Empreintes

Pinson600_7

Oiseau affamé

Brume Laiteuse, Rafale Belliqueuse
Vent Glacé, Sol Givré

Empreintes de pattes d'oiseaux

Trace de pas

Empreintes d’Animaux, Ronde d’Oiseaux, Ventres Affamés, Graines Clairsemées

12 commentaires sur « Empreintes »

  1. C’est vraiment très beau… Et si bien observé!Poète et Photographe… Mais le Poète est un photographe ou un peintre … CF Baudelaire et les Expositions de Peinture qu’il Organisait…car s’il avait attendu  » Les Fleurs du Mal  » pour Survivre…

  2. Merci Chris pour ces gentils compliments. J’aime bien l’idée de juxtaposer les mots avec les images.

  3. Finalement, je vais arrêter de me promener et rester là le reste de l’aprèm… :o) :o)

    De la Neige !!! Du frais, du froid, qu’on n’aime jamais … On a tort !!! pfffff…

  4. je me souviens de cette note c’est ce jour là que j’ai découvert ton blog, on ne se connaissait pas à l’époque et je n’osais laisser des messages mais j’aimais déjà ce jardin (que tu ne nous dévoiles pas assez !-)) avec ces oiseaux et cette ambiance qui m’ont fait revenir.

  5. >François: Ce que tu me dis m’émeut beaucoup car je ne savais pas comment tu étais arrivé chez moi. Je nourris toujours les oiseaux l’hiver. Quant à montrer mon jardin, pourquoi pas mais je n’ai pas énormément de recoins extraordinaires comme chez toi. Je vais réfléchir à ce que je peux faire;-) Bises neigeuses (je ne blague pas ce soir)

  6. Empreintes

    Effleurant de mes pieds cette neige qui craquèle
    Dessinant des lignes sous mes bottes alourdies
    Ce bruit sous mes souliers, ces fameux sons qui m’appellent
    Je devine la partition, brisure de glace, c’est parti !

    Les oiseaux affamés me montrent alors la voie
    Celle qui vient de l’intérieur, mon esprit s’éveille
    Le vent qui se lève excitant davantage mon oreille
    Dans ma tête je compose, immobile, malgré ce froid !

    Je rentre alors chez moi, vite, vite, ne perdant pas le fil
    Cette envie pressante de garnir ce fameux papier ligné
    Une main sur le clavier et l’autre sur cette feuille via tempo des cils
    Difficile en réalité car ma tête doit être recopiée !

    A nos enfants, à mes parents, je lègue ces empreintes
    Images poétiques de ma vie, de mon existence
    Univers sonore dont ne suis en fait qu’une balance
    Notre vie n’est rien, laissons donc nos empreintes !

    Chris

  7. Ossiane, J’espère redonner vie à vos anciennes publications (pour ma part, je les découvre seulement). A quand ce blog agrémenté de Jingles, sortes de pictogrammes sonores de la beauté de notre Nature.
    Bonne soirée à tous et toutes .

    Chris

  8. >Chris:
    Merci à toi de redonner vie et sens à ces photos en laissant tes empreintes. Voilà effectivement un beau poème tout en sensations sonores et nostalgie. J’ai déjà tenté d’introduire quelques effets sonores comme des sons d’oiseaux, des bruits de mer. Ca peut être intéressant mais il faut que ce soit justifié. D’autre part, il faut du temps pour mettre tout cela en place, temps que je n’ai pas forcément. Bien à toi.

  9. >Annick:
    Touchée que vous soyiez si attachés à cet anniversaire. J’ai la larme à l’oeil;-) Il est vrai que trois ans, ça commence à faire un bail. Bises à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *