Comme un Poisson dans l’O

Iles Flottantes, la Détente, Ronds dans l'Eau, il fait Beau. Intermezzo.

Iles Flottantes, la Détente, Ronds dans l'Eau, il fait Beau. Intermezzo

* Lecture du Haïku Calligramme: Rond vert foncé, rond vert clair, jaune, rose.

Iles Flottantes,
La Détente,
Ronds dans l’Eau,
Il fait Beau.

* Il existe 2 types de Nymphéas, les rustiques et les exotiques (lotus et nelumbo) qui poussent dans les pays chauds. Le lotus est une fleur sacrée au Japon et est un symbole religieux dans l’hindouisme et le bouddhisme. Le nénuphar est un rhizome que l’on peut planter dans un pot ajouré pour les bassins. Il a besoin d’une profondeur d’au moins 70cm pour pousser. Cette plante est capable de faire éclater son pot tant son développement est exhubérant. Il faudra diviser son rhizome pour parvenir à maîtriser sa végétation. Les nénuphars sont très florifères s’ils bénéficient d’une exposition ensoleillée de 5 à 6 heures par jour. Les fleurs s’épanouissent de juin à septembre. Elles restent ouvertes la journée et se ferment le soir. Ces plantes servent à protéger les poissons des rayons de soleil trop ardents et également à réguler l’équilibre aquatique du bassin en apportant de l’oxygène. Pour en savoir plus sur les Nénuphars

21 réflexions sur « Comme un Poisson dans l’O »

  1. Je vois une feuille très attirée par la fleur rose (qui ne semble pas indifférente) au point vouloir s’envoler vers elle.
    Elle n’a pas d’aile, elle.
    Elle va devoir attendre le vent… ou une grenouille compatissante pour s’approcher de la fleur.
    Mais que de concurrentes !

    [joli partage reflets-transparence-flotaisons et taches orange mouvantes dans les verts]

  2. Elle est très poétique et amusante ta description et les ailes sont toujours d’actualité :-). Eh oui, il y a de la concurrence.
    Ce qui m’avait frappé dans cette photo, ce sont ces feuilles qui se soulèvent élégamment comme si elles se faisaient des courbettes. Quant à la fleur rose, elle se penche et écoute les bruissements de ses visiteurs. En fait, comme je l’ai expliqué plus bas, cette plante produit tant de feuilles qu’elles finissent par se superposer et à se pousser du coude pour pouvoir respirer un peu mieux.

  3. Je connais ce genre de plantes (sur des obstacles d’eau…).
    J’ai également en tête un « petit problème » de nénuphar qui doublerait sa surface toutes les semaines… Mais c’est moins poétique et sentimental…

  4. Ca y est, j’ai compris; tu penses à un problème de maths. Pas très romantique en effet. Tu casses mes effets :-))

  5. Un p ‘tip passage ici pour te dire qu  » instantanés » n ‘existe plus,eh ! oui après le 100 ème post ( 103 pour être précis ) j ‘ai décidé de refaire une nouvelle présentation,un contenu un peu + perso.Alors,point de pub ici,simplement  » bonne contination  » et bravo.
    @ bientôt peut-être

  6. Retour à Giverny chez Monet? Non, non , nous sommes toujours chez Ossiane… quelle fraîcheur … C’est un  » Fire Crest » ou un « Newton »? On en apprend des choses…

  7. Cela fait un moment que je me régale avec tes jolies photos et calligrammes, dans l’ombre..Je me décide à déposer un commentaire. Bravo! C’est très frais si je puis m’exprimer ainsi.

  8. Je pense reconnaître sous un des mail anonyme Francis, je me trompe. Oui j’ai vu que tu avais tout effacé sur ton blog. Décidément en ce moment, c’est dans le vent; j’en connais un autre dans ce cas. Dommage car tu commençais à avoir pas mal de choses. Tu pouvais tout simplement changer de direction en cours de route sans tout effacer :-)Que cela ne t’empêche pas de venir me voir et surtout de pas déprimer. Ok Francis? :-))) Et merci pour ta fidélité à l’Oeil Ouvert.

  9. Bonjour Virginie et bienvenue sur mon blog maintenant que tu t’es décidée à apparaître en pleine lumière. Merci pour ton commentaire qui me touche. J’ai vu des jolis photos sur tes blogs également. Au plaisir de te lire à nouveau.

  10. Bonjour au bel(lle) anonyme qui m’a laissé un gentil message. Dommage, j’aurais bien aimé connaître ton identité. Ce que je peux deviner c’est que tu t’intéresses à la nature d’après ta question. Je ne suis pas sûre mais je dirai qu’il y avait le mot Attraction dans le nom. A bientôt.

  11. Tu ne m’épargnes rien, Michel-Jean 😉
    Je pensais juste à la forme de la lettre O et mes ronds dans l’O /Eau. Pas du tout pensé au film. Je vais changer le titre car cela va prêter à confusion.

  12. Des regards croisés décroisés sur des bords de plage, une mer de curiosité. Bravo pour vos couleurs, vos idées… Votre oeil ouvert. Merci.

  13. Ce n’est pas grave. Je viens de changer. Dommage, j’aimais bien mon idée. Qu’est-ce que tu aurais fait à ma place?

  14. Bonjour Sonia. Je crois que c’est ta première visite. Merci pour ton commentaire très poétique qui résume plutôt bien ce que je fais. Bon dimanche et j’espère à bientôt. Amicalemnt.

  15. Tout le monde n’étant pas Ossi Obsédé que mOi, j’aurais gardé le titre (belle idée) et viré mes commentaires déplacés (ou déplacé mes commentaires dérivés/déviés).
    N’hésite pas : tranche !

  16. Je t’ai écouté et j’ai tranché. J’ai viré tes deux avant-derniers comentaires. Je garde le dernier pour les jolis jeux de mots que tu as faits. Merci du conseil.

  17. Bonjour Ossiane
    J’aime vraiment ce nénuphar, et cette vie devinée des poissons. Fleurs, votre infinie inspiration …!

    😉
    amicalement
    —-
    Jacques

  18. Bonsoir Jacques. J’ai cru comprendre en allant sur ton blog que tu étais aussi inspiré par les poissons rouges. Un bassin prête à la rêverie. Merci pour ta visite et tes jolis vers laissés au passage.

  19. Le bassin aux nymphéas

    Souvent sont réunis au sein d’un paysage
    Autour d’un grand bassin où coule une rivière
    Des bambous frémissant, des galets ronds et blancs
    L’arche d’un pont de bois unissant les deux rives
    Et l’on vient contempler entre les nénuphars
    Les nageoires diaphanes des poissons rouge et or
    Glissant dessous l’eau verte comme passent les nues

    Alain

  20. Poisson d’Avril

    Comme est née l’eau et sa musique cristalline
    Cascadant des montagnes dans un ruisseau de sons
    Comme un lointain écho de sa voix juvénile
    Des haies la vie renaît remuante comme un poisson

    Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *