21 commentaires sur « Ecumes 28 / Foam 28 »

  1. merci Ossiane pour ce haïku aussi beau que cette envolée de vague symphonique hors du temps. Je t’embrasse.

    Quand la vague au plus fort
    est d’atteindre le zénith
    de la beauté suprême :
    paroxysme du bonheur

  2. Immergé dans l’espace
    Temps interstellaire
    Sur la voie lactée

    Merci Ossiane pour cette apparition blanche et ces vers si beaux…

  3. Magnifique, c’est magnifique, Ossiane.
    Merci, merci pour cette projection divine venue du ciel et de la mer.

    ****************************************************************
    l’oiseau féerie
    aux ailes irisées
    apparition

  4. Parfois haute comme sa basse
    La vague se vit d être
    Son bel remue méninges
    Dans le creux de .l’oreille
    Que ses doux clapotis

  5. L’écume ses ramassis
    Coquillages et crevettes
    Se laissent balloter
    Leurs vies dedans la mer

    Belle journée avec de jolies images belles tout de réel à respirer ou dans un bel album comme celui d’Ossiane.

  6. Glissant à fleur d’eau
    l’émergence d’un nuage
    au sein d’une vague

    « Chaque expérience de beauté, si brève dans le temps tout en transcendant le temps, nous restitue chaque fois la fraîcheur du matin du monde « François Cheng dans Cinq méditations sur la beauté (2ème méditation)

  7. Fermer les yeux
    Écouter le bruit du vent
    parodier les vagues
    S’imaginer un instant
    être au bord de l’océan

  8. L’explosion d’une vague est un moment de violence éphémère et spectaculaire, battement sourd d’un tambour dans les entrailles de la mer qui s’écrase avec force sur la surface de l’eau et s’en va mourir doucement jusqu’au silence avant que ne reprenne le mouvement sempiternel d’une nouvelle vague, c’est le chant des vagues sans cesse renouvelées…quelques unes seulement s’envoleront vers le ciel tels des nuages poussés par le vent… n »est-ce pas la merveilleuse  » symphonie atemporelle pour l’éternité » d’Ossiane

  9. Du bout des doigts
    Ressentir ses embruns
    La vague pulvérisée
    Mouille le ciel de mer
    Avant sa flaque douce
    Dans des milliards de lacs
    Comme c’est beau la mer
    Ses filets jolis songes
    De tendresses infinies

  10. toute violence éphémère ou non reste une violence condamnable alors avec humour et plaisir de te lire Marc j’ai ainsi envie d’écrire :-))

    Colère éphémère
    n’est que souffle d’une humeur
    vague de la mer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *