35 réflexions sur « Unisson »

  1. L’arbre et le bambou
    Un jour ,le vent les a liés
    Ils font course ensemble

    Ouvrant une légère porte
    Aux enfants, dans le sous -bois

  2. Très musical May et très inspirateur ce bel haïku
    _____

    Calumets du rêve
    Orgue gigantesque
    Dont la musique somptueuse
    S’entend au moindre souffle du vent
    Immenses tiges creuses
    Bambous gigantesques
    Qui cherchent leur accord
    Au sein de la nature
    Autour d’un chef d’orchestre
    Qui leur ouvre la voûte céleste
    La légèreté de leurs feuillages
    Met un bémol aux sons graves
    Des chaumes qui se croisent
    Pour donner à ces milliers de flûtes
    Une musique magique
    Aux timbres les plus variés
    Aux tons les plus beaux
    Comme des voix qui s’élèvent
    Et convergent vers le ciel
    Comme un bouquet offert
    Aux nuages, aux étoiles
    Comme une louange, un chant
    A la beauté, à la grandeur.
    _____

    Belle soirée au chaud en cette température hivernale de saison.

  3. Sans prétention
    Parmi tes frères
    Tu pousses solide
    Tu grimpes droit
    Cet étonné d’être
    Celui que le destin
    Il a choisi
    Pour faire de toi
    Sur ton chemin
    L’humble modeste
    Hébété d’être
    Simplement être
    C’est déjà tant
    Tellement de temps

  4. Sur la pointe de ses racines
    Il se grandit s’allonge nervures
    Pour toucher au baiser du ciel
    Qui lui donne force belle énergie
    Dans la beauté de la vie s’être

  5. Dans le grand silence
    Tous les esprits vont rêvant
    Regards vers le faîte

    Père Noël peut-être en vue
    Dernière ligne droite avant la fête

  6. Un petit bonsoir et pour le plaisir ces quelques mots de Jaccottet, cette image fait tellement rêver que certains mots entrent parfaitement dans ce rêve, convergent vers le merveilleux :

    Jaccottet promenade sous les arbres
    « Je ne pouvais plus détacher mes yeux de cette demeure mouvante, changeante, et je trouvais dans sa considération une joie et une stupeur croissantes ; je puis parler de splendeur, bien qu’il se soit toujours agi de paysages très simples, dépourvus de pittoresques, de lieux plutôt pauvres et d’espaces mesurés. Or cette splendeur m’apparaissait de plus en plus lumineuse, aérée, et en même temps de moins en moins compréhensible. De nouveau, ce mystère nourricier, ce mystère réjouissant me poussait comme d’une poigne très vigoureuse vers la poésie […] »

  7. Magnificat.

    Bruissement de serments ensoleillés.
    Silence !
    La force s’unit à la tendresse.
    Et c’est un feu d’artifice
    Auquel nous assistons,
    Spectateurs de la liesse universelle.

  8. Au-delà du bel exemple de contraste végétal, l’image m’inspire une réflexion symbolique sur le pouvoir. L’arbre séculaire s’élance toujours plus haut vers le ciel sans jamais écraser de sa stature les frêles tiges qui l’environnent. Autour de ce pilier de la forêt, le bambou cohabite fluide et harmonieux. L’un n’étouffe pas l’autre si fragile à ses côtés, mais l’intègre dans une bulle de vie où se partagent le sol et la lumière. Ainsi, quand la force s’exerce sans pression ni violence, la grâce s’exprime et s’épanouit. Il suffit au puissant d’être juste.

    ******************************************************************************************************
    A l’unisson, Annick, des « possibles jolis et bons ». Une nuit aussi la plus douce possible.

  9. Jacline Une pensée si belle, si bien vue et si bien exprimée, je la partage avec vous, merci et belle journée à tous.

  10. Merci beaucoup Monique, de ce chaleureux retour. Belle journée aussi sous le ciel bleu de la Provence que nous partageons aussi.

  11. Sous tous les cieux
    Unisson,un maître-mot
    Fragiles en forces

    Bonne journée à tous ,à l’approche des fêtes que je vous souhaite heureuses !

  12. Joyeuses fêtes de fin d’année à tous les passagers du navire.Une pensée comme ça, pour Christeeeeeeeeeeeene dont les « e » me gonflent d’énergie et de sourires et qui me donne l’impression qu’elle coure toujours gaiement pour booster nos batteries, une autre pour Monique qui m’apaise comme un récitant du soir tout en douceur , encore une autre pour Annick qui me donne courage et espérance par ses écrits tendres et Thierry avec qui j’apprends plein de mots de la langue française et qui m’aiguille vers le dictionnaire et tant et tant d’autres matelots qui chacun à son moment sur l’Oeil ouvert m’apporte bien être et chaleur au cœur lorsque je passe lire sans forcément écrire quoi que ce soit.Mais peut être que certains font comme moi…lire en silence et être bien, là.Bonne année à tous les anciens et à tous les nouveaux mousses qui astiquent le pont de quelques mots, pensées, poésies.Oserais-je formuler la pensée que j’aimerais bien vous rencontrer tous?
    Merci à Ossiane, grand matelot, grand capitaine des flots de l’océan créatif…d’exister et de nous permettre d’être « ensemble.Leïla.

    Poésie,
    Chemins de terre
    Musique de l’âme
    Chant du cœur
    A l’unisson
    Un ciel partagé.

  13. Leïla, comme elles sont justes, touchantes et vraies ces pensées vers le grand capitaine et les matelots qui se relaient inlassablement sur le pont…Tout y est et on ne saurait mieux dire.

    Sur un autre registre, à l’UNISSON avec ce qui précédait, le beau poème évoque en quelques mots simples mais avec force tout ce qui nous relie autour de ce blog magnétique, permanents intarissables comme nouveaux mousses et autres intermittents de passage… Le lire en silence et le savourer comme un cadeau dans nos petits souliers de Noël…

    Chaleureux Noël à tous !

  14. comme c’est joli, Leila, touchée ….Là!

    oui, on sera *ensemble encore l an prochain, à astiquer le batoooooooooooo, si mon ordi permet, pour le moment, tout ordi ici, est caché depuis ce matin, car mon fils autiste a cassé le sien dans une crise immense! yaouh!
    alors que Noêl, se vive doux, avec ^ou ¨

    Noël c’est force
    et puis fragilité
    c’est quand le coeur sent bon
    ou quand il se dégorge
    l’amour dans tous ses sens
    de son petit humain
    qui fait comme il peut faire
    dans ce monde imparfait
    et mon âme en ce soir
    entre dans les foyers
    où l’autisme tue et mine
    mais il la montrant la vie
    dans sa plus simple essence
    Là en tout Là de là
    le nectar de la vie
    quand on veut bien l’entendre
    et c’est si bon de *levivre
    son court de temps sur terre
    quand pas perdre une miette
    est une belle offrande
    pour remercier ce ciel
    dans toutes se couleurs
    en arc en ciel de vie!

    doux pont l’équipage, la mer est tranquille, le canot se barbote quelques ondes douces, c’est bien!
    que brillent de mille feux, les yeux de vos enfants.

  15. Cher amis, chers passagers au long cours!

    Merci à tous de tous vos si jolis mots déposés, de vos pensées chaleureuses et généreuses;) Tous mes encouragements à Olivier pour ses beaux haïkus et un signe d’amitié aux nouveaux venus qui se sont manifestés ces derniers jours! Je vous lis avec intérêt mais je n’ai assez de temps devant moi pour répondre à chacun malheureusement.

    Un grand capitaine n’abandonne jamais son navire;) Il tente de tenir bon avec ses failles dans les aléas de la vie comme beaucoup d’entre nous. Il est très sensible à vos mots d’attachement, de beauté qui surgissent à partir de ses images et dans lesquelles il s’implique beaucoup. C’est un encouragement à continuer plus que jamais. Très fier aussi de voir que les écrits des uns et des autres font résonnance entre tous, qu’ils provoquent des échos, des rebonds philosophiques ou poétiques, si j’osais, j’appellerai cet endroit, le Cercle des poètes vivants;) Leila et Jacline ont si bien parlé de ce qu’elles ressentent, je suis très touchée. On me parle souvent de cet état d’esprit et d’écriture incroyable qui règne sur le blog. Merci infiniment pour tout cela! Sur ces belles paroles, je vous souhaite une belle nuit et de bons préparatifs avant le grand jour! Je vous embrasse fort et pense bien à tous ceux qui ont des soucis ou des peines à panser!

    Merci pour Jacottet, Monique, je suis très sensible à son univers et à ses mots.

    Ossiane

  16. Unisson, c’était ce soir autour du repas de noël tous réunis du plus jeune aux plus âgés, heureux d’être tous ensemble, d’ÊTRE tout simplement.
    Vous lire ce soir me fait du bien, merci à tous de toute cette gentillesse qui transparaît dans vos commentaires ; à demain sur la note nouvelle « duvet » de la douceur en perspective et belles fêtes à tous de tout mon coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *