Lotus 9

LOTUS 09 / LOTUS 09

naissance dans la boue
épanouissement au soleil
éveil dans un rêve

• • • •

born in the mud
blooming in the sun
awakening in a dream

10 réflexions sur « Lotus 9 »

  1. La photo c’est du grand art, de l’émotion dans l’instantané , la plus grande étant celle du photographe lui-même au moment de la prise, à travers ces clichés c’est toute la sensibilité de son auteur en l’occurrence, toi Ossiane, qui nous offre l’occasion d’une réflexion intérieure au-delà même de la beauté, tentant de trouver les mots comme des porte-paroles de ce que chacun ressent.

    Rideau de dentelle
    de lianes entremêlées ……………………… ça s’appelle la beauté
    filtre de lumière

    dans le bleu du ciel
    quand les nuages s’amusent …………..ça s’appelle un trompe l’œil
    un mimétisme

    le sourire des yeux
    derrière l’âme qui pleure……………….ça s’appelle l’amour propre
    se voiler la face

    à tous, que la beauté soit un réconfort venant combler une partie de ce manque affectif et tactile que nous infligent les circonstances actuelles

  2. Quand la nature s’ébroue
    qu’un oiseau lisse son plumage
    qu’une loutre hérisse son pelage
    qu’un poisson hâte sa nage
    cela ne tient pas debout

    mais avec quelle aisance
    vont ils se mouvoir
    dans ce semi brouillard
    aucun ne manquant de prestance
    qui cache leur puissance


  3. @Annick : cette fois-ci, en voyant la photo d’Ossiane, ma première pensée fut « Oh … une jungle … et ses lianes … » et c’est ainsi que je me suis dit « Il n’y manque que Tarzan et Jane » …

    Allez, sourire et bonne fin de nuit à tous.

  4. Merci pour tes mots, Bourrache.

    Ma réaction à moi fut
    Je n y vois pas grand chose
    Alors je regarde de plus près
    Un petit détail dans ses beautes cachées
    Parfois la vie saute pas à la figure
    Il faut bien plus la dénicher
    Et s’ouvrir l’oeil c’est la vie
    A sans cesse chercher trouver voir

  5. Comment vous dire merci…

    Mes mots ce jour sont cadenassés
    dans ce corps qui les retient
    pour ne pas crier, hurler
    et garder un semblant d’être
    dans cette jungle mortifère
    je n’ai rien d’autre à offrir
    qu’une foule de pensées douces
    intraduisibles sans doute
    mais gorgées d’amour
    dans mon impuissance
    je n’ai rien d’autre à écrire
    si ce n’est que la beauté
    peut vaincre la souffrance
    les mots sont des vecteurs
    ne soyons pas désabusés
    blottie au fond de notre cœur
    notre grandeur d’âme
    peut déverrouiller les prisons
    de cet infernal silence
    et peut-être alors
    oser dire quand on a mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *