Au Coeur de la Pierre

Puits de Lumière au Creux de la Terre, Rayons Lunaires sur la Pierre, Sans Repères, Je Me Perds dans un Monde Imaginaire plein de Mystères.

Puits de Lumière au Creux de la Terre, Rayons Lunaires sur la Pierre, Sans Repères, Je Me Perds dans un Monde Imaginaire plein de Mystères.

* Lecture du Calligramme: de droite à gauche.

Puits de Lumière au Creux de la Terre,
Rayons Lunaires sur la Pierre,
Sans Repères, Je Me Perds
Dans un Monde Imaginaire plein de Mystères.

* Photo prise Photo prise dans une grotte marine des Côtes d’Armor.

33 commentaires sur « Au Coeur de la Pierre »

  1. Etonnante grotte, au creux de laquelle se dessine un oeil mystérieux qui semble avoir pleuré … parfois.
    Amitiés d’une région de pics et crêts.

  2. période « mine » et  » râle  » ( minérale)

    il y a souvent:
    des coeur de pierre,
    des cailloux pour retrouver notre chemin
    des pavés dans la marre
    des galets d étretat
    la première pierre que rarement on est en droit de jetter
    le rocher de chocolat ( je ne cite pas de marque)
    et surtout et encore…
    les ROLLING STONES:

     » I can’t get no satisfaction
    And I try, and I try, and I try, and I try
    I can’t get no, I can’t get no satisfaction
    When I’m drivin’ in my car
    And that man comes on the radio
    And he’s tellin’ me more and more
    About some useless information
    Supposed to fire my imagination
    I can’t get no, oh no no no
    Hey hey hey, this what I say
    I can’t get no satisfaction
    I can’t get no reaction
    And I try, and I try, and I try, and I try
    I can’t get no, I can’t get no satisfaction
    When I’m watchin’ my TV
    and that girl comes on to tell me
    how tight my skirts should be
    well she can’t tell me who to be
    cause I’ve got my own identity.
    I can’t get no, oh no no no
    I can’t get no satisfaction
    I can’t get no satisfaction baby

  3. Il y au(x) creux de la pierre une fontaine imaginaire, un voyage débordant de lumières ombrées… Il y a… Il y a la beauté d’une photographie… Il y a une méditation infinie ayant la mer en écho.
    Merci pour votre oeil attentif.

  4. >Philippe: C’est vrai que ce creux de roche semble concentrer toutes les énergies de la terre. Quant au nom de la pierre, je pense que c’est du granit rose. Pour ce qui est des taches violettes, je ne sais pas à quoi ça correspond. Si parmi vous, il y a quelqu’un pour éclairer nos lanternes…
    Merci pour ta visite Bien amicalement.

    >Moleskine: Tu le vois aussi cet oeil triste. Il semble que quelques larmes aient coulé. Il m’est apparu aussi mais un peu trop tard une fois que j’eus fini le calligramme. Amitiés marines.

    >Ravi: Ta visite nous remplit de bonne humeur. Bravo d’avoir retrouvé toutes ces phrases se référant à la pierre. Quant à cette chanson des Stones, on la garde précieusement au fond de nos coeurs. Merci d’avoir pris de ton temps pour écrire les paroles. Amitiés musicales.

    >Sonia: Bonjour, je crois qu’on s’est déjà rencontrée. C’est un plaisir de te revoir. Très évocateur ta belle image de fontaine accompagnée de méditation. Je me vois assise au creux et à l’abri de tous les regards. Merci pour tes mots et à bientôt.

  5. Un oeil au fond de la grotte et deux grandes paumes à droite et à gauche, comme pour chuchoter à notre oreille.
    Confidences à coeur ouvert.

  6. >Bonjour Sylvie: Toujours l’oeil mais protecteur je suppose. Et voici également l’oreille tendue. Elles sont bienvenues tes belles paummes pour glisser à ton oreille mes doux mots d’amitié. Bises confidentielles 😉

  7. Merci pour ton accueil Ossiane. Je regarde tes photos depuis quelques semaines et je me suis lancée 😉 Sur cette photo, on s’éloigne de Picasso 😉 j’aperçois une chouette aux oreilles très pointues entourée par d’autres personnages qui restent flous…elle veille sur un être mourrant, son aile droite le recouvre un peu comme pour l’accompagner dans ses dernières heures… photo émouvante pour moi, elle rappelle la relation encore mystérieuse qui peut exister entre l’homme et l’animal.

  8. >Bonjour Leslie, contente de te revoir parmi nous. Cette fois-ci, ta vision d’aujourd’hui est bien sûr très différente. Elle est plus triste mais aussi plus émouvante. Par contre, j’essaie de la voir cette chouette mais n’y parviens pas. Tu tentes certainement de traduire une atmosphère. Ton oeil est plus affuté que le mien sur ce coup-là ;-)) Amitiés.

  9. Je viens de découvrir ton blog. C’est tout simplement magnifique.
    Je jure de ne plus toucher un appareil photo de ma vie !

  10. J’aimerai pourvoir te la dessiner… j’essaye avec les lettres 😉 La chouette est au centre de la photo un peu tournée vers la droite (représentée par mon dessin en « i », on voit bien son buste. Son aile droite est posée (représentée par le « o ») les « / » représentent le corps de l’homme.En espérant qu’en validant mon message, les lettres ne seront pas décalées sinon cela ne représentera plus rien !

    i
    iii ii
    iiiiii iiiii
    iiiiiiiiiiiiii
    iiiiiiiiiiiiiii
    iiiiiiiiiiiii
    iiiiiiiiiiiiiiiiiii
    iiiiiiiiiiiiiiiiiiiii
    iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ///
    iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii //////
    oooiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ////////
    ooooiiiiiiiiiiiiiiiii////////////
    ooooiiiiiiiiiiiiiii//////////////
    ooooooiii////////////////////
    oooooooo//////////////////
    oooooooo/////////////////
    oooooooo///////////////

    Amitiés.

  11. Lol… Je confirme, mon shéma ne réprésente plus rien ! les lettres sont décalées… mais bon dans mon esprit c’est très beau 😉 c’est le principal, non ?…

    Amitiés.

  12. >Leslie: Ben alors moi qui commençais à entrevoir quelque chose grâce à ton joli dessin 😉 Ce n’est pas grave; le principal c’est que la photo te plaise. Cela se passe au niveau des sensations qui t’habitent au moment où tu vois. Je t’embrasse pour tes valeureux efforts ;-))

    >Hello Super Bobonne, merci pour ta visite. Je suis contente que cela te plaise mais il ne faut surtout pas laisser de côté ton appareil! Promène-toi, marche, regarde autour de toi et saisis des instants de grâce. Peu à peu, ton jugement se fera plus sûr et tu feras de belles photos à ton tour.
    Au plaisir de te lire à nouveau. Bien amicalement.

  13. Quelle image ! c’est magnifique

    l’oeil c’est toi.
    ^pour moi c’est :
    monde fantatisque, onirique, couvert de perles de lumière, baigné d’arc en ciel, j’y retiuve ma couleur pourpre perdue

  14. Jourbon Ossiane,
    En forçant la dose, et clignant les yeux, que vois-je ?
    Là, juste en plein centre, un bon gros pépère avec le bidon bien rond, un bras pendant et le tout surmonté d’une tête un peu pointue. La joue est bien rebondie, le menton en retrait, l’oreille un poil décollée et le pif …. Un super pif de « bidochon ». L’oeil en accent circonflexe, bien gras et bien chargé couronne l’ensemble. Superbe mam’selle cette photo

  15. Hola Ossiane,

    Cette image provoque beaucoup l’imagination… Ca me fait penser qu’un jur j’ai lu une affirmation selon laquelle les pierres vivaient… Je ne sais si c’est vrai, mais au moins, toi tu les fais vivre!

    Toujours une surprise (et bonne) sur ton blog!

    Merci encore, et reçois nos amitiés enuagées (et oui, tout arrive, même dans ce désert)mais sincères!

  16. >Fabienne: Bienvenue ici. Ton commentaire est vraiment trop gentil 😉 C’est sans doute ce monde souterrain et mystérieux qui te transporte. Je t’envoie ce clin d’oeil.
    Amitiés pourprées.

    >Bonjour l’ami François 😉 Merci pour ta bonne humeur. J’ai cligné et j’ai cru percevoir 😉 C’est que qu’on dit de faire avant de prendre une photo pour essayer d’imaginer le cadrage. A bientôt Monsieur Circonflexe et amitiés rebondies.

    >Alain: Oui, la pierre prend de multiples aspects au travers de formes sculpturales qui évoquent souvent des personnages. Emma pourrait en parler mieux que moi. Merci pour tes encouragements. Grand-Ouest sous le soleil que je te t’envoie par-dessus l’Atlantique. Demain, tu vas m’annoncer qu’il a plu dans ton désert inaccessible
    ;-)) Amitiés vivantes.

  17. >Fred de Mai: Bonjour et bienvenue. Je suppose que tu viens de la part de Fabienne?
    Merci pour tes compliments. N’hésite pas à mettre tes commenatires et à retourner dans les archives; il y a des choses qui devraient te plaire également. Bien amicalement.

  18. Marcher dans les entrailles de la terre: une sensation unique…la solitude entre ces rochers…le son de la mer proche…inoubliable.

  19. Qui est le bricoleur maladroit qui a renversé de la peinture violette sur les rochers ?? Tu me diras que je fais une fixation sur la peinture en ce moment……. j’en connais un qui en a renversé dans l’escalier aujourd ‘hui ( hihi ). Plus sérieusement ta photo est géniale …..c’est vrai qu’on a l’impression de voir un tas de visages et de personnages. Bisous granités

  20. >Bonjour André-Claude et bienvenue sur ce blog. Tu as fait de la spéléologie pour parler ainsi? Cette impression de solitude magique semble t’avoir beaucoup marqué. Mais je peux me tromper. Continue à nous faire parteger tes sentiments. Bien amicalement.

    >Judith: Tiens, notre peintre de choc! Ca acance au moin? J’aimerais bien qu’on m’explique la nature de ces marques violettes. Ce sont ces ombres et rais de lumières qui modèlent ces silhouettes. Bisous violets. ;-))

  21. >Bonsoir Sandra: Je te souhaite la bienvenue sur l’Oeil Ouvert. Ravie bien sûr que tu aies apprécié le détour. J’espère te voir revenir commenter mes photos. Bien amicalement.

  22. Ossiane,
    Puisque cette photo semble libérer l’imaginaire de tes lecteurs, de comparaison en comparaison, je me lance aussi, sans vergogne. Dimanche, à Ornans, j’ai vu un tableau de Courbet, une grotte franc-comtoise, la source de la Loue, je crois : même profondeur que ta photo, mêmes bords minéraux, même moiteur, mêmes jeux de lumière, même clair-obscur. Mais la représentation de cette caverne était, dans l’esprit de Courbet, un pendant à un autre « monde imaginaire plein de mystères où (on) se perd », monde originel qu’un tableau célèbre de lui à Orsay représente de manière, disons, crue, hyper-réaliste et inoubliable.
    Sans doute loin de tes intentions en prenant cette photo, mais n’est-ce pas le privilège du spectateur/voyeur de voir autre chose que l’artiste, de voir différemment (cf notre précédente discussion là dessus).

  23. >Bonjour Marc, tu as raison; ces profondeurs de la terre libèrent l’imaginaire pour plus grand plaisir. Je n’avais pas vraiment prévu cela au départ mais ce decait être inconscient 😉 J’ai recherché sur le net cette source de la Loue qui a évoqué un sexe fémninin à Courbet et j’ai trouvé les différentes interprétations qu’il en a donné. C’est stupéfiant. Je mets un lien à ce sujet http://www.juraspeleo.com/divers/peintres/courbet/
    Quant à ce tableau très cru de Courbet qui a fait beaucoup parlé de lui, il s’appelle « l’Origine du Monde ». Je l’ai vu pour la première fois à Orsay début juillet. Il parait que le dernier heureux propriétaire était Lacan et qu’il l’avait soigneusement caché pendant des années.
    Que les yeux chastes détournent leur regard de ce lien.
    http://www.artyst.net/C/Courbet19/CourbetOriginemonde19.htm

    Je n’en ai pas fini avec le symbolisme de la grotte. Surprise ce soir. J’avais prévu avant que tu interviennes. Curieux les coincidences. Merci pour ton message intéressant. Amitiés.

  24. oeil de pierre, regard un tintinnet
    mélancolique, constatant le dur ravage de la mer : érosion de son visage, érosion de son être…
    dur…

  25. Bonsoir Emma, notre Reine de la Pierre. Contente de te retrouver; tu avais disparu. Merci pour cette vision mélancolique certes mais aussi poétique. Tu en sais quelque chose des émotions à graver dans la pierre.
    Bises.

  26. Pour toi Ossiane

    en référence à « L’origine du monde »

    Ses lèvres sont ouvertes comme une déchirure
    comme au fond d’une vallée serpente une rivière,
    Comme un champ labouré par de profonds sillons.
    Et lorsque mord l’hiver, brûlent comme un sarment de vigne

    Alain

  27. >Ossiane
    En 1955, Jacques Lacan et sa femme Sylvia achètent » L’origine du monde » à Paris. Jacques Lacan a rencontré Sylvia Bataille, la femme de Georges et l’interprète de » La partie de campagne » de Renoir chez André Masson, qui vit avec la sœur de Sylvia.
    Accroché à Guitrancourt dans leur maison de campagne, le tableau est caché derrière un panneau, non pas le paysage sous la neige, resté à Budapest mais par un tableau spécialement commandé par les Lacan à André Masson.
    Masson reprend les courbes du nu de Courbet et compose un paysage érotique qu’il appelle Terre érotique.

    Après la mort de Lacan, en janvier 1981, Sylvia prête le tableau pour une exposition à Brooklyn de 1988 puis en 1992 à l’exposition Masson qui a lieu à Ornans.
    En 1993, Sylvia décède. En 1995, ses héritiers par dation remettent à l’état le tableau de Courbet qui entre au Musée d’Orsay.

    L’origine du monde
    Gustave Courbet, 1866
    Huile sur toile, 46 x 55 cm
    Paris, Musée d’Orsay depuis 1995

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *