Bouleversement

Des Etoiles aux Longs Cheveux Gazeux Brillent de tous leurs Feux. Des Soleils Projettent leurs Faisceaux Langoureux et Tombent à leurs Pieds Amoureux. Ballet Fougueux dans le Ciel Vaporeux.

Des Etoiles aux Longs Cheveux Gazeux, Brillent de tous leurs Feux. Des Soleils Projettent leurs Faisceaux Langoureux et Tombent à leurs Pieds Amoureux. Ballet Fougueux dans le Ciel Vaporeux.

* Lecture du Calligramme: 1ère étoile gauche, 2ème étoile droite, bas de droite à gauche, spirale, courbe. »

Des Etoiles aux Longs Cheveux Gazeux
Brillent de tous leurs Feux.
Des Soleils Projettent leurs Faisceaux Langoureux
Et Tombent à leurs Pieds Amoureux.
Ballet Fougueux dans le Ciel Vaporeux.

* Un Big Bang tonitruant à François Arnal de Ahah pour fêter son grand retour de Corse et son brillant plagiat de l’Oeil Ouvert !
* Deux Big Bang explosifs aux Olivier, Olivier de Carpe Diem et Olivier de Moleskine pour leur grand coeur et leurs poèmes bouleversants.

28 commentaires sur « Bouleversement »

  1. je rentre à peine et je suis heureux de voir que ma place de commentateur en premier m’a été réservé. Une fois de plus, je suis ému par cette eclat de lueur sublime la nuit qui m’est tellement chére. Si seulement la poudre ne pouvait servir qu’à cela.

  2. pour découvrir L’auteur Bashô

    La vie de Basho, fils de samourai, né près de Kyoto en 1644, fut exclusivement vouée à la poésie. Âgé de treize ans, il apprend auprès d’un maître du haikai les premiers rudiments de ce genre. Plus tard, après avoir lui-même fondé une école et connu le succès à Edo (l’actuelle Tokyo), il renonce à la vie mondaine, prend l’habit de moine, et s’installe dans son premier ermitage. Devant sa retraite, il plante un bananier, un basho, offert par l’un de ses disciples – ce qui lui vaudra son pseudonyme. Sa vie est dès lors faite de pauvreté, d’amitiés littéraires et de voyages. Osaka sera le dernier. Après avoir dicté un ultime haiku à ses disciples éplorés, il cesse de s’alimenter, brûle de l’encens, dicte son testament, demande à ses élèves d’écrire des vers pour lui et de le laisser seul. Il meurt le 28 novembre 1694. Sur sa tombe, on plante un basho.

  3. Un Merci chaleureux,
    Des baisers heureux,
    A Ossiane, déesse du caligramme,
    Reine de l’image,
    Un beau cadeau inattendu,
    Pour un Olivier tout ému…

    Belle journée remplie de soleil,
    Bises,
    OLIVIER

  4. >Fred: Tu es un noctambule pour rentrer à 7h du matin. Mais tu vois la place n’est pas prise. 😉 Judcieuse remarque sur les différentes utilisations de la poudre. Les lueurs que tu vois sont plutôt pleines d’espoir. Bonne nuit alors ;-))

    >Michèle: Une petite nouvelle 😉 Je te souhaite la bienvenue et t’encourage à revenir après cette première ébourifante visite. J’ai visité ton blog culinaire. Une belle mise en page et des recettes sympas. Au plaisir de te lire à nouveau. Bien amicalement.

    >Jean-Louis: Que de liens! Tu vas faire exploser ton blog 😉 Merci.

    Aurélie: Tu tombes à pic car j’avais posé la question hier à Guess Who qui n’a pas dû voir mon commentaire.
    Je te remercie de brosser le portrait émouvant de ce poète qui a renoncé à tout plaisir superflu. Je vais essayer de trouver ces haïkus sur le net. Merci ma douce; envoie-moi de tes noi de tes nouvelles. Affectueusement.

    >Olivier: Bravo également pour ta répartie toute en poésie. Belle journée en images, Dieu du partage et Roi du Courage! A bientôt.

  5. jlhuss>> C’est ce que j’allais te dire. Tu vas devoir faire les liens à toutes les notes d’Ossiane… ;o)

    Ossiane>> Coucou. ;o)

  6. Cela fait quelques jours que je flane ici et j’y ai (re)decouvert le plaisir de la poesie. Un grand Merci pour ces belles pages !

  7. >Colors jade: Oui en effet et vois-tu la bouche entrouverte lègèrement penchée près de l’oeil droit? Bonne après-midi!

    >François 1er: Oui en fanfare. Tu es de retour alors je t’accueille bien 😉
    Bon jardin.

    >UU: Coucou, c’est tout? Moi qui attendais des vers de poésie 😉 J’espère que je ne t’ai pas blessé. Bonne après-midi.

    >Bel(le) Inconnu(e): Tu flânes ici mais à couvert 😉 Je te remercie de prendre ton temps pour cette flânerie poétique qui semble te plaire. Dès que tu le sentiras, mets-toi découvert et fais-nous partager tes sentiments. Bien amicalement.

  8. Non pas du tout ;o). Sensible mais pas susceptible, le UU.

    En mémoire à Basho (1644-1694): Bon, allez, un modeste haïku de vendredi après-midi, dont le titre sera « Ephémère ».

    La nuit déchirée
    Des soleils artificiels
    Trop tard elle n’est plus.

    Hmm hmm. Euh, c’est moins gai que ce qui précède. Mais ton titre du jour (« Bouleversement ») a certainement déversé son trop-plein dramatique dans mon haïku. Malgré l’air de bonheur soufflé par ton calligramme.

  9. MTO: C’est vrai que ce calligramme est assez élaboré. J’espère que tu ne t’es pas dévissé la tête 😉 Bonne soirée et merci.

    UU: Ah te voila revenu! Je me suis aperçue que tu étais quelqu’un de sensible. Merci ce très joli haïku de ta plume. Vraiment très chouette. Tu as l’habitude d’en faire toi aussi?
    Je comprends le sens dramatique de ton haïku. En fait, j’ai choisi ce titre à cause de son double sens. Je pensais au chaos de l’univers ainsi qu’au bouleversement intérieur qu’occasionne un sentiment amoureux. Le deuxième sens est nettement plus gai. Mais bon, chacun fait ce qu’il veut de ce que je donne, non? J’ai esayé d’insufler une certaine fougue au calligramme ;-))Amitiés du soleil.

  10. Je voulais signaler une typo dans mon commentaire (« certain » à remplacer par « certainement »). ;o)

    Haiku à double sens aussi, comme ton titre. « Elle », « ne plus être », « déchirée » pouvant chacun avoir un sens multiple. Notamment dramatique. Lisez y beaucoup de choses dans ce haïku. Il y aura tout ce que vous y mettrez…

    Bon, je vous laisse. Bon ouikende à tous.

  11. >UU: Typo corrigée.
    Tu parles de quelqu’un en particulier? D’une disparition tragique suite à des excès?
    Bonne soirée UU et merci pour ta participation.

  12. Bonsoir Ossiane,
    Une petite contribution sous forme d’haïku à ce merveilleux calligramme :
    L’infini étoilé,
    constellation prise
    à la traîne d’une comète

  13. >Merci Gokuyoko d’avoir déposé ce délicat billet pour illustrer ce ciel étoilé. Bien Pas facile d’écrire des haïkus. Pour le moment, je ne fais qu’admirer ceux ds autres. Bien amicalement.

  14. Voilà une belle explosion de joie !
    Merci à toi pour cette nouvelle dédicace.
    Albin Michel publie dans sa collection « carnets de sagesse » les « Paroles du Japon ». Tu y trouveras quelques « Basho » au milieu d’autres perles …
    J’ai ajouté ce matin un haïku du maître à ma dernière note … 🙂
    Belle journée Ossiane !

  15. Bouleversement ?
    dans ma vie également
    Découverte timide
    d’un sentiment nouveau
    Qui éclate subitement
    sans préalable avis
    et me laisse étonnée…

    Heureuse de trouver l’écho dans tes photos Ossiane… Bonne journée 😉

  16. >Moleskine: Comme nous étions en même temps surles feux d’artifice, j’ai voulu te renvoyer leur écho. En plus, j’avais deux oliviers sous la main 😉 Alors difficile de résister.
    Merci également pour cette référence. Je me sens toute ignare de ne pas connaître Bashô. Je ne vais pas tarder à me le procurer. Je cours voir son haïku chez toi.
    Que mes explosions en tout sens illuminent également ta journée.

  17. >Nina: Je sens que cette note te bouleverse particulèrement. Mais ce sentiment que tu es en train de me décrire est exhaltant à vivre. Ne le laisse pas s’échapper. Emprisonne-le au fond de ton coeur, Nina.
    Belle journée avec ce nouveau regard ébloui.
    Je t’embrasse.

  18. instant fugace
    empreint de magie
    reste une trace
    dans mes yeux éblouis

    JBi, l’inconnu qui a fini par comprendre à quoi sert la case « Conserver mes coordonnées ? »

  19. Bonjour JBi l’inconnu et bienvenue. Je ne crois qu’on soit déjà rencontrés. Merci beaucoup pour ce joli poème empreint de magie. J’espère que mon blog te laissera une trace moins éphémère. N’hésite pas à revenir nous faire partager tes sentiments.
    Amitiés.

  20. J’aime bien cette photo avec votre poeme. J’aime les elements magiques parce qu’ils donnent aux gens un autre element sur leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *