La Renoncule Aquatique (Ile de Ré)

Douce Perspective, Passer sur l'autre Rive, sue le Tapis Blanc, Passage Eblouissant qui Ondule doucement sous le Soleil Couchant.

Renoncule Aquatique

* Sens de Lecture du Calligramme: les deux horizontales puis les deux verticales de gauche à droite.

* Ce tapis flottant de renoncules aquatiques se développe sur des eaux stagnantes et fleurit de juin à août. La photo a été prise dans la réserve naturelle de Lilleau des Niges sur l’île de Ré.

26 commentaires sur « La Renoncule Aquatique (Ile de Ré) »

  1. Merci pour ta remarque Sistereden.Tu m’as donné l’occasion de me replonger dans le mouvement de peinture préraphaélite qui a commencé en 1848 et voulait privilégier l’imagination à la copie de la réalité. Et en plus, j’ai retrouvé Ophélie!
    http://preraphaelites.populus.org/rub/2
    Allez admirer les superbes tableaux de Waterhouse, Rosseti et bien d’autres sur ce site et succombez aux charmes de ces portraits de femmes sublimes.
    A bientôt Sistereden.

  2. Ces visages minuscules qui sourient au soleil sont-ils comme le lotus qui, parti de la boue des fonds, aspire à la Lumière ? Le lotus est la fleur-emblème de Bouddha; elle se nourrit de la tourbe pour fleurir au soleil. Tout comme l’homme lorsqu’il n’est pas trop vieux, trop usé, trop renonçant.

  3. C’est vraiment joli..on dirait un tableau impressionniste…Du pointillisme presque…Très printanier, très rafraîchissant… L’Île de Ré est sur mon itinéraire de vacances… Avec Quiberon, c’est La Bretagne, et Bréhat, et jusqu’à Rouen et la Cathédrale  » habillée » des tableaux de Monet le soir…

  4. J’ai visité aussi le site Préraphaélite…une merveille, ces tableaux…On se sent devenir moins bête chez toi, Ossiane!

  5. Beau programme de vacances bien chargé Chris. Tu ne seras pas déçue par notre Ouest. Toutes ces régions se prêtent bien à des interprétations impressionnistes. Douceur et majesté des ciels, teintes laiteuses, le rêve à portée de main.
    Merci d’être allée visiter le site de peinture. Tu n’as pas regretté visiblement. Ces portraits sont également plein de grâce et de douceur.

  6. « Passer sur l’autre rive », Ossiane, a aussi une signification… autre. Vers laquelle ont peut hésiter – ce qui fait préférer tes fleurs merveilleuses d’ici-bas…
    Je pense aussi à l’autre rive du Nil, la Vallée des Rois et des Reines à Louxor, l’attente incertaine du lendemain avec le toujours hypothétique retour du dieu-Soleil…
    Les images, les tiennes, nous transportent. Merci. gérard

  7. Oui Argoul, l’effet de ce tapis de petites fleurs au coeur jaune est saisissant. Tu as raison de faire le parallèle avec le lotus et l’homme. Mais je crois que même s’il est vieux et usé, il est toujours à la recherche de la lumière de cet astre qui est tout de même source de vie et de force. Amitiés.

  8. Bonjours Gérard. Effectivement, je n’avais pas pensé à cette autre interprétation plus pessimiste et plus frileuse de l’autre rive avec toujours le soleil pour témoin. Pour moi, l’autre rive sigifiait l’audace, un inconnu prometteur, la découverte, la liberté. Comme quoi, chacun trouve son chemin au travers de ces photos. J’aime bien la diversité et richesse de vos réactions à tous. Merci pour ta gentillesse et ta fidélité. Amitiés.

  9. Magnifique les photos et j’en ai profité pour les mettre sur mon nouveau forum breton 🙂

    Je connaissais le coin mais pas visionné de cette façon

  10. La leçon de paysage à retirer de ce cliché est dans la juxtaposition des deux textures et des couleurs.
    Au premier plan quelque chose de léger , d’insaisissable et au second , une plus grande rigueur, un peu comme des traits, des stries.
    Les plus beaux jardins sont dans la nature pour qui sait les observer et en tirer partie, et à ce jeu là Ossiane est très forte.

  11. Oui! Ossiane est très forte et c’est vraiment rafraîchissant de venir admirer ses photos… J’attends à présent les tiennes, François, sur le Massif Central! J’ai d’abord cru que c’était Osiris qui les prenait… Je commence à avoir mes repères et à faire des rencontres… Aller vers Autrui…un autre Voyage…
    Ton analyse est très fine… Oui! les herbes de la rive au second plan… C’est moins impressionniste…

  12. Le cœur lourd de funestes souvenirs
    Je longe le cour d’eau fleurie
    De sombres images sillonnent mon esprit
    Mon amour a déserté mon avenir

    Ornée de délicates fleurs blanches
    Une fine chevelure semble flotter
    Légère et doucement parfumée
    Un tendre apaisement sur moi se penche

    Si l’onde sublime ne suspend
    Mon âme meurtrie que pour un instant
    En moi est insufflé l’espoir de guérir

  13. Vos interventions à tous sont de très haut vol aujourd’hui et je vous en félicite. L’incandescence d’Aurélie, les fines analyses impressionistes de Chris, les belles leçons de géographie de François, le superbe poème plein de délicatesse et de mélancolie de Sylvie, les comparaisons avec l’Egypte ou le lotus. Merci de nous faire partager toutes ces contributions pleines d’émotion.
    Il va falloir te lancer Sylvie.Bravo!

  14. Pour une premiere contribution c’est réussi! Il manque des lettres! Le « e » accent aigu et le « a » accent grave.
    Ca en devient oulipien.
    Avec toutes mes excuses. C’est peut-être mon navigateur? (Safari).
    Chacun les ajoutera…

  15. Bonjour Pierre. Ne t’inquiète pas pour ce petit couac oulipien. Je comprends bien ce que tu veux dire 😉 Je n’avais absolument pas pensé à regarder cette photo à l’envers et pourtant certains de mes calligrammes demandent certaines torsions du cou. Donc, après avoir retourné mon écran et après mûre réflexion, je vois la même chose que toi, un ciel rempli d’une nuée d’oiseaux blancs. Merci Pierre pour avoir apporté ta pierre à l’édifice et au plaisir de te lire à nouveau ;-))

  16. Bonsoir Michel-Jean. Avec tes notes de musique délicatement arrangées, tu fais swinguer ma photo. Je suis très touchée. Merci et bonne nuit.

  17. De l’Eau, de L’Air, La Vie… La terre ne sert finalement qu’à inscrire l’ensemble dans l’éternité… Merci ossiane..

  18. La renoncule toujours avance,
    suit le courant ou ses nuances
    la pellicule seule la fixe. Et encore,
    garde le mouvement d’une eau qui dore
    au soleil brun dans le ciel doux
    telles les lucioles musicales
    de samourai shamploo.
    Cet animé est un régal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *