L’Ombre bleue / Blue Shadow

Toundra 7 / Tundra 7

la vie s’incline

nuit de la pleine lune

les monts assoupis

• • • •

life tilting

night of the full moon

dozy mounts

15 réflexions sur « L’Ombre bleue / Blue Shadow »

  1. Oui Ossiane quelques petits problèmes mais je crois qu’il faut poser et si ça passe tant mieux, ne pas réitérer et le commentaire s’inscrit plus tard, ce qui explique mon texte en x exemplaires. et s’il ne passe pas, ce n’est pas grave c’est laisser au vent quelques mots en suspens. Bise Ossiane l’essentiel est de pouvoir admirer et goûter le merveilleux de tes mots et images.
    ____

    Devant l’indicible
    Les mots semblent inutiles
    L’âme est en extase
    ____

    Bonne semaine à tous.

  2. L’ombre est une illusion, la lumière l’avoue.
    Bleue,
    de cet âpre regard où pèse la nuit noire.
    Tout penche, telle une âme de pierre surgie d’un océan.
    Quelle vie se désole, s’embrume, se questionne ?
    Voir, de loin en loin, de reflets en reflets, de rêves en nuages, de nuages en rêve.
    Où perce la naissance,
    vit le souffle lunaire,
    la mémoire silence.

  3. Brume bleue en promesse cachée
    illusion de ce qui pourrait être
    Du plus profond de la nuit
    Veille l’esprit des lieux
    Pensées Bleues vers les Amis d’Ossiane …toujours

  4. Savoir saisir ces courts instants où la magie opère
    ……
    Donner à l’ombre la couleur bleu-nuit de l’infini du ciel,
    Immerger dans la pénombre l’immensité du paysage,
    Poser son regard sur l’oreiller de brume
    Et sentir monter en soi une sérénité profonde ;
    Se nourrir du silence et du calme,
    Mettre son âme au repos, son cœur en sommeil,
    Emprunter à la lune sa paisible lueur,
    Se laisser bercer dans sa douce lumière ;
    Savourer la plénitude de l’instant
    Et, en attendant la beauté de l’aurore,
    S’installer dans une ample béatitude.

  5. La brume câline
    Oreille la montagne
    Et le roc se tendre bel
    Chuchotis en silences
    Respiration de *levivre

    doux jour je vous souhaite…

  6. Dans les bras d’Hypnos
    Sous son balandran de brume
    Le monde s’endort
    Le silence est son allié
    Dans le bleu de son alcôve

  7. Déjà l’ombre du soir… il est à peine tard
    Une atmosphère de mélancolie m’enveloppe
    Le ressenti d’un jour qui semble inachevé
    Parce qu’il m’avait comblé d’un bonheur
    Top vite enfui que j’aurais voulu retenir
    La lumière de pleine lune prenait des teintes si belles
    Qu’elle semblait vouloir compenser cette tristesse
    La beauté viendrait-elle toujours à notre secours ?
    Elle enveloppait le soir dans un duvet de douceur
    Aux caresses bleutées, blanches et grises
    Couleurs d’un regard au crépuscule d’un jour
    Lueurs de la nuit pour accompagner mes rêves
    Sur la passerelle des souvenirs des jours heureux

  8. sans l’ombre d’un doute
    l’aura bleue du ciel de vérité
    caresse le vent caresse le temps
    délivre des monts et des songes
    dans un éclat du silence

  9. « La beauté en question consiste-t-elle en un simple rayon de lumière émané du couchant ? (…..) La lumière n’est belle que si elle est incarnée. » Dans la cinquième méditation sur la beauté de François Cheng

    Il faut s’ imprégner de cette beauté pour en ressentir tous les bienfaits qu’ils soient consolateurs, charmeurs, apaisants, réconfortants…. la beauté est indispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *