisse
    La mare du temps n’en finit pas
    avec ces rappels insistants
    sur l’avant scène nous revienne
    ce que même la coulisse n’esquive
    c’est le bruissement de la vie
    comme un froissement subreptice
    c’est un moment gravé qui resurgit
    pas de brisure pour une pate élastique
    juste le cercle du moule arrondit
    et sa houle des temps longs
    qui fait remonter du fond
    plus que des intentions louables
    des attentions inestimables

  32. Un drôle de son,
    Une « vibration du tonnerre
    Avec une résonance maximum »
    Parcourait l’immense plaine africaine,
    Effrayant tout sur son passage….
    Etrange, étrange…
    Mais quel est cet étrange son,
    Terriblement bizarre,
    Absolument inconnu au bataillon ?
    Traversant la savane
    Son écho se propage,
    Amplifié mille fois…
    Et passablement terrifiant….
    Etrange, étrange…
    « C’est à n’y rien comprendre »
    S’exclama le grand éléphant
    En tendant son profond pavillon
    Pour mieux analyser le son !
    Ce n’est que quelques jours plus tard
    Qu’un drôle de gus égaré lui demanda :
    « Z’avez pas vu mon Gaffophone ?
    J’l’avais oublié au détour du sentier ! »
    Ça vous étonne ?
    Et la pluie s’abattit
    Sur l’aride pays……..
    Arrosage garanti !
    Cette aventure fit le tour des campements
    Et l’on se souvint pendant très longtemps
    De cet écho des savanes absolument inouï
    Echappé de ce bel instrument inédit !
    Biseeeeees de Christineeeeeee

  33. Une dernière /
    Une mystérieuse graine échappée
    A trouvé terrain approprié :
    Elle a germé…
    Et poussé…
    Le sol en écho
    Devint un bon terreau
    Petit brin d’herbe étrange
    Poussa très haut…
    Quand sa fleur éclata
    Bouffée de senteur muguet
    S’échappa en écho
    Et embauma le monde
    Sortant de son chao !
    Commence à faire chaud !!!
    Biseeees et rebiseeeeees !

  34. Qui dit écho dit distorsion
    dans l’espace et le temps
    non comme un lamento
    mais dans la chambre
    de réverbération
    un soupir point trop haut
    foin de la duplication
    c’est avec application
    que l’on guette ou qu’on attend
    ce lointain, lointain ,lointain, lointain, lointain……………..écho

  35. Et je vous lis ce soir, après une journée en extérieur avec un copain de mon fils autiste, avec un syndrôme d’angelmann,
    et le sens de la vie.
    bisous
    bisous
    biousssssssssssssssssssssss
    héhohé
    héhohééééééééééééééééééééééé
    bise
    biseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
    mmh
    mmhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

  36. Echo, écho !
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/%25C3%25A9cho/video/xdoxp_echoes-gilmour-wright_music
    >Hélène :
    Bonjour hélène, quelle belle inspiration cet écho qui joue avec les lumières ! Merci pour ta douce écriture, belle journée !
    >monique :
    Magnifique poèmr à la gloire de l’ipomée et de son bleu irradiant ! C’est vrai, c’est la même forme. Il y avait des volubilis pas très loin de cet endroit 😉
    Petits carnets bien utiles qui s’emplilent et dans lesquels il faut tout de même savoir se retrouver au fil des années 😉 Bises du matin !
    >annick :
    hého, hého dame annick et tous les autres 😉 Bel soleil à toi !
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/%25C3%25A9cho/video/x66e0o_2-eme-echo_lifestyle
    >marc :
    Beaucoup d’amour dans tes mots en ce moment, marc 🙂 Il fallait parler de ces échos là et tu l’as fait en délicatesse. Bises en écho !
    >Christineeeeee :
    Tiens voilà christineeeee en retard et tous ses petits « e » et petits « o » en écho qui la suivent fidèlement 😉
    L’Afrique rebondit à nouveau, c’est la faute à l’écho 😉 Ah l’écho des savanes 😉 Dis donc, tu nous offres une véritable explosion de mots, d’images et de senteurs tout en humour 😉
    Merci pour ta belle énergie retrouvée ! Biseeeeeeeeeeees !
    >thierry :
    Le scientifique parle 😉 Mais aussi le poète 😉 Merci à toi, belle journée !
    >lou :
    hello, hello !
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/beatles/video/xttq_beatles-hello-goodbye_music

  37. la pensée inutile du jour
    A la télé caisse de résonnance de notre monde
    la connerie humaine à meilleurs écho
    que l’art, l’intelligence et le bon sens réunis

  38. MERCI Ossiane, pour cette vidéo si grande de vie,
    c’est tant émouvant de vie dedans,
    où il est ce petit être de l’écho?
    il boit son biberon, ou il marche, ou il va à l’école, car la vie elle s’avance,
    héhohého, petit matelot!
    en écho à Marc,
    sans la Connerie Humaine, la vie serait un paradis,
    alors qui quia inventé la connerie Humaine?
    ben oui c’est la connerie Humaine qui s’est inventée elle même! en barek de baerck!
    et le plus grave, c’est qu’elle semble prendre de plus en en plus de grandeurs, ou alors c’est qu en société 08, on s attendrait à trouver plus d’intelligence….HUMAINE!
    mais dans quel monde on vit!

  39. Une vie en écho …
    Écho d’amour
    Écho de larmes
    Écho … jusqu’à se fondre
    Comprendre ?
    … Alors se taire
    en avoir peur …
    Exister dans un écho …
    Comprends ?
    Le « voyage » de la montagne …
    Quoi faire de soi … ?
    Un Vide immense …
    Un Manque immense
    Avoir sauté et se retrouver dans l’eau …
    Submergée … y nager …
    Comme dans son element
    Pour y être nés ?!
    Chez soi … dans l’eau
    En apnée
    Chez soi dans l’air
    écho … de toi
    Besoin de Terre
    Appel d’Un cœur
    Qui s’évapore d’eau et d’air
    Qui cherche la terre … Ô ma Terre !
    L’amour est notre Racine … mémoire ancienne
    Empreinte de nous …
    Aimer est voir … sa’voir con’naître (naître avec, être ensemble)
    L’amour ne change pas
    L’amour est la Montagne
    L’amour est Sa Pierre
    L’amour pleure en silence
    L’amour protège
    L’Amour apprend toujours et toujours s’émerveille …
    L’amour caresse de loin et de tout près …
    Du-dedans il nous prend par la main, il nous serre …
    De ses silences, dans ses silences …
    L’amour est Une prière
    Qui soigne … si on l’entend
    Amour entend amour
    Besoin de ses caresses …
    Besoin de toi …
    Besoin de ta Sagesse …
    Ô ma Terre ! Mon ciel ! Ma mer! Ma vie!
    Je t’aime … je t’aime tant …
    Et c’est une histoire … si belle … si mystérieuse … si charmante … si merveilleuse !!!
    Elle commence … un jour … peut-être, ou peut-être … une nuit …
    C’est l’Histoire de mon coeur dans le tien …
    … Pardonnez-moi ce long silence
    J’ai besoin parfois de m’éclipser un peu …
    Les vagues très hautes …
    Une apnée très longue …
    L’écume … observée du-dedans …
    En faire l’expérience … du côté de l’eau …
    Nous sommes devenues … « Amies » … 😉
    Cette fusion … c’est tout un travail de vie …
    C’est toute une Vie de vies, comme les perles d’un collier !
    Retourner pour amour ?!
    Oui … et le Ciel nous manquera ?
    Et la Terre vue du Ciel ?
    😉 … Un sourire dans une larme
    Nos larmes … comme « armes » …
    C’est la force de l’amour …
    Merci, chère Ossiane

  40. >merciel:
    Bonsoir merciel, contente de retrouver ta poésie si intense après ces semaines d’absence;-) Un long apnée réparateur, me semble-t-il. Tu nous offres un beau cri du coeur plein d’amour sous toutes ses formes. Un retour sur soi, vers sa naissance pour mieux comprendre son chemin de vie. J’espère que tu te sens beaucoup mieux maintenant et que tu as trouvé ce nouveau chemin. Bien à toi, je t’embrasse..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *