Alizé

Echarpe de Ciel Bleu sur le Lit Silencieux, Voile de Gaze Azuré, Vapeur d'Espace Ethéré, Souffle de Vie Saupoudré.

Echarpe de Ciel Bleu sur le Lit Silencieux, Voile de Gaze Azuré, Vapeur d'Espace Ethéré, Souffle de Vie Saupoudré.

* Lecture du Calligramme: haut, gauche, bas, centre.

Echarpe de Ciel Bleu,
Sur le Lit Silencieux,
Voile de Gaze Azuré
Vapeur d’Espace Ethéré,
Souffle de Vie Saupoudré.

* Photo prise sur la plage d’Omaha Beach dans le Calvados.

22 commentaires sur « Alizé »

  1. [Retournée à 180°, je vois un paysage longuement comtemplé en Corse : le sable, la mer et le ciel un soir de Libecciu ou de queue de Mistral dans le Golfe de Valinco (snif). ]

    Marcher sur la tête
    Pour mieux rêver
    Détourner le réel
    Pour mieux imaginer
    Retourner notre monde
    Pour mieux vivre

    Très belle photo, encore plus belle quand je remets les pieds au sol.

  2. Très touchée, MJ. Merci d’avoir reconstruit mon monde à ton image. J’aime qu’on bouscule les idées et schémas reçus. Tu n’es pas si cartésien que cela 😉
    Je ne connais pas la Corse mais on m’en a dit mille merveilles. J’espère y aller un jour. J’ai donc retourné la photo pour mieux imaginer. Les ondulations du sable deviennent des nuages rosés au crépuscule sur lesquels on a envie de flotter. Très vrai le poème que tu as écrit et je me retrouve parfaitement dans cette vision imaginée du réel. Amitiés.

  3. l’eau descend toujours, elle ne remonte jamais.

    (entendu de la bouche d’un paysan corrézien)
    :o) :o)

    On dirait que c’est le sable qui guide l’eau et non elle qui le sculpte..

  4. Coucou Emma,
    Très juste. Toutes ces ridules font penser à des petits canaux chargés de réguler le cours d’eau. D’ailleurs, ni Chris ni François nous ont expliqué le phénomène. Ton paysan, il n’a jamais vu la mer tout au moins sur la côte ouest 😉 Bises.

  5. Tristounette Aurélie ce matin? Les rides témoignent d’une histoire, d’un passé. L’essentiel est dans les sentiments humains et heureusement.

  6. Cette plage est très belle pour sa grandeur, la teinte de son sable et forcément les terribles souvenirs qu’elle évoque. Y Marcher est très émouvant d’autant plus qu’il y a le grand cimetière américain de Colleville qui la surplombe. La couleur du sable y est particulière presque rouge comme le sang versé de ces milliers de soldats. La mer rouge de sang du film de Spielberg « Il faut sauver le soldat Ryan » n’est sans doute pas loin de la réalité.
    MJ, quand tu dis que le sable masque, je dirai pas tant que cela sur cette plage d’Omaha. C’est vraiment difficile d’oublier quand on est dessus.

  7. Très juste MJ. Il ne sert à rien de se masquer les yeux. L’atmosphère, les odeurs aussi suffisent à raviver les fantômes.

  8. On peut aussi choisir de regarder cette plage avec un regard neuf, vierge de passé. La redécouvrir pour mieux renaître en elle.

  9. [S.] Bâtir le présent en foulant le passé… Marcher légèrement sur le passé afin qu’il ne nous colle pas au sol. Présent aérien.
    Le vent du temps érode le sable du passé.

  10. Moi je ne me sens pas poète, j’ai juste envie de courir sur cette plage, de profiter du vent, de la lumière…

  11. >Sylvie: Bien sûr, on peut déconstruire pour repartir à zéro et se l’apprprier à nouveau.

    >MJ: Très joliment dit et exprimé. Elle est belle cette phrase « Le vent du temps érode le sable du passé ».

    >Fauvette: Tu as envie de mordre dans le présent à pleines dents. Tu es libre comme l’air.

  12. Ossiane,
    Pas assez de tirant d’eau pour le funboard mais toujours autant de place pour le rêve sur tes photos… Cela me fait penser à un débarquement (normal sur Omaha Beach) de petites dunes miniatures partant à l’assaut de la plage… On dirait qu’elles sont vivantes !

  13. Bonjour Osiris. Quel plaisir de te revoir et de te lire. Merci pour ton gentil commentaire. Pas de chance pour le funboard. Ce sera pour une autre fois.
    C’est vrai que cette myriade d’ondulations fait un peu Rencontre du Troisième Type. Attention, elles vont finir par te croquer!
    Amitiés. Je passe te voir.

  14. Bonjour Jean-Louis. Moi aussi, il m’arrive de venir te voir sans rien dire si cela peut te rassurer 😉
    Merci beaucoup pour tes compliments et au plaisir de te lire à nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *