67 réflexions sur « Infini »

  1. Entre Ciel et Terre…

    Tous deux tirés par le chariot de la Grande Ourse,
    Sur un tandem, chacun son rythme, pour la même course ;
    L’un pour l’autre dans une Eternité sans nulle trêve,
    Nous parcourrons les Cieux réaliser nos rêves.

    Rejoindre l’Idéal tout en partant réaliste,
    Qu’il n’a point lieu d’être optimiste ou pessimiste,
    Quand dans la vie, notre communion, pour unique guide,
    L’Amour, pour toujours, devient le Tout de notre vide.

    De la Terre au Ciel, nos âmes se sont envolées,
    Pris de spasmes de bonheur, elles se sont enlacées,
    Pour s’unir dans l’Espoir de leur Infinité.

    Du Ciel à la Terre, rapportés par nos baisers,
    Cette douce idée du Cœur de plus près se goûter,
    Dans le dessein d’élever notre Humanité.

  2. Souffle de Liberté…

    Quand vient vibrer son charme à ma bouche sensible,
    Comme un baiser d’abeille au délicieux trépas
    Qui emporte mon âme au frisson pas à pas :
    La vie écrit ses droits prenant mon coeur pour cible.

    Dans sa bise d’Amour où les mots sont saveurs,
    Elle encre sa tendresse en tableau de folie.
    Et sa came m’isole au désir qui nous lie,
    Butinant tels deux fous l’évasion du Bonheur.

    Pour elle je me livre en romance absolue,
    Au train de ses défis de femme résolue,
    Où la nuit me conduit, soufflant sa liberté.

    Ce cri à l’évidence est l’écho Vérité
    Du Cygne qui renaît et fleurit l’empyrée
    D’une danse qu’il peint de son aile azurée.

  3. « on n’est pas sérieux quand on a ..* 17 ans  »

    Poème AD HOC

    Un parachute dans le ciel
    Un petit point d’exclamation
    Qui signe notre admiration
    Pour cet espace immatériel

    Mille sabords
    Dans l’air
    Descend
    Du firmament
    Un signe chair
    C’est un para tonnerre de Brest !

    Est ce de sa chute verticale
    Sous la brûlure du soleil
    Après un douloureux réveil
    Dont se sauve ce fol Dédale ?

    Sacrebleu
    C’est à ne pas croire
    Mais je le vois de mes yeux
    Flottant dans le grand bleu
    Dieu quelle histoire
    C’est un para tonnerre de Brest !

    Un froissement léger
    S’entend dans le silence
    C’est une fleur qui se balance
    De quel éden de quel verger ?

    Palsambleu
    Le voilà qui s’amène
    Quel drôle d’énergumène
    Et comme il gesticule
    Cet espèce d’animalcule
    C’est un para tonnerre de Brest !

    Sous sa cloche de toile
    Paraissant tout petit
    Est ce bien celui dont on dit
    Qu’il nous vient des étoiles

    Et c’est la fin AD HOC

  4. à faire le pitre on s’empêtre!
    lire au lieu de : un petit point de suspension (quoique!!)

    « un petit point d’exclamation »

    as tu toujours ta gomme virtuelle chère ossiane ?
    merci je t’embrasse

  5. L’infini, c’est fini (point d’exclamation)
    Et dire qu’ c’était l’envie de mon premier amour…
    Si l’on se croise à l’infini?
    Sont nos vies parallèles?
    A angle droit,
    Quand tu prends la tangente
    Comme à zéro degré,
    Je suis en cotangente…
    Es-tu le vide? es-tu la plénitude?
    Ce n’est pas sans limites,
    Je plonge vers ce sable, cette éclaircie sublime,
    Je quitte une interface, j’emporte l’air du ciel,
    Je suis pris de vertige, l’ivresse des profondeurs.
    Silence de la mer?
    De cobalt en turquoise,
    Mes oreilles bourdonnent.
    Ainsi qu’en parapente
    Je m’accroche aux suspentes.
    Poupée de porcelaine,
    Eh oui je suis fragile!

  6. Merci Ossiane pour cette belle aventure
    Merci amichel pour ce clin d’oeil à Rimbaud
    ______________

    Dans le bleu du ciel
    J’ai vu le V de la vie
    Vol à l’infini

  7. Es-tu perdu ?
    Suspendu ?

    Petit chapeau bleu :
    La liberté est un leurre,
    Redescends sur Terre !!!

    Le vin est servi
    Le ciel attendra.

    Ossiane, je me suis juste amusée 5 minutes, que ça fait du bien ! aussi légère que ce parachute qui flotte dans les courants d’air.
    Bises mouillés, mais pas fraiches du tout ! les ventilateurs tournent à plein régime, c’est dire.

  8. Il est beau
    Ce point d’exclamation
    Là au milieu de ce bleu
    Si j’aime bien le ciel,
    Je suis incapable
    De me mettre à la place
    De ce joli point d’exlamation,
    Mais…
    Quoique l’expérience…
    Ça doit être si beau
    D’être tout là-haut…
    Les anjes doivent être tout prés…
    Alors je n’aurais plus le vertige!

  9. Fleur de pissenlit
    Semée à tout vent,
    Vole vers l’infini
    La graine en suspend ;
    Elle part ensemencer
    Une vie si fragile,
    Qu’on s’efforce d’oublier
    Qu’elle ne tient qu’à un fil.

  10. Un vent de synchronicité souffle sur les blogs ces jours-ci (voir la note du 22 sur le blog de Pam) à tel point qu’on pourrait y inter changer les poèmes en adaptant légèrement :

    Clin d’œil à Amichel :

    Haut dans le ciel pur monochrome bleu
    Il semble moissonner la lumière
    De son aile dans son vol silencieux.
    Avec lui notre âme prisonnière
    Se libère et s’élance avec ardeur
    Dans l’infini laissant là toute peurs
    Suivant les blancs oiseaux glissant sur l’air
    Sa pesanteur dans l’espace se perd
    Et s’évadant des mornes habitudes
    Elle danse libre sans inquiétude.

  11. va-z-y balance

    balance toi comme toujours
    fais la balance de tes jours
    pèse encore le pour et le pour
    évalue le poids des plumes
    fais joujou à la balançoire
    les pieds bien loin devant
    amuse-toi aux grands vertiges
    tout au sommet de tes élans
    étire-toi comme l’élastique
    ris de ce que tu vois de haut
    et prépare toutes tes frondes
    au creux troublant de la courbe
    regarde encore vers le ciel
    sens la résistance des cordes
    prends la poussée gigantesque
    va-z-y balance toi toujours
    a chacun de tes aller-retour
    balance tes pierres taillées
    des mots-gémissements
    des mots de feulements
    des mots-rugissements
    des mots-barrissements
    exerce toi aux cris sauvages
    ouvre bien grand la bouche
    montre nous toutes tes dents
    envoie ce qui monte du ventre
    balance toi comme toujours
    fais la balance de tes jours
    évalue le poids des plumes
    fais joujou à la balançoire
    t’arrête pas balance encore

  12. J’ouvre……………………………… ICI
    Le voile de neiges
    En plein ciel
    Et je m’émerveille
    Derrière la gaze
    Un bleu intense
    Le V de vol
    De vol de vie
    Car c’est bien bon
    De saisir sa vie
    En ouverture………………………… Ailleurs

  13. entre deux sorties,
    je pose ma nappe de pique nique,
    étale la jolie photo
    pose tes mots, Ossiane,
    et goûte aux tendres mets déposés
    par vous tous
    Les larmes du Phoenix, amichel
    et vous tous
    et je vous remercie
    pour tous ces délices
    vos plats sans indigetion
    les miens hier m ont donné le tournis
    chûte du bleu au noir en soirée
    voilà ce que c’est de trop se cuisiner
    d’AIMER!
    juste un peu de sel
    simple un peu de poivre
    mmhhh.. délicieux!

    sourire!

  14. magnifique Maria D?
    je replie la nappe pour aller chercher mon fils,
    quoique je la laisse étaler dans mon ciel libre
    et reviendrai en fin de journée de rassasier
    encore encore de ces doux plats de paradis
    qu’on déguste c’est vrai en beau silence!

    mmmmmhhhhhhhhhhhhhhhhh!

  15. >les larmes du phoenix :
    Très inspiré une nouvelle fois. Beaucoup d’amour et de sensualité dans ces deux poèmes. Je ne m’attendais pas à ce que ce petit parapente donne lieu à de telles évocations. Merci beaucoup et bonne journée.

    >amichel :
    Est-ce tout ce bleu qui t’amène à écrire ce poème autour du capitaine Haddock dans cette chute AD HOC ;-)) Ton point de chair se déchaîne suspendu et déverse ses mille sabords de bleu à tout va grâce à ta plume malicieuse 😉 Es-tu sûr que c’est bien lui ? Ce pourrait être aussi un poète des étoiles qui a envie de se manifester pour nous transmettre sa vision céleste. Merci pour ton poème amusant qui gesticule, Michel. Attention à ne pas tomber trop fort; je t’embrasse depuis tout en bas.

    >Bernard :
    C’est presque un cours de géométrie pour parler d’amour;-) Une imagination fertile qui utilise le graphisme du calligramme afin de nous livrer cette notion d’infini. On en est pris de vertige nous aussi 😉 J’aime beaucoup tes deux derniers vers. Merci beaucoup, je t’embrasse.

    >Maria-D :
    Je te promets que je n’avais pas pensé au V de la vie. En tout cas, c’est un beau signe dans le ciel. Merci également pour ton autre haïku très aérien. Bises.

    >Annie-Claude :
    Tu as les ventilateurs pendant que de mon côté un grand manteau blanc recouvre mon univers 😉 Pas vraiment perdu selon moi, ce petit homme se laisse flotter un instant dans le bleu pour échapper aux dures réalités. Sois en sûre, il a entendu ton appel pour l’apéro 😉 C’est peut-être sven 😉 Bises givrées ; merci pour ta bonne humeur.

    >Michel (2) :
    C’est plutôt beaucoup de neige de mon côté 😉 Tu l’avais pressenti hier, n’est-ce pas. Bises.

    >Pierre (2) :
    J’aime bien ton petit ludion qui se balance au gré du vent pour trouver l’harmonie intérieure. Il en est presque attendrissant. Merci Pierre, je t’embrasse.

    >Cristina M :
    Vous pensez à un point d’exclamation, j’avais songé à un point d’orgue qui permet en musique de prolonger un son ou un silence. Moi aussi je suis incpable de me mettre à sa place car j’ai réellement le vertige. Vivre ces expériences imaginaires sans peur est un des avantages de la poésie. Merci Cristina, je t’embrasse.

    >bouldegom :
    Des signes dans le ciel. Un oiseau, un œil. Beaux tes haïkus. Le dernier m’a bien fait rire avec ton point barre. On change de registre 😉
    Quant à tes deux longs poèmes, ils me soufflent tant ça vient de l’intérieur. Ils ont sonores ; cris, musique, murmures. De très belles images les accompagnent. Bref, c’est magnifique. On en apprend un peu plus sur ton approche de la poésie. Je dirai qu’elle te dévore et s’exprime sous mille facettes de toi. Merci pour tout cel, belle poétesse.

    >Daniel :
    Très belle idée cette fleur de pissenlit qui essaime la vie fragile. Tu as la poésie à fleur de peau également. Il y a parfois des correspondances étonnantes avec certains blogs. Je crois que de bonnes ondes passent avec celui de Pam 😉 Merci de t’impliquer si sincèrement dans ces beaux écrits. Je t’embrasse.

    >brigetoun :
    Joli le fétu ainsi que ce troisième vers qui change tout! Merci pour ton originalité ! Bises.

    >Annick :
    Merci pour cette ouverture poétique à la vie ainsi pour ce délicieux pique-nique de mots partagé avec nous tous. C’est juste cuisiné comme il faut 😉 Bises.

    >feu roméo :
    Etonnant poème, roméo 😉 Où es-tu allé chercher tout cela ? Merci à toi.

  16. je secoue un peu la nappe à carreaux pleine de miettes,
    je repasserai ce soir cette table d’hôtes si riche,
    je digère tendrement cet infini instant,
    je monte avec vous tous en ciel bleu infini!

  17. J’ai levé les yeux
    Et là-haut dans le ciel
    Il m’est apparu
    Tout au fond du jour
    De ce jour qui s’effile
    Comme le fil de l’ange
    Là-haut dans le ciel
    Il vit suspendu
    Dansant sous le V
    Il file et refile
    Tissant dans un souffle
    L’écharpe du Silence
    Là-haut dans le ciel
    En route vers la nuit
    La nuit qui défile
    Dans un cri d’étoiles
    Une toile qui se tisse
    Araignée du soir
    Croise fil à fil
    Le fil du Temps
    Le temps qui défile
    Et tisse nos rides
    Rideau dans le ciel
    Où cet homme-volant
    Ne se lasse plus
    De danser sa Vie
    Sa vie sur un fil
    Porter par le vent
    Le vent qui s’enfile
    Sous la tenture bleue
    De l’aube qui se brise
    Dans le firmament
    Là-haut dans le ciel
    Comme un météore
    Escale les cieux
    Sur la carte du ciel
    Il voyage sans fin
    Porté par le vent
    Le vent qui l’emporte
    Souffle suspendu
    Là-haut dans le ciel
    J’ai levé les yeux
    L’infini m’a dit :……

    Seul il est parti
    Sur les chemins de la vie
    En solitaire

  18. « Sur la maison du rire
    Un oiseau rit dans ses ailes
    Le monde est si léger
    Qu’il n’est plus à sa place
    Et si gai
    Qu’il ne lui manque rien »

    P. Eluard / extrait n°1 les petits justes / Capitale de la Douleur / Poésie – Gallimard

    Eh ! Oui ! Encore lui !

  19. Bonjour Ossiane,
    La liberté, source de toutes les convoitises,pouvant hélas parfois nous amener à des exces pour la garder au risque de la perdre.C’est parfois le paradoxe des êtres humains.
    J’aime vraiment beaucoup ce que tu fais.
    Passe une bonne journée Bisous a++

  20. Eloignement
    Envol
    Quête de l’infini
    Rêve de toujours
    Voler prendre son essor
    Par delà les mers de nuages
    Se libérer
    Désir de pureté d’apesanteur
    Quitter sa bulle son cocon
    Naître au monde

  21. J’aime beaucoup tes deux derniers vers!
    Ai-je réussi ma chute?
    Il semble qu’elle me soit interminable…

    Sur le sable du fond, une vie se repose.
    De l’illumination, en vagues et courants,
    S’allongent les sillons, caresses mordorées,
    Evasion d’un moment.
    Le regard s ‘épanouit, s’émerveille d’un monde:
    Celui du grand silence?
    Sous la voute immense,
    Cathédrale mouvante, d’ombres bleues et de chants,
    S’élèvent jusqu’au ciel
    Des bulles de nos souffles;
    Ces messages sans mots
    Distillent nos mémoires,
    Emportent des secrets
    Que nul ne peut savoir.
    Il y a des rencontres,
    Des visions d’un autre âge,
    Partout des êtres étranges
    Des émotions latentes.
    Je suis ici chez toi, attentif à tes voix,
    Tu me berces, m’apprends
    Tes couleurs et tes notes,
    Tu es mer, océan,
    Tu vis avec le ciel,
    Tu embrasses la terre:
    Est-ce en ton sein que l’ange,
    Puise cette eau limpide,
    Et cet amour gracile?

    Il y a dans nos têtes un infini fragile,
    Poupée de porcelaine
    A peine si mes doigts
    L’effleurent
    S’hypnotisent.

  22. >Maria-D :
    Bonjour Maria, quel superbe poème ! Tu m’éblouis 😉 Tu as joué la carte de l’ange qui tisse la toile du silence et du temps dans l’infini. Sa vie fragile ne tient qu’à un fil. Ton évocation est pleine de souffle dans ce voyage imaginaire sans fin au confins de l’infini.
    Enfin, merci pour ces morceaux surréalistes de la poésie d’Eluard que tu nous fais partager. Il semble être un de tes poètes préférés 😉 Je te souhaite une bonne journée et t’embrasse.

    >Les larmes du phoenix :
    English is your new language 😉 Thanks a lot.

    >Annick:
    Ta journée sera belle et gaie si tu la démarres dans cet état d’esprit 😉 Merci à toi.

    >bouldegom :
    Je suppose que tu veux dire « le jour » ?
    Après l’œil que je voyais aussi, l’oiseau, voici le ventre du monde avec son nombril. Quelle belle chute, bouldegom ! Bises.

    >bonbonze :
    J’ai bien fait de te demander car je ne connaissais pas ce cri saisissant ;-))

    >Maria-D :
    Bel haïku en ton jardin, Maria. J’ai failli partir sur le papillon et la lavande mais je me suis retenue 😉 Bises.

    >Dominique :
    Bonjour Dominique, l’être humain n’est-il pas par nature plein de contradictions … Tu vois la liberté dans ces images mais elle est bien fragile et ne tient qu’à un fil. Sachons la préserver. Bonne journée à toi et merci pour tes interventions.

    >Pierre (2) :
    Quel envol, Pierre ! Ca plane beaucoup pour toi dès le matin et ça donne envie de te suivre dans cette éclosion de soi 😉 Un grand merci à toi, je t’embrasse.

    >Bernard :
    Oui Bernard, tu as réussi ta chute en petit bout d’homme fragile suspendu dans le vide 😉
    A nouveau un poème à couper le souffle ! J’y retrouve mon calligramme dans lequel j’avais effectivement essayé de donner des allures de fonds marins sur banc de sable. Un monde du silence imaginaire à mi chemin entre océan et infini dans lequel on retrouve l’ange du premier janvier 😉 Merci Bernard, ton poème me plait beaucoup. Je t’embrasse.

    >Pam :
    La forme de ton poème me fait penser à une aile. Je t’accompagne donc en pensée dans ce voyage du bleu puisque qu’on s’est croisées hier dans le ciel 😉 Bonne journée, Pam, je t’embrasse.

  23. Jusqu’à l’infini

    Jusqu’à l’infini
    Jusqu’à l’inconnu
    Je te suivrai
    Pour vivre l’amour
    Prend ma main
    Prend mon coeur
    Allons ensemble
    Pour les routes de la vie
    Ni la tristesse
    Ni le chagrin
    Ni la mort
    Nous separerons
    Si vient le soleil
    Si vient la pluie
    Le jour, bleu de chine,
    la nuit, bleu cobalt
    Nous resterons ensemble
    Je te suivrai
    Jusqu’à l’infini
    Jusqu’à l’inconnu

  24. L’âme vagabonde en rêveries infinies en ces temps de solstice
    Par ces longues nuits sombres
    L’esprit en manque d’espace
    Arpente le ciel scrute les océans.
    Les jours s’allongent un peu:
    Plus longue sera la marche
    Plus intense l’ivresse de la fatigue
    Et quand le soir venu
    Je tomberai de sommeil
    Je poursuivrai encore
    Ma quête éperdue du bonheur.
    Au-dessus des nuages
    Le ciel est toujours bleu.
    Et quand au soir de la vie il devient noir
    Il sera encore bleu en mon coeur.

  25. De retour dans la langue de Molière… même si je dois avouer que s’essayer en Anglais pour écrire des haïkus est tout à fait différent et tout aussi stimulant… à recommander rayon vitamines C ! 😉

    Oh ! Le Petit Prince
    Apprivoise l’Eternel
    Sur son arche en ciel.

  26. Pierre (Jeandler)
    J’ai bien aimé tes vers.
    « Et quand au soir de la vie il devient noir
    Il sera encore bleu en mon coeur. »
    C’est vrai le coeur ne vieillit pas.
    Pendant on rêve, il est jeune
    Je t’embrasse

  27. > Neyde, merci de ce message chaleureux.
    Je t’embrasse également.

    Le bleu d’Ossiane inspire qu’il soit océanique ou céleste.
    Sans oublier le bleu de « L’oeil ouvert »

  28. tout simplement vous dire
    que vos écrits son superbes,
    que la chûte de vos mots dévalent mon sang en cascades douces,
    c’est si bon de pouvoir vous lire vous tous, je suis éblouie,
    vraiment, vos jolies sonorités m’apportent tant de douceurs,
    tout simplement merci

  29. > Annick, le temps de répondre à Neyde que tes mots arrivent et que j’aime bien.
    « Envole toi vers toi »!
    Quelle plus belle formule peut-on trouver pour dire la découverte que chacun doit faire de lui-même! Tes mots me touchent et je les fait miens, notés en mon jardin secret.

  30. c’est rigolo Pierre, on a eu la même idée,
    et tu étais aussi de ceux dont le poême m’ a éblouie,
    tout est si fort dans tes mots,
    je viens de relire avec délice tout doucement ces cieux si bleus,
    et je me sens si calme, si paisible. Merci bis! Annick

  31. et voilà que tu me parles Pierre, ce jardin est magique,
    je glisse tes mots aussi dans le fond de mon coeur,

    « et quand au soir de la vie il devient noir
    il sera encore bleu en mon coeur »
    je te cite Pierre, c’est splendide,

    et je pourrais aussi reprendre cetaines phrases si fortes chez d autres, qui me rentrent Là. Merci ter.

  32. Suspendu entre ciel et terre
    Il n’entend rien que le silence
    De son coeur qui apaisé
    Cadence son chemin de ciel

  33. Le bureau en bas est tout froid
    J’apprécie hautement j’apprécie
    D’être au chaud tout là haut
    Je me le suis dit plusiseurs fois
    J’apprécie grandement j’apprécie
    Votre châle tout bleu de mots
    Posé contre mon cou
    J’apprécie tendrement j’apprécie
    Réchauffant ma poitrine
    Les petites fibres qui me cajolent

  34. >>>> Peu disponible et par conséquent pas très présente ces temps-ci sur vos blogs et sur le mien mais je ne vous oublie pas. Je vous remercie pour votre présence.

    >Neyde :
    Neyde, tu es une grande amoureuse de tout 😉 Ton poème est plein d’élan et d’optimisme. Tu mords la vie à pleines dents. C’est beau ! On te suivrait au bout du monde 😉 Je t’embrasse chaleureusement.

    >Pierre (2) :
    Toujours si fidèle à mon blog et si généreux de beaux poèmes. Ton attachement me touche vraiment. Le voyage de ton âme vagabonde est également plein d’espoir, de vitalité et de rêves;-) Le bleu y règne en maître malgré le noir. Tu nous exposes, j’en suis sûre ta belle philosophie de la vie 😉 Merci beaucoup Pierre, je t’embrasse et te souhaite de faire de beaux rêves bleus.

    >objectif plume :
    Merci pour ton passage. A bientôt.

    >Claude :
    Je t’emmène avec moi, douce Claude, pas de problème 😉 Bises du soir.

    >Les larmes du phoenix :
    Pas de problème pour l’anglais, tu peux essayer toutes les langues que tu veux 😉
    Encore un bel haïku arc-en-ciel ! Bonne nuit.

    >MTO :
    Décidément, on se prélasse tous dans le bleu 😉
    Un beau poème plein de profondeur. L’Homme aime par essence donner de l’amour et en recevoir mais malheureusement il se laisse aller à ses instincts guerriers parfois. Je t’embrasse en bleu ce soir.

    >Annick :
    La fin de soirée aura été propice pour écrire ces doux poèmes 😉 Sans doute grâce au silence de la nuit. Tu es hypnotisée par tout ce bleu, Annick. Qu’il t’emporta au paradis ! Je t’embrasse.

  35. A l’infini,

    M’envolant à l’infini dans cet azur
    Savourant à l’infini ces bouffées d’air pur
    Mon esprit, là-haut n’est que brisure
    Et pourtant, je me sens bien, c’est sûr !

    Mes traits que je laisserais tout en haut
    Ne seront peut-être qu’une partition :
    Nuages dansants sur ces accords
    Appelant les oiseaux chanteurs
    Accompagnant cette symphonie de bonheur
    Puis, bercé par ces visions, je m’endors
    Savourant à l’infini les excès de mes pulsions
    M’envolant à l’infini sur ces paysages si beaux !

    Chris

  36. >Chris:
    Superbe poème également. La musique est toujours là palpitante. Un grand merci pour cette pluie de poésie. Je te laisse explorer les abysses de mon blog en paix. Tu evrais y trouver d’autres sujets de rêverie. Bonne soirée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *