Bruine / Drizzle

Bruine / Drizzle

quand tout s’efface

s’envolent les jours

rêvent les ombres

 

• • • •

 

when all disappears

days blow away

shadows dream

 

24 commentaires sur « Bruine / Drizzle »

  1. Bonjour la Compagnie !
    Fait pas très beau en Normandie….

    eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    S’estompent les formes
    Les silhouettes s’évanouissent
    Entrée dans l’hiver

    eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

    Biseeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeee


  2. dos à dos
    crachin-chagrin

    pas en avant
    l’autre en arrière

    le gris perle
    et boute hors

    de cette drôle
    de route

    butte et glisse

    mouchoir
    et
    par-chemin

  3. Un petit haïku offert par Josette en commentaire sur mon blog
    « Mes petits coms au jour le jour » :

    Je vous en fais profiter :

    Brume matinale
    les fantomes disparaissent
    j’attends le soleil

    Biseeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeee

  4. Une note triste pour des jours tristes, un pan de vie qui s’écroule dans la grisaille de l’automne….gouffre de souffrance, l’ombre du souvenir au coeur, le silence plein de tout ce que l’on ne saurait dire….
    ______

    Atmosphère lugubre
    Où ciel et terre se confondent
    Au loin les souvenirs

    ______

    …..

  5. Bises Ossiane, bises les matelots

    Dans la bruine côte à côte
    Marchent deux candidats
    Sur la route
    Des promesses aquarellées

  6. Hello Lou heureuse de te lire et bise à toi
    ___

    Un même chemin
    Pour des parcours différents
    Des incohérences
    ____

    Le flou, le gris, l’entre-aperçu, le non-dit, l’indistinct, le sombre, l’obscur, me laissent mal à l’aise dans ma quête du vrai du beau, d’une sérénité et pourtant force de reconnaître qu’un paysage dans la brume laisse une part de mystère, de rêve, le crayon à peine posé sur la toile incite dans l’ombre l’imagination à poursuivre son oeuvre

  7. rien ne s’efface
    tout s’estompe
    et se réinvente…

    un coucou à chacun…cela fait déjà un moment…

    clin d’oeil …troisième chambre à gauche…non loin de la tonelle….

  8. Bonjour Marc, plaisir de te retrouver sur le pont des passagers de l’Oeil Ouvert ainsi que Christineeeeeeeee, Lou et Bourrache
    _____

    Garder la mémoire
    Images floues du passé
    Revues au présent
    _____

    Noyée dans la brume
    L’ombre de deux silhouettes
    Promenade à deux
    _____

    Communion ouatée
    Le chemin des confidences
    Des mots à voix basses
    _____

    A la fin du jour
    Dans l’obscurité du soir
    Les mots de l’adieu
    _____

  9. Niepcéen est ce cliché
    dans la tourmente barbouillée
    la lumière est diffuse
    et le grain perle comme le gris
    il n’y a pas d’essuie place
    tout est gommé et adouci
    en demi teinte
    les vitres pleurent et dégoulinent
    on aimerait bien une capeline

    cré non de non , des matelots s’affairent
    ça fait du bien de les voir ici
    ils nous ont tant manqué

  10. Il y a des jours qui glacent
    des joutes humides qui déplacent
    des tonnes d’eau
    il y a des chemins à blanc d’eau
    pas besoin de bandeau
    pas besoin de banc
    inutile de traîner trop longtemps
    mouillé comme une soupe
    la trempée réveille

  11. rembrunies dans la brume crachineuse
    silhouettes à peine découpées
    les contours s’estompent
    et pourtant qu’est ce qu’il tombe
    ce n’est que le début de la ruine
    qui tambourine et burine
    passent alors des trombes
    qui noient le fond
    et agglomèrent les tons

  12. Grand lessivage,

    les couleurs partent mais pas en courant
    le courant d’air prend le tournant
    l’ombre se plie mais ne rompt pas

  13. As-tu pu Thierry malgré le temps marché dans la forêt, celle de Blois , de Chambord, de Russy, de Chaumont ou d’Amboise là où fleurissent les cyclamens sauvages et où les arbres jouent à cache cache à travers la brume sur le tapis des fougères rouillées de l’automne ? merci d’avoir pensé à moi.

  14. Non héla Monique, parce que j’avais fort à faire bien qu’étant juste face à la forêt des loges
    alors oui j’ai mangé de beaux cèpes, la cépée si , mais au delà des ornières pas plus ornementales que cela il y avait d’autres occupations plus urgentes.
    Je connais la forêt de Chambord, la réserve devrais je dire, avec la chasse présidentielle !
    Mes grands parents maternels habitaient entre Contres et Selles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *