Ecumes 6 / Foam 6

ÉCUMES 6 / FOAM 6

perles d’infini

un goût d’innocence

fragile rêverie

• • • •

pearls of infinite

taste of innocence

delicate reverie

31 commentaires sur « Ecumes 6 / Foam 6 »

  1. De merveille en merveille Ossiane nous offre « sa nouvelle vague » de l’automne -:)
    Bon week-end à tous.
    ___

    Dans le fracas des eaux
    s’écrasant sur les rochers
    la vague simule la violence
    en une gerbe de perles d’argent.
    La beauté de cet éclat
    saurait-elle cacher sa force
    et n’offrir que l’apparence
    d’une fragile volupté ?
    Qu’en est-il des remous de la mer
    au plus tonitruant de la marée ?
    Qu’en est-t-il de l’orage
    lors des éblouissants éclairs ?
    Qu’en est-il de la douleur
    lorsque les yeux brillant de larmes
    esquissent cependant un sourire ?

  2. Ossiane, je vais avoir besoin de ta correction pour « éblouissants » et pour « esquissent » un sourire et non esquivent un sourire, des fautes d’inattention que je vois ce matin à ne pas laisser, merci.

  3. Des milliards de vagues à l’âme
    Autant que la planète écume
    Les trop de vie
    Elle est étrange la vie
    Par quel bout faut la prendre
    Quand il en faut bien du temps
    Pour y voir bien plus clair
    Dommage qu’on ne naît pas à la fin de sa fin
    Non pas pour recommencer
    Mais pour éclairé autrement
    Tenter des autres bouts
    Pour se découvrir encore
    Sous d’autres facettes cachées

  4. étrange, me semblait avoir eu envie d’écrire,
    *à la fin de sa vie

    quoique…
    à la fin de sa fin,
    c’est l’ultime bout, non?

    Je t embrasse Ossiane, et espère que tu vas bien.

  5. Merci encore Ossiane, bonne fin de journée à toi et à tous.

    En quelques secondes
    venant de nulle part elle éclate
    spectaculaire
    puissante et imprévisible
    la vague déferlante

    Il en est parfois
    de la colère et de la rage
    impulsion soudaine
    qui ne sait se contenir
    brutale, dévastatrice

    Mais au loin la mer
    loin des folles explosions
    laisse rouler ses vagues
    ignorant l’exubérance
    de ces remous impétueux.

  6. Bonjour,
    Petit message pour Monique.
    Je voudrais vous demander : vous avez laissé ces lignes sur le thème « après la pluie »:c’est de qui ? Merci

    Guirlandes d’argent au dessus de l’eau
    Des milliers de petites étoiles qui brillent
    Sur les grappes de feuilles du saule
    La féerie est entrée dans le jardin
    Aucune âme qui vive en ce royaume
    Où tout semble apparence et frivolité
    Pourtant la nature est sans faux semblants
    La magie opère dans une étincelante réalité
    Il suffit de quelques gouttes d‘eau
    Venues de l’errance des nuages
    Pour essaimer dans les regards
    Les reflets brillants d’après la pluie
    Pour que la joie surgisse
    Au cœur d’une nuit luminescente
    Pour que les gouttes d’eau
    Transforment leurs notes cristallines
    En une splendeur musicale
    Sur fond de cascade d’argent
    Un rêve tout en lumière et en musique.

  7. Pour répondre au message de « Anonyme » Guirlande d’argent est un texte non pas d’un auteur mais que j’ai écrit le 30 décembre 2011 sur le blog d’Ossiane sur la note Après la pluie et qui m’appartient et répertorié dans mes écrits sous le titre de La magie de l’eau.

  8. Merci à toi Monique pour ta réponse. Un grand bravo pour ton texte que j’ai trouvé très beau.
    Bonne continuation pour la suite,

  9. Ca sent l’iode a pleine nez
    pour ceux qui ont bravé
    le cap ils en ont ras la cup
    mais a en trop baver
    aux gerbes mousseuses
    à souhait il y en a soupé
    nous n’y voyons plus goutte
    aveuglé que nous sommes
    par des effluves tatillonnes
    comment se mettre en route
    pour les grand large alors
    floués sur l’arrière plan
    bien plus que flouté
    rien d’un doux velouté
    et pour deux sous
    pas vraiment tire au flanc
    nous devons nous déciller

  10. De ses mains d’argent

    Il touche le fil de ses rimes

    Intimes et sensorielles inondant le présent

    A contre-jour, les mots se subliment

    L’ombre de la nuance file et danse

    Sur le mur s’étalent ces quelques lignes

    Comme une trace sur ce vide immense

    Une feuille s’élance, le vers se signe

    Il va vivre éternellement sur cette page

    Tel l’océan autour de l’île

    Pour le lire et l’atteindre à la nage

    Un lecteur, ou peut-être mille

    Virevoltant diaboliquement sur l’existence

    Dans le nuage des vies ce phare

    Une source de rêve, un guide des sens

    Quand à la rive des ciels résonne cette cithare.

  11. Savamment et joliment bien écrit MioModus
    ___

    Qui sont-ils ces artificiers de la mer
    dieux, nymphes ou sirènes
    qui dans les « oh !!! » émerveillés
    de nos âmes d’enfants
    font jaillir des profondeurs de l’océan
    dans un flux et reflux des vagues
    ces poignées d’étoiles en plein jour
    sur les rochers au-dessus des eaux bleues ?
    ___

    Bonne semaine à tous malgré ce froid automnal.

  12. il tend les mains courbe l’échine
    recueille en son sein les gouttelettes
    et dans des mots qu’à lui
    implorent le ciel de donner la lumière

  13. lorsque jaillit de ton cœur
    une nuée de pépites de joie
    c’est tout ton ciel qui s’illumine
    regarde l’océan, attend la vague
    laisse-la envahir l’espace
    reçoit ce spectacle comme
    une promesse de bonheur.

  14. Quand dans les veines /le sang coule trop vite,/ alors le cœur s’agite/ comme la mer se déchaîne/

    Deviner le bruit
    de ce retentissement
    sourd en apparence
    des milliers de particules
    en continuel mouvement

  15. C’est avec panache que surnage le hanap
    et nous voici de fait dans de beaux draps
    tenture volante aux mille étoiles perlées

  16. Non ce n’est pas de la poudre aux yeux
    et ça décille plus surement qu’un café
    bien calés après ça en boutefeux

  17. Mon tout petit chéri
    Nouveau né de quatre semaines
    Sur mon ventre posé tu digères ton biberon
    Et ta chaleur me porte vague puissante légère
    La montée d’émotions pures du doux instant
    Si fort si grand si petit dans ce monde son tel
    Des bousculades de vues quand je te regarde vivre
    Et je n’en reviens pas de ta cascade de perles
    De tes yeux qui appellent les miens en communion
    Mon amour ma tendresse révèle moi encore
    Sur les précieux de la vie
    L’enfance toute innocence
    Et déjà je rugis m’incline les mains tendues
    Ciel ô bel ciel donne pour chaque enfant
    Cette joie d’exister pour les merveilles à voir
    Que les grands souffreteux aux cerveaux fort malades
    Qui font mal aux enfants
    S’endorment vers l’infini
    Pour juste les laisser vivre
    Le mystère de la vie
    D’être né là ou là
    C’est une immensité une injustice telle
    Quand des petits rois tyrans
    D’autre enfants implorant une miette de tendresse

  18. Dans de gros vagues à l’âme
    On y voit des visages
    Des tendres des aimés
    D un regard recueilli
    Pour accueillir son autre
    Sans le rejet possible
    Puisque apprécier son tel
    Ouvre les regards de vie

  19. Nous sommes pour la plupart toujours émerveillés devant la beauté des vagues comme nous le sommes devant un feu d’artifice, chaque vague est une surprise, une beauté en soi, une émergence soudaine dans un bruit extraordinaire qui s’éteint avec elle.
    ___

    La magie des vagues
    éclaboussure éphémère
    la fascination
    du mouvement perpétuel
    flot vivant de l’océan
    ___

    Bonne et belle semaine Ossiane et à vous tous qui passez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *