Esquive

Désir de Conquête, Le Pêcheur Tend son Filet, Illusions Perdues.

Désir de Conquête, Le Pêcheur Tend son Filet, Illusions Perdues.

* Lecture du Calligramme:de gauche à droite.

Désir de Conquête,
Le Pêcheur Tend son Filet,
Illusions Perdues.

* Photo prise près de Saint-Estèphe face à l’Estuaire de la Gironde qui est le plus grand estuaire d’Europe. Cette cabane de pêcheur bleue s’appelle un carrelet. Son grand filet est descendu et remonté par un treuil. On y pêche la crevette, l’alose, l’anguille, la civelle, le mule etc… Malheureusement, au fil des ans, ces cabanes perdent leur spécificité et deviennent des cabanons de week-end.

30 commentaires sur « Esquive »

  1. Oui, c’est là-bas le bout du monde,
    Dans mon carrelet en Gironde.
    Dis, viendras-tu si je t’invite ?
    Si je t’en offre la visite ?

    Poissons, nous pêcherons ensemble
    Et pour ne pas que ton coeur tremble,
    Nous leur rendrons la liberté
    Et puis je t’offrirai du thé.

    Assis au sol, sur cachemire,
    Nous écouterons la mer dire
    Les chansons des pêcheurs partis,
    Secrets de bonheurs engloutis.

    Et puis nous nous embrasserons
    Jusqu’à entendre la chanson
    Née d’un plaisir de carrelet
    Que sirène nomma palais…

    POur une esquive de bonheur…

    Catherine

  2. qui a bien pu perdre une illusion
    dans cette conquête des hauts fonds
    le pêcheur avisé sait reconnaître le gibier
    il est préférable d’être chassé

    qu’on ait pu croire le contraire
    c’est l’opinion des éphémères
    une prétention compréhensible
    et une erreur irrésistible

    l’espace est ouvert sur l’inconnu
    et on découvre que l’on est nu
    devant nos yeux ce paysage
    ne représente qu’un mirage

    bienvenue dans le néant
    là où s’enlacent les amants
    il n’est ici point de labeur
    seulement un éminent bonheur

  3. petit poisson deviendra grand

    Dans le carrelet
    qui tangue
    une voix chantante
    ainsi qu’en gironde
    est la langue
    lance à la ronde :

    alors compère ça mord ?

    chut!parle moins fort
    Amic j’en ai assez
    mes filets je vais rendre
    répond le pécheur floué
    A quoi bon se lever matin
    pour ne prendre
    que du menu fretin
    sorti de cet estuaire mesquin

    compagnon ne sois pas si amer
    repond l’autre aussitôt
    considère plutôt
    -tu seras moins morose-
    le bon coté des choses
    le ciel le soleil et la mer

    amic amic arrete ta chanson
    je n’ai plus d’illusion

    où sont parties
    les aloses d’antan
    ces saumons de garonne
    qui hier remontaient le courant
    qui le sait? personne personne

  4. Le bec dans l’eau

    le carrelet
    ne fait pas cabaret
    ni même relais
    si tu y vas
    mon gars
    t’etonnes pas

    le carrelet de saint-estephe
    nul ne lui en tiendra grief
    faut pas lui demander la lune
    il attrape ce qu’il peut
    adieu va!et sans rancune
    on ne fait jamais ce qu’on veut

    le carrelet de saint-estephe
    n’est pas non plus oracle de Delphes
    que la peche soit bonne ou mauvaise
    s’est pas marqué dans ses filets
    dansez pleurez soyez fort aise
    on ne sait de quoi demain sera fait

    le carrelet de saint-estephe
    fait du surplace dans son bief
    il a beau allonger le nez
    sur ses longues pattes perché
    il n’ira jamais aussi loin que le voilier
    qu’on voit à l’horizon passé

    le carrelet
    ne fait pas cabaret
    ni même relais
    si tu y vas
    mon gars
    t’etonnes pas

  5. la poésie est au coeur de chacun de nous , elle témoigne de notre harmonie profonde qu’ossiane accouche et recueille au fond de son filet de cristal d’écume .chut elle lit pour mieux vous renvoyer l’echoo de son émotion

  6.  » … Il n’se laisse pas étourdir par les néons des manèges
    Il vit sa vie sans s’occuper des grimaces
    Que font autour de lui les poissons dans la nasse… »

    Hervé Cristiani
    Il est libre Max

    Bon week-end

  7. >Catherine: Je reste bouche bée devant ce si beau poème. Merci pour cette esquive de bonheur. Mon esquive était tout autre chose. Elle était centrée sur le voilier qui file et cherche à s’échapper à toute emprise. Bises.

    >Gilles-Marie: Merci pour ce poème. Le pêcheur est certainement avisé mais le gibier n’a peut-être pas envie de se laisser attraper d’où cette esquive vers l’inconnu.

    >Michel: Merci pour ce poème nostalgique d’une époque. En principe petit poisson deviendra grand mais si l’estuaire perd sa grande richesse aquatique, on ne trouvera plus que des poissons d’élevage. Il me semble qu’on essaie de réhabiliter ce fleuve pour lui faire retrouver ses attributs d’antan.

    >Michel: Merci. En principe le carrelet n’est pas fait pour faire cabaret. Mais les gens de la région sont désolés que ces cabanes deviennent des cabanons de week-end pour clientèle branchée. Je préfère ta vision originelle du carrelet de St-Estèphe. Amitiés.

    >Double-je: Je sens que tu as un peu de mal à accrocher à cet estuaire. Bien vu pour le voilier.
    Si tu ne le sens pas, contemple simplement;-) Merci d’être passée. Amitiés.

    >Ravi: Merci pour avoir déposé ces paroles dans ma nasse. Je te souhaite un bon week-end également.

  8. Tu sais quoi Ossiane ?
    Je crois que mon plus grand plaisir sur ton blog est de chercher ta réponse à mon commentaire du jour, au milieu de celles destinées aux autres, indiquée par une petite flèche suivie de mon prénom…
    Ne m’oublie jamais hein 😉 !!!
    Mais je sais que tu as de plus en plus de commentaires que ce n’est pas évident de répondre à tous (justement je me demandais quand tu atteindras les 100 commentaires pour une photo, peut-être bientôt ?!!)
    Bises et bonne journée avec toujours plus de joie et au fait comment vont Nabeil et la petite Eulalie ? 🙂
    NINA

  9. pour pigment-rouge en toute blogamitié amusée :>))

    ce haiku de Matsuo BASCHO(1644-1694)
    traduction Koumiro Muraoka
    et Fouad EL-Etr La délirante 1991

     » D’être vert »
    « Lui suffirait déjà, »
     » Le piment « 

  10. Voilà une belle image qui porte toutes les patines de la mer ,du ciel et du temps sur le bois…très beau…très tendre…

  11. Avancée sur le monde. Equilibre instable et fragile, le temps et les vagues balancent en une musique continue. Jeu de rêves… L’avenir est devant. Belle esquive…

  12. ossiane,

    le + important est d’être le chassé (regarde les rapports amoureux hommes/femmes, qui est réellement la « proie »?)

  13. >Pierre: C’était à cet endroit que tu as peint ces carrelets? Merci l’ami.

    >Nina: Je n’ai pas intérêt à t’oublier maintenant que tu m’avoues cela ;-)) Ce n’est pas facile de répondre à tout le monde surtout en ce moment. Heureusement que je n’ai pas atteint ce chiffre car il est évident que je ne pourrais pas être aussi proche de vous. Je ne cherche pas à battre de record, tu sais.
    J’ai des nouvelles de Nabeil et Eulalie. Elles se portent bien toutes les deux. Je suis sûre que bientôt Nabeil viendra faire un signe quand elle sera remise de ses émotions. Bises et bonne soirée.

    >Alain: C’est joliment tourné tout ça;-) Je crois en effet qu’on a tous au fond de soi une sensiblité qui ne demande qu’à être stimulée. Vos écrits me touchent et me font également avancer intérieurement. Merci, angel.

    >Guess Who: Je t’en prie, laisse-toi aller. Après les frites…;-)
    J’ai eu l’occasion de goûter les petites crevettes roses qui sont pêchées dans ces filets. Un délice. Beaucoup de goût et de fraîcheur.

    Michel: Amusant ce haïku mais sois sage, d’accord;-)

    MTO: J’ai remarqué que tu es très sensible aux matières. Bel oeil. J’aime bien la petite échappée de ciel bleu au-dessus du voilier qui s’échappe. Amitiés.

    >Sonia: Effectivement, le cadrage offre l’espace de l’estuaire qui s’ouvre vers un ailleurs possible. Merci pour ta visite et bon week-end.

    Gille-Marie: Ca dépend de quelle chasse il s’agit.

  14. Nina>> Je crois qu’on a tous ce plaisir à chercher chacun, chacune, la p’tite flèche toute douce d’Ossiane… « sa » p’tite flèche, rien qu’à soi… ;o)

    Ossiane>> hello again. Merci pour ton dépannage de blog fort efficace… ;o)

    Haïku du retour de Breizh

    EsquiF fragile
    Observatoire du temps
    Et de l’eau paisible

  15. Ossiane,

    Les photos « marines » gagneraient à être publiées en volume car il y a une unité de tons et de lumières qui signent un style. De l’ordre d’une sensualité harmonieuse…

  16. Ossiane,
    Ces haïkus sont pour toi

    Rêves conquérants
    Au dessus de l’océan
    Longs bras déployés

    Marionnette
    Passerelle élimée
    Mouvement Figé

    Tissant sa toile
    Belles proies lunatiques
    Arachnéenne

    Faire fi des fils
    Qui retiennent à la terre
    Amarres rompues

    De voiles se parer
    et enfin pouvoir danser
    Abysses bleuetées

  17. >Uu: Contente de t’avoir dépanné. Il vaut mieux être solidaire dans ce genre de problème. C’est réciproque ces histoires de petites flèches;-) J’accepte également avec plaisir la douceur de ton haïku surtout s’il vient du grand ouest. As-tu pris au moins le temps de regarder les bateaux?

    >Bernard: Merci pour tes compliments. Tu parles de cette série sur l’estuaire? Que veux-tu dire par en volume? Pardonne-moi pour es questions; j’ai eu une rude journée. Je suis contente que les photos te plaisent. Toutes ont été prises en fin d’après-midi mais avec une lumière très changeante qui ondule sur le fleuve.

    >Gilles-Marie: C’est toi qui le dis. Je ne songeais pas forcément ce à quoi tu penses.
    Bonne soirée.

    > Merci pour ton cadeau démultiplié Florence. C’est superbe toutes ces déclinaisons autour de ces poteaux. On passe de la marionnette à la dame araignée, des bras aux amarres. Moi aussi, j’ai été fascinée par ces constructions. Bonne soirée et encore merci.

  18. Je trouve la photographie vraiment jolie. Elle m’inspire parce que j’adore la mer et aussi j’adore faire de voiler. J’aimerais d’y aller pour embarquer sur ma voyage de la vie.

  19. Mmm à choisir entre stagner et mourir de faim (la pêche étant visiblement peu fructueuse), je préfère tout comme ce beau voilier blanc prendre le large… POSITIVONS ;-)e

  20. >Alexandra: Merci de commenter en français cette photo depuis l’université du Colorado. Je suis contente qu’elle t’ait plue. Je te souhaite bon vent dans ce voyage de la vie.

    >Bienvenue à toi Angela et félicitations pour ton français. C’est ton professeur d’université qui va être contente. L’espace est grand ouvert d’où l’envie de s’en emparer. Amitiés françaises.

    >Gokuyoko: J’aime bien ce point blanc. Après le calme, la tempête sur l’océan.
    Merci pour ce joli haïku. Amitiés.

    >Leslie: Tu es donc une fugueuse qui a soif d’aventure;-)) Un peu d’audace ne fait pas de mal. Je t’embrasse.

  21. Hello :o)Grande soeur :o) :o)

    Je choisis cette note pour réapparaître (mais peut-être furtivement : un crash PC, épouvantable… encore 145 erreurs à régler :o) :o) :o) )

    « Esquive,
    Liberté…. »

    « Capture (à suivre…)
    fragilité… »
    :o) :o) :o)

    Heureuse de te retrouver toujours aussi « fraîche et pimpante »
    Quel magnifique retour à la blogosphère pour moi !!!! :o) :o) :o)

    l’Océan d’Ossiane
    nous fait respirer !!!
    Je plane … !!!!
    (ou : je flâne … !!! :o)

    Merci ossiane :o) :o)

    emma

  22. >Bonjour Emma, tu refais une apparition qui me ravit bien sûr;-)) Je te reconnais bien là avec tes jolis sourires et tes points d’interrogation. Ta grany m’avait prévenue que tu avais des problèmes d’ordi. Capricieux ces petites bêtes-là. C’est quand on n’est plus connecté qu’on se rend compte qu’il nous manque quelque chose. Continue à flâner et à glaner, tout le plaisir est pour moi. Je t’embrasse, petite soeur et te dis à bientôt sur ton blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *