25 commentaires sur « Lac »

  1. Au bord des étangs
    L’or des marais de Camargue
    Les sagnes* dorées

    * les sagnes sont des roseaux plantés au bord des étangs et des roubines (nom provencal de larges fossés) qui servent à recouvrir les toits des cabanes de gardian, ceux qui les cultivent et les récoltent sont les sagneurs. Les sagnes recouvrent de grandes surfaces et font partie du paysage de la Camargue, je crois aussi qu’ils servent de fourrage pour les animaux et particulièrement les ânes.

  2. Au secret du marais

    J’ai pour toi une flaque
    Où glissent le gerris
    Le dytique féroce
    Et le grêle ranatre

    J’ai pour toi une mare
    Où nagent les grenouilles
    Des salamandres noires
    Et tritons y patouillent

    J’ai pour toi un ruisseau
    Où chantent le Pipit
    Le Bruant des roseaux
    Et le discret Phragmite

    J’ai pour toi une rivière
    Où poussent la douce-amère
    La belle orchis abeille
    La grande pimprenelle

    Sur ce lac à tes cils
    Volent l’agrion bleu
    La cordulie gracile
    La nymphe à corps de feu

    Là, hutte de genêts
    Et sa couche de mousse
    Pour se la couler douce
    Au secret du marais

  3. C’est joli, jean de la lune.

    Ici LA,
    Je viens me la tremper
    Ma tendre douce plume
    Qui aime se la couler belle
    Regarde la frissonner
    Ses belles ondes tiennes
    A la surface de l’eau
    Celle la plus stagnante
    C’est que ma plume mienne
    Aime le doux frisson
    ALa berge leurs souffles
    Se murmurent en secret

    AL liés par la vie
    A LA source profonde
    D’un bruissement leurs lèvres
    Leurs regards doux complices

  4. la lance de l’eau du lac éteint l’incendie qui couve
    Lancelot dulac ne quitte pas Chamerolles et se parfume
    Lacs mazures ou lac Ladoga bonjour les dégâts

  5. Lac Titicaca pour l’inti Riami
    Ils n’ont pas fait grand cas
    et tandis qu’attend Athualpa
    voilà que s’entasse l’or des Incas
    les mines du Potosi ne suffiront pas
    à éteindre cette soif de Pizarro
    avant Tiwanaku il faudra s’arrêter
    sur la piste de l’Inca entre Cuzco
    et le rio urumbamba vers Machu Pichu
    tressés sont les iles flottantes
    pressés sont les porteurs de quipus
    Ils n’ont pas démarré et les voilà assaillis

  6. Bonjour la Compagnie…
    Toujours au rendez-vous,
    Malgré la neige et le verglas !

    En bordure du petit lac,
    Les roseaux plient,
    Restent toujours debout
    Mais où est donc passé
    LE CHENE ?

    Biseeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeee

  7. Le chêne
    Ils l’ont mangé
    Les fragiles roseaux
    Eux plient
    Mais ne cassent pas
    C’est archisonconnu
    Connureconnuvu

    Et vivent les roseaux
    Et leurs tailles fragiles
    D’os qui s’ondent la vie
    Pour suivre son bel cours
    Dans la souplesse des jours
    Son rebondir agir
    CHAQUE JOUR PEUT SE VIVRE
    Dès que sonne le réveil
    En oubliant le pire
    Et se serre son meilleur
    Belle délicatesse
    Devant les dons du ciel

    Et les roseaux se plIent
    Pour remercier le temps

  8. je me prends une petite sucrerie de relecture, et puis j ai envie, comme ça, de mettre plutôt…

    Et les roseaux se ploient
    Sous la grâce du ciel

    Bel doux jour, je me croque mon bel bon, après deux d’intense travail en autisme, ce matin, c’est que c’est le courant des ondes, Tellement, de se vivre en autisme,

    que oui
    ah oui que oui
    se sentir un roseau
    qui plie
    mais se brise pas
    cela aide
    sous le fardeau
    et quand le minois
    se relève
    ses mains de belle lutte
    en amour son tellement
    le sourire est aux lèvres
    et quand le soleil est
    que des heures libres pour soi
    c’est bon de sortir
    en écrire
    en ailleurs
    c’est bon de se vivre soi
    car soi le mérite aussi

  9. Les roseaux en plumeaux
    Se baissent pour papiller
    Ecoute leur respire
    Comme murmure leur chant
    Une onde jolie ondule
    Leurs ventres tendres chauds
    Et ils se laissent faire
    S’épanchent se penchent devant
    Dans un bien bel baiser
    Que la vie leur permet
    Leurs souffles gonflent leurs ailes
    Les vois là tout la haut
    La tête dans les nuages
    Et leurs corps dans les airs

  10. Un souffle de vie
    Passe à travers les années
    Mouvance réelle

    Ainsi va le temps qui passe
    Sans que jamais rien ne meurt

  11. pas rose des eaux mais pieds dans l’eau
    tout ce qui m’orne dans ce paysage
    n’arrête pas les yeux , avec l’eau rions

  12. claque au lac et pas à Kaolak
    on ne fera plus d’instamatic
    mais de toute cette clique
    il y a à retenir par paillis
    sans être futés des gerbes d’or
    qui vont savamment orner des paillasses
    des couches comme le vent les couche
    pourtant elles tiennent tête et ne renoncent
    tandis que la brise elle aussi s’enfonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *