Toile d’automne 10 / Autumn sceneries 10

TOILE D'AUTOMNE 10 / AUTUMN SCENERIES 10

forêt d’or
ton habit de flamme
folie rousse

• • • •

golden forest
your suit of flames
red madness

39 réflexions sur « Toile d’automne 10 / Autumn sceneries 10 »

  1. La forêt ses chaleurs
    En plein coeur son Automne
    Dans ce precurux album
    Les feuilles son herbier
    A mesure que levivre
    Prive ou donne de la vie
    Un début automnal
    Si rude si éprouvant
    Il se termine plus calme
    Et encore…c est vite dit

  2. Merci de rectifier…Ossiane et chacun
    « Dans ce précieux album »

    Dans ton précieux album
    Vivent les saisons de chacun
    La forêt vit ses feuilles
    Tour à tour pleine de sève
    Ou craquantes sur le sol
    L’humus des énergies
    Pour se relever marcher
    En oser des sentiers
    Pour levivre son instant
    C’est si bon le goût de vivre
    Tout simplement que la vie

  3. ce n’est pas le grand loto de la nature uniquement
    la roue quine qui tourne et fait tousser
    les chiffres qui s’égrènent et le temps avec

  4. Quelle belle communion autour de la beauté de ces images, un petit bonheur du jour !

    Laisser monter en soi
    l’immense sensation
    d’être partie prenante
    du merveilleux mystère
    d’en jouir et de s’y fondre

  5. il n’y a plus d’hiver
    Célimène
    c’est l’hymen austère
    quand s’empilent les stères
    fort haie n’est pas domptée
    sans adages contés

  6. Saoul de bois la sève m’était monté à la tête
    mais pour me désensibiliser il y avait du boulot
    la dépendance était si fort et mordu j’étais
    la sylviculture n’est pas seulement un art
    mais une harmonie et un plaisir pas toujours partagé
    mais la sylve thérapeutique nous ramène
    aux anciens temps où la forêt était partout
    et l’homme pas forcément perdu en son sein
    savait en tirer avec respect et précaution
    le meilleur dans la senteur vermoulue
    des souches mortes comme des ramures rebelles

  7. Dans le feu de l’automne
    la forêt chantonne
    de douces mélodies
    tandis que tournoient
    les feuilles en spirales
    et dans ce hâle bas
    il n’ y a pas de combat
    vain du moins pour former
    ce doux tapis accueillant

  8. Une Belle et Heureuse Année 2020
    à tous les visiteurs de l’Œil ouvert,
    à Ossiane si généreuse,
    des petits bonheurs quotidiens tout en simplicité,
    des grands bonheurs aussi!

  9. Oui reçu 20/20 JoS sous le gui essayons d’être gais
    sans trop nous forcer toutefois et reconnaissons
    que ce lieu est béni par l’atmosphère qui s’y rencontre
    la bienveillance et l’accueil faits à tous par delà les différences
    Ossiane est une bonne fée qui malgré ses multiples occupations
    trouve t encore le temps de nous éblouir régulièrement
    même sur des séries longues qui se renouvellent sans cesse

    Alors que le cap se maintienne et que tout l’équipage soit paré à la manœuvre

    Bonne année à toutes et tous

  10. C est joli Jo.S merci

    Belle année Thierry,
    Et chacun

    Belle année chère Ossiane

    Et je cite Jo.S
    « Des petits bonheurs quotidiens
    Tout en simplicité
    Des grands bonheurs aussi  »
    Comme devrait être la vie
    Pour chaque enfant né d un adulte
    Élevé simplement en amour grand
    Pour les petits riens
    Qui construisent un être heureux
    Tout simplement en vie

    Je me suis permis d y mettre mes petites bafouilles Jo.S, merci.

  11. Je voudrai être ce Jason avec ses argonautes
    à la recherche d’une toison d’or dans cette Colchide
    endroit rêvé et mythique pas si loin de Sotchi

    Certes il a eu un longue traversée pleine de périls

    n’eut il jamais à dire may day pour un torrent de flamme
    s’étant tout de même brûlé les voiles auprès du désir ardent

  12. Jour 3 de l’an
    déjà dans les étoiles s’avance
    la quatrième nuit

    Bonne et heureuse année 2020 à Ossiane, à toutes et tous

  13. Il n’ y a plus de charbonniers et leurs loges ont disparu
    au 19éme siècle on se battait pour éviter dans certains confins
    Ariégeois notamment que le déboisement ne soit trop étendu
    on parle de ces pâtres qui emmenaient aussi les cochons
    pour la glandée comme on le pratique encore en Estrémadure
    et qui se défendirent contre les maitres de forge et la maréchaussée
    on en captura certains dont la légende prétendit qu’ils avaient
    des houppelandes (comme dans peau d’âne) et on les nomma ainsi
    « Demoiselles » car c’est par un pont qui porte encore ce nom
    qu’ils furent conduits, place du salin, au tribunal de Toulouse
    l’histoire est piquante et ne manque pas de sel car il semble en fait
    que sur ce parcours qui passe au dessus du canal du midi
    construit par le Baron Riquet de Bonrepos il y avait déjà là
    matière à repos puisque les demoiselles ne seraient en fait
    que des filles de joie
    bien des toponymes deviennent anonymes comme cette rue
    du petit musc à Paris ( des putes y mussent en réalité)

    désolé pour cette entrée en fanfare
    merci de votre patience

  14. Déjà les jours
    grignotent les heures de l’an
    que pouvons nous faire
    ….

    si ce n’est souhaiter qu’il soit meilleur pour beaucoup d’entre nous, peut-être pour vous qui lisez ce commentaire sous cette image lumineuse d’Ossiane afin qu’elle vous pénètre jusqu’au plus profond de votre cœur.

  15. Merci pour tes doux mots Monique.

    Au plus profond de la forêt
    En levant le nez vers le ciel
    La Lumière réchauffe

  16. Merci Annick , tu as raison la forêt n’est jamais noire même sous la pluie elle est radieuse, j’aime la forêt, cette forêt me manque très souvent car je lui ai confié mes cris d’enfant certes mais également mes confidences…

    quand les jours sans joie
    s’enfoncer dans la forêt
    et se rappeler
    les mots prononcés tout bas
    dans la lumière des sous bois

  17. Le temps semble s’être arrêté car déjà l’automne s’est effacé l’hiver encore présent ouvre sa porte aux premiers bourgeons du printemps il y a de l’embrouille dans les saisons….

    Souvenirs d’hier
    reflets d’une toison d’or
    aujourd’hui n’est plus
    …………………………………………
    Passent les ans, les saisons
    donnant aux temps leurs couleurs

  18. Votre gentillesse me touche Annick et Jo.s

    Les forêts sont des cathédrales
    vitraux grands ouverts sur le ciel
    les arbres de leurs bras tendus
    nous appellent dans leur hémicycle
    écouter le chant du silence
    pour nous permettre un lâcher prise
    donner à l’âme force de vivre

    Savoir s’évader…la nature, la beauté apportent beaucoup de solutions et ce, sur l’instant, c’est bien car nous sommes pressés, c’est court une vie d’homme au regard du Temps…

  19. Bonne année à chacun et à notre chère ossiane.

    Lumiére ou ombre
    L’ impossible choix
    Je vie dans la pénombre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *