Attente

Une Barque aux Amarres, Un Voilier sur le Départ, Chercher le Bons Sens.

Une Barque aux Amarres, Un Voilier sur le Départ, Chercher le Bons Sens.

* Lecture du Calligramme: haut, bas, verticale.

Une Barque aux Amarres
Un Voilier sur le Départ.
Chercher le Bons Sens.

* Photo de l’estuaire de la Gironde prise dans le Médoc au niveau de Saint-Estèphe.

32 commentaires sur « Attente »

  1. Attente dans le repos
    Oublier l’action, le temps d’ouvrir les yeux.
    Espérer, refuser l’impossible
    Comprendre la barque
    Comprendre le voilier
    Comprendre les vagues
    Comprendre le vent
    Tout prendre, tout sentir
    Et repartir dans l’autre monde
    Riche d’un nouveau regard.
    L’attente ! Cette action nécessaire !

    Merci Ossiane pour ce grand calme offert aujourd’hui !

    Catherine

  2. Coucou Ossiane!
    De l’Atlantique de Carcans tu nous fais passer en Gironde. C’est toujours une très belle eau; peut-être plus calme, comme le souligne cette barque. J’aime la baguette verticale, bien sûr! Mais à quoi sert-elle exactement? De repère lorsqu’on est sur l’eau?
    Douce nuit

  3. Les femmes sont tellement vraies…

    Clin d’oeil à Olivier pour les champignons…

    ici il n’y en a pas…
    ah la cuisine… me manque!!!

    Estuaire de la Gironde, tu me manques aussi…

    à AWALA YALIMAPO (côte de GUYANE) les tortues Luth viennent pondre (un des seuls endroits au monde)

    Je vous laisse converser

    Bonne semaine à toutes et tous…

    Roland B et bien d’autres …

  4. La mouette et le cormoran

    Sur un long piquet
    perché
    un vieux cormoran
    fixait
    d’un oeil rusé
    une barque aux amarres
    patache vermoulue
    qui dans l’eau
    clapotai

    Tandis qu’au lointain
    dans l’envol des mouettes
    filait
    sous le vent
    un voilier effilé
    aux voiles immaculées

    Paisible tableau
    aux douces harmonies
    mais bien fol qui s’y fie
    rancoeurs et dépits
    couvent
    sous l’eau dormante

    L’une revait
    d’aventures
    en mers turquoises
    ou emeraudes
    d’escales
    aux iles parfumées
    d’océans domptés
    de matins glorieux
    de couchants ecarlates
    et violets

    L’autre regretait
    les anses sures
    les ports tranquilles
    soucieux de sa mature
    de sa coque fragile
    craignant
    les ouragans furieux
    les hautes lames
    des rocs noirs acerés
    la déchirure
    le fracas des naufrages

    l’une et l’autre insatisfaits
    Leur sort
    les contrariait
    manquait
    A l’une
    le LARGE
    à l’autre
    le FOYER

    Moralité

    En vérité point de fatalité
    Noir cormoran
    Ou blanche mouette
    Barque ou voilier
    Aller à dextre
    Ou à senestre
    On n’est que ce que l’on veut etre
    On ne va que ou l’on veut aller

  5. Oh là. Après ce texte, je vois la photo bien différemment. Toujours du calme, mais peut-être des non-dits, des sournoiseries. Elle a l’air de bouder cette barque, et les voiles la narguent.
    Ah, la Garonne, c’est vrai, elle coule une fois dans un sens, une fois dans un autre. Cela lui donne aussi beaucoup de vie.

    > Pierre : un repère de hauteur d’eau peut-être ?
    > Pimentrouge : bon anniversaire alors ! comment vas-tu le fêter ?

  6. les herbes ont bien poussé
    que tu scrutes pour voir
    le sentier qui mène chez moi

    c’est que là ici
    que j’ai attendu
    trop longtemps
    quelq’un qui ne voulait pas venir

    bref
    je contemple cette beauté
    apaisée
    car ce vent de ciel
    est devenu le moment
    pour vivre cet instant

    l’attente de te voir
    bientôt sera envolé

  7.  » Ce n’est rien
    Tu le sais bien
    Le temps passe
    Ce n’est rien
    Tu sais bien
    Elles s’en vont comme les bateaux
    Et soudain
    Ça revient
    Pour un bateau qui s en va
    Et revient
    II y a mille coquilles de noix
    Sur ton chemin
    Qui coulent et c’est très bien
    Et c’est comme une tourterelle
    Et qui s’éloigne à tire d’aile
    En emportant le duvet
    Qui était ton lit
    Un beau matin… »

    très belle photo,tous les éméments y sont représentés

  8. Attendre
    Ce qui ne viendra pas
    Attendre
    Mais le coeur n’y est pas
    Un voilier lointain
    Promet tous les rêves
    Quand la place est pour deux
    Seule, s’embarquer
    Et laisser le chagrin
    Donner la direction
    à la voile du destin.

  9. Bonjour Ossiane,
    aujourd’hui beaucoup plus calme….
    En ce moment, des chansons me viennent quand je te lis.
    « Elle attend que le monde change,
    elle attend que changent les temps
    Elle attend que ce monde étrange
    Se perde et que tournent les vents
    Inexorablement, elle attend

    Elle attend que l’horizon bouge
    Elle attend que changent les gens
    Elle attend comme un coup de foudre
    Le règne des anges innocents
    Inexorablement, elle attend…. »

    Mon philosophe préféré JJ. Goldman

    Bises en attente,
    OLIVIER
    Vu ton boulot sur ton blog, peu de temps pour le reste…

  10. Baudelaire

     » Faut-il partir?rester?si tu peux rester,reste;
    Pars s’il le faut.L’un court,et l’autre se tapit
    pour tromper l’ennemi vigilant et funeste,
    Le Temps!Il est hélas des coureurs sans répit,
    « …………. »
    « Pour fuir ce rétiaire infâme;il en est d’autres
    « qui savent le tuer sans quitter leur berceau » »
    ..
    ..
    « certes je sortirai quant à moi satisfait
    « d’un monde où l’action n’est pas la soeur du rêve »

    BRAVO L’ARTISTE!!

    Quelle plénitude !quelle sérénité!
    Admirable portrait
    De notre ambiguité
    Au loin la voile
    Au bord la chaîne
    Rêve et réalité
    perplexe destinée
    Le cul entre deux chaises!

    ET ENCORE BRAVO …
    (est-ce encore trop personnaliser??)

  11. Don Quichotte et Sancho, l’air du large et la chaumière bien close, chevaucher les vagues ou faire des ronds dans l’eau sous le regard de maman.

  12. partir ou rester..
    modernité du voilier ou aspect surranné d’une barque qui se laisse bercer..

    paradoxe de la France entre deux temps, deux vies, deux mondes, deux modes de vie..c’est bon de pouvoir choisir…

  13. >Catherine: Après l’ébullition d’hier, il fallair revenir à quelque chose de plus apaisant. Ton attente se construit dans la compréhension du monde qui t’entoure et te permet voir la réalité d’un autre oeil. Merci pour ces mots sensibles.

    >Annie-Claude: Tu sembles bien connaître cette région et les humeurs de la Gironde. Ses eaux orangés sont très mouvantes et tumultueuses. C’est assez surprenant à observer. Je me demande quelle en est la raison. Amitiés.

    >Piment Rouge: Bonne semaine à toi.

    >Fred: Phrase à plussieurs sens sans doute;-)

    >A un anonyme qui a oublié de signer: Dommage! Belle mise en parallèle de la mouette fugueuse et du cormoran craintif pour évoquer le départ et la vie à quai.
    Amicalement.

    >lilly: Bonjour, contente de te revoir. Tu t’étais envolée quelque part?
    J’ai commenté ta note « L’attente » mais j’avoue qu’en faisant celle-ci, je n’ai pas du tout pensé à ton titre. J’espère que tu ne m’en veux pas. Je vous invite tous à aller lire la note sensible d’Aurélie.
    http://oreillette.typepad.com/
    Ce mot « Attente » évoque bien des choses. Elle peut-être délicieuse ou douloureuse.
    Ne sois pas triste et continue ton blog sur cette lancée. Bisous affectueux.

    >Ravi: Merci pour cette chanson qui évoque les allers et retours un peu comme les positions inverses du voilier et de la barque. Je précise qu’elle est de Julien Clerc. Te sens-tu plus en phase avec ces photos? Amitiés.

    >Nina: Attente douloureuse qui se solde par le fait de s’en remettre au destin. Il y a parfois des hasards heureux qui ouvre d’autres portes. Et ce petit éclat?
    Bravo Nina pour ce premier ballon de poésie, je crois et merci. Bises.

    >Olivier: Oui, le calme après la tempête. La vie est faite d’alternances.
    C’est curieux les sentiments que provoquent ces photos au fil du temps. Attente contemplative pour mieux appréhender l’avenir. Mais à un moment donné, il faudra se bouger.
    Je ne t’ai donc pas fait de bises hier ;-)) Alors, je te fais des doubles bises plus apaisées aujourd’hui. Tu n’as donc rien perdu;-) Bonne journée.

    >Michel: Enfin Michel, tu reviens sous ta véritable identité;-) Je préfère ça nettement. Merci pour ce poème de Baudelaire et ton portrait surl’ambiguïté humaine. C’est très bien. Je t’envoie un mail en privé.

    >Argoul: Amusant ton parallèle entre Don Quichotte et Sancho. Je crois savoir de quel côté tu te trouves;-) Belle journée.

    >Fabienne: Deux façons de voir le monde la sédentarité contre la vie nomade. Tu as raison de dire qu’il est bon de pouvoir choisir selon son tempérament. Bonne après-midi. Je t’embrasse.

  14. >A Pierre qui était le premier à commenter: Il me semble que tu connais bien ce coin;-) Moi aussi j’aime cette verticalité. C’est très graphique dans l’espace. Elle sert sans doute de repère; je ne pense pas que ce soit une canne à pêche. Si quelqu’un peut confirmer…
    Je t’embrasse et te souhaite une belle journée.

  15. Annie-Claude, ton hypothèse me convient. Je n’y avait pas pensé, c’est plausible!

    Ossiane, oui je connais un peu l’autre rive, celle d’où l’on voit le Médoc et ses vignobles. D’ici peu je te répondrai par pêcheries interposées, sur le blog.
    Je t’embrasse aussi.

  16. J’aime beaucoup le bas de la photo, l’herbu fragile en bordure du limon soyeux et toute cette douceur couleur de fiord, tendue de sérénité..bonne soirée…

  17. Julien Clerc bien sûr,effectivement le plage,la mer les bateaux c ‘est le milieux naturel du cancer que je suis, donc un…crabe… tambour ( mine de rien je suis un peu lui depuis l ‘âge de 12 ans…)

  18. >Jacques: Je n’avais pas pensé à cette suggestion mais pourquoi pas;-) Amitiés.

    >Guess Who: Il me semble que tu préfères les scènes d’extérieur, non? Bonne fin de soirée.

    >Nina: Ce poème est délicieux; c’est une petite merveille. Continue sur ta lancée ;-))

    >Pierre: Oui, je connais l’autre côté de la rive également. Ok pas de problème pour en discuter. Bises.

    >Double-Je: Bonne soirée en bonne compagnie alors 😉 Amicalement.

    >Uu: Tu me lis depuis le haut de tes montagnes;-) Merci pour ce haïku qui fait la part des choses entre le large et la rive. Bonne nuit.

    >MTO: Fin d’après-midi, lumière très douce et presque rasante d’ou cette sensation de velouté. Amitiés.

    >Ravi: Un crabe ok mais pourquoi tambour?
    Tu joues du tambour?

  19. Ossiane>> Finalement retour ce soir déjà. Ma note (écrite à l’aéroport) te fait un clin d’oeil pour tes papilles oenophiles.
    Bonne nuit.

  20. >Uu: Ton séjour chez les Helvètes a été bien court;-) J’espère pour toi que tout s’est bien passé. Je passe chez toi. Amitiés.

  21. J’apprecie bcp vos photos de double sens.
    Un bateau qui attend le debarquement et les avantages, c’est comme un enfant qui attend un future mysterieur…

  22. La photographie est très clame. Me donne l’impression d’avoir vécu quelque chose vraiment terrible, comme un grand orage et seulement le petit bateau a survécu. L’image aussi me donne l’impression de l’espoir avec le voilier qui part en voyage même s’il avait quelque chose de terrible qu’avait passé.

  23. J’aime bien cette photo, et vos mots sonts parfaits. Je vis a Colorado, USA…il n’y a pas de mer près d’ici. « Chercher » est tout ce que je peux faire tout le temps.

  24. bonjour ossiane
    je ne trouve pas les mots a t’exprimer mes sentiment vers les photos vraiment c’est la naturelle du nature
    j’ai quelque photos de ma ville et j’ai tout l’honneur de te l’envoyer si tu veut
    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *